Inflammation de l'ostéochondrose de la colonne cervicale

Selon les statistiques de l'OMS, des lésions inflammatoires de la colonne vertébrale surviennent chez 0,8% de la population. L'inflammation la plus commune des vertèbres cervicales. Cela est dû aux particularités de la structure anatomique et à la fonction de la colonne vertébrale.

Qu'est-ce que l'inflammation des vertèbres cervicales?

La région cervicale est la partie la plus vulnérable de la colonne vertébrale. Le cou a un corset musculaire faible. Une caractéristique de ce département est que les corps vertébraux sont plus minces ici que dans d’autres régions, alors que les vertèbres elles-mêmes sont situées les unes à côté des autres. Leur déplacement entraîne une compression des nerfs et des vaisseaux sanguins sortant de la colonne vertébrale.

Les processus inflammatoires se produisent sur le fond des désordres fonctionnels de la colonne vertébrale. L'inflammation des vertèbres cervicales se traduit par des modifications de la structure et des déformations des disques intervertébraux. Souvent, l'inflammation chronique se transforme en maladies dégénératives, dont la plus fréquente est l'ostéochondrose.

Signes d'inflammation des vertèbres cervicales

Le premier signe d'un processus inflammatoire est une douleur d'intensité variable dans le cou. Ils sont obligés de faire attention à l'état de santé. Lorsque la réaction inflammatoire comprime et gonfle les troncs nerveux et les vaisseaux sanguins. En conséquence, la fonction des voies est perturbée. La douleur s'étend à la zone d'innervation du nerf impliqué:

  • l'arrière de la tête;
  • les yeux;
  • les oreilles;
  • bras (avant-bras, épaule et mains);
  • région lombaire.

Les douleurs sont aggravées par le changement de position du corps (flexion, rotation de la tête sur le côté). Périodiquement, il y a une douleur aiguë sur le côté de la lésion. Rigidité marquée dans la colonne cervicale. Une inflammation prolongée ralentit la conduction d'une impulsion nerveuse. Cela se manifeste par des engourdissements et des fourmillements dans les mains. La douleur pendant un certain temps peut disparaître, puis se reproduire. La localisation de la douleur dépend de la localisation de la lésion des vertèbres cervicales.

Une altération de la circulation sanguine dans le cerveau se manifeste par des vertiges lors de virages prononcés de la tête, d'acouphènes et de perte d'audition. Ces symptômes sont associés à une compression vasculaire avec des tissus enflammés.

Les principales causes d'inflammation des vertèbres cervicales

L'inflammation de la colonne cervicale peut survenir pour plusieurs raisons. Un facteur particulier n'existe pas. Les principaux sont considérés tels:

  • prédisposition génétique;
  • blessures traumatiques au cou (entorses, ecchymoses et fractures);
  • changement de posture;
  • la scoliose;
  • mode de vie sédentaire;
  • actions associées à la levée de poids;
  • changements fréquents de la position du corps;
  • être dans la même pose depuis longtemps;
  • tension nerveuse.

L'hérédité joue un rôle important dans le développement de l'inflammation des vertèbres cervicales. Le plus souvent, les femmes sont sujettes à la maladie. La prédisposition héréditaire associée à l’un des facteurs ci-dessus conduit au développement de l’ostéochondrose de la colonne cervicale. De tels troubles ne sont pas inflammatoires, mais à la longue ils se transforment en inflammation.

L'ostéochondrose se déroule en deux étapes:

L'inflammation de l'ostéochondrose cervicale est la principale cause de la douleur. L'ostéochondrose est une maladie chronique qui nécessite un traitement en phase aiguë.

Des modifications dégénératives de la structure osseuse dans près de 100% des cas entraînent une malnutrition et une inflammation des racines nerveuses, appelée sciatique. La maladie peut survenir de manière aiguë. Mais le plus souvent, les symptômes augmentent progressivement après une exposition à un facteur négatif. Chaque jour, le syndrome douloureux augmente.

Traitement de l'inflammation des vertèbres cervicales

D'une grande importance avant la nomination de la thérapie a un diagnostic. Il est nécessaire de commencer le traitement seulement après confirmation du diagnostic. Les mesures de diagnostic comprennent les suivantes:

  • IRM de la tête et du cou;
  • Échographie des vaisseaux et des tissus mous du cou;
  • test sanguin clinique;
  • Protéine sanguine C-réactive.

Chaque recherche prise séparément ne peut pas être spécifique pour la déclaration du diagnostic. L'examen du neuropathologiste, qui est nécessaire pour évaluer les réflexes sur le site de la lésion, joue un rôle important. Seul un examen cumulatif permettra d'établir un diagnostic.

Le traitement du processus inflammatoire doit être complet. Le traitement de la phase aiguë de l'inflammation consiste à utiliser de tels groupes de médicaments:

  • analgésiques (pommade Voltaren, gel de Naklofen, comprimés de kétoprofène);
  • anti-inflammatoire (Diclofenac, Movalis);
  • des relaxants musculaires (Mydocalm, tizanidine);
  • les décongestionnants (Lioton 1000, Lyogel);
  • chondroprotecteurs (Teraflex, Hondroksid).

Les analgésiques, les anti-inflammatoires et les anti-œdémateux arrêtent les symptômes de la maladie. Les relaxants musculaires détendent le corset musculaire, améliorent les processus métaboliques de la colonne vertébrale. Les chondroprotecteurs restaurent les structures cartilagineuses des vertèbres, améliorent les processus de glissement dans les articulations de la colonne vertébrale et facilitent les mouvements.

L'utilisation de la pharmacothérapie vous permet d'obtenir une guérison stable de la maladie.

Après l'élimination des symptômes d'inflammation aiguë, des mesures sont prises pour renforcer le résultat et accélérer la rééducation. Ce traitement comprend les procédures suivantes:

  • thérapie au laser (méthode de physiothérapie);
  • massage du cou et du cou (mouvements circulaires et lisses);
  • thérapie manuelle (effectuée uniquement par un thérapeute manuel).

Il convient de noter que les chondroprotecteurs sont appliqués selon le schéma pendant au moins six mois pour obtenir un effet thérapeutique. Un traitement de courte durée n'aura pas d'effet positif sur le corps.

Chaque cas individuel de la maladie implique un traitement individuel. La thérapie est prescrite seulement par un docteur. Un traitement choisi par soi-même peut entraîner un processus chronique.

Conclusion

L'efficacité de la thérapie dépend en grande partie du début du traitement en temps voulu. Tout retard peut entraîner des modifications irréversibles des vertèbres. Même des signes mineurs d'inflammation devraient être une raison d'aller chez le médecin.

Ostéochondrose cervicale: symptômes et traitement

Le contenu

L'ostéochondrose est généralement appelée modifications dystrophiques dans tout cartilage articulaire. Ainsi, cet état pathologique peut survenir dans toutes les articulations du système musculo-squelettique. Cependant, les symptômes les plus prononcés, par exemple partout, et les maux de tête, ainsi que les douleurs cardiaques, sont observés dans le cas de l'ostéochondrose cervicale, c'est-à-dire des lésions du tissu cartilagineux situées entre les vertèbres de la colonne cervico-brachiale.

Selon les statistiques de l'OMS, environ 60% des Européens souffrent d'ostéochondrose à des degrés divers. Chez les hommes, la maladie apparaît environ 10 ans plus tôt que chez les femmes. Les représentants du sexe fort éprouvent des symptômes vers l'âge de 45 ans. La moitié féminine, respectivement, dans 55-60 ans. Dans le même temps, les experts tirent la sonnette d'alarme concernant le rajeunissement en cours de cette maladie. Si vous ne prenez pas de mesures opportunes, le nombre de patients atteints d'ostéochondrose âgés de 30 ans augmentera considérablement au cours de la prochaine décennie.

Causes de l'ostéochondrose

Les modifications pulpaires dystrophiques se produisent pour diverses raisons. Tout d’abord, il convient de mentionner le vieillissement naturel du tissu cartilagineux, qui, hélas, est une circonstance objective et irrésistible. Cependant, comme mentionné ci-dessus, cette maladie rajeunit, ce qui n’est plus associé au vieillissement, mais à d’autres causes.

Chez les patients jeunes, la maladie est due à des troubles métaboliques, généralement associés à un régime alimentaire inadéquat. L'abondance de matières grasses et la teneur réduite en vitamines des aliments provoquent la famine et la dystrophie du cartilage.

L'hypodynamie est un autre facteur provoquant. Lisez les forums sur lesquels les personnes confrontées à cette maladie communiquent et vous verrez que la plupart d'entre elles sont encore relativement jeunes et résident dans des mégalopoles, généralement engagées dans un travail mental, ce qui implique une longue posture assise. La faible activité motrice des vertèbres cervicales entraîne une perte d'élasticité du cartilage dans les disques intervertébraux.

Les gens sous-estiment le besoin d’une bonne posture tout au long de la vie.

En raison de troubles nutritionnels et métaboliques qui y sont associés, ainsi que d'hypnose et d'hypnose, la pulpe commence à se régénérer, devenant de plus en plus dense. Aux derniers stades de l'ostéochondrose, il se produit une complication qui se manifeste par le remplacement du tissu cartilagineux par l'os et l'épaississement des disques intervertébraux. Cela conduit à la compression des racines nerveuses et des vaisseaux sanguins situés ici. L'implication dans le processus pathologique des éléments des systèmes nerveux et vasculaire et provoque une évolution spécifique de l'ostéochondrose.

La spécificité de la maladie

La difficulté de la lutte contre cette maladie réside dans son diagnostic tardif, qui s’explique par le masquage de l’ostéochondrose sous d’autres pathologies. Les gens manquent un temps précieux et ne guérissent pas cette pathologie, car ils ne sont pas conscients de sa présence. Et blâmer les patients pour cela est impossible. Si la pression monte, nous traitons l'hypertension. Battu le coeur - nous allons à la cardiologie. Un mal de tête fait régulièrement mal et une personne ne peut plus s'endormir sans ibuprofène ni analgine. Nous ne pensons même pas que nous devons contacter un neuropathologiste.

Dans l’intervalle, quelques visites chez un spécialiste de ce profil permettront de commencer le processus de restauration du cartilage de chaque vertèbre cervicale, ce qui éliminera progressivement l’hypertension artérielle, l’angine présumée, les maux de tête persistants et d’autres symptômes caractérisant l’épine cervico-brachiale. Cela nous semble apparemment sans rapport. La détection rapide de la pathologie empêche la poursuite de la dystrophie pulpaire et permet de traiter l'ostéochondrose à domicile et en consultation externe sans hospitalisation. Malheureusement, la majorité des patients se tournent vers un neuropathologiste déjà atteint de lésions suffisamment fortes des disques intervertébraux - lorsque le cou commence à lui faire mal de manière insupportable.

Méthodes de diagnostic

Le diagnostic de l'ostéochondrose est un travail complexe. La recherche peut durer longtemps, mais son coût est justifié, car le traitement précoce de cette maladie évite le pire des scénarios: l'opération de remplacement du disque intervertébral ossifié, au cours de laquelle les racines nerveuses pincées sont libérées et soit la mise en place d'implants à fonction complète, soit le remplacement de simples compensateurs de hauteur. Élément rachidien enlevé. Le type de solution requis pour un patient spécifique est déterminé par le chirurgien orthopédiste après un diagnostic complet.

Sur la radiographie de la colonne cervicale est clairement visible rétrécissement de l'espace intervertébral.

Comme la maladie, comme mentionné ci-dessus, est masquée, il est d'abord nécessaire de s'assurer que les symptômes ne sont pas associés à des problèmes d'autres organes. Par exemple, en cas de douleur cardiaque, un examen cardiologique doit être effectué et l'absence de maladie cardiaque doit être confirmée. Un diagnostic complet confirmera non seulement la suspicion d'ostéochondrose, mais déterminera simultanément l'état général du corps.

L'examen physique est très important lorsque le médecin effectue lui-même des tests de mobilité.

Le diagnostic final est établi sur la base des résultats d'une photographie aux rayons X de la colonne vertébrale cervico-brachiale dans les projections frontales et latérales. Une méthode plus informative est l'imagerie par résonance magnétique (IRM). Il vous permet de déterminer plus précisément la localisation des changements dystrophiques. Grâce à cela, le médecin est en mesure de prescrire littéralement un traitement.

Traitement des remèdes populaires à la maison

L'avantage de l'ostéochondrose, si dans ce cas le mot est généralement utilisé, est que le patient peut être traité à domicile, sans hospitalisation obligatoire. Le cours de traitement comprend la prise de médicaments spéciaux et d'exercices issus de la thérapie par l'exercice complexe.

Les médicaments (leurs types) utilisés pour traiter l'ostéochondrose à domicile sont présentés dans le tableau suivant.

Il faut comprendre que notre énumération de types de drogues ne donne pas lieu à un auto-traitement. Un remède spécifique, indiquant la posologie et prenant en compte la pathogenèse dans chaque cas individuel, ne peut être prescrit que par un neuropathologiste agréé. Suivre sans scrupule la publicité télévisée, «recommander» les meilleurs médicaments contre l'ostéochondrose, ne vise pas à guérir cette maladie, mais au contraire à aggraver la situation. SOYEZ INSPECTIF!

Thérapie d'injection

Dans le traitement de l'ostéochondrose, avec la prise de comprimés et l'imposition de pommades, un traitement par injection est utilisé. Il existe une vaste gamme de médicaments pour injection. Les traitements incluent l’utilisation de tous les types d’injections, notamment:

  • sous-cutané;
  • intramusculaire;
  • intraveineux;
  • épidurale.

Les injections sont plus efficaces par rapport aux médicaments oraux et à toutes sortes de remèdes populaires. La circulation sanguine amène rapidement le remède au point sensible, ce qui explique son effet thérapeutique rapide. Et, par exemple, avec une injection épidurale, les médicaments sont injectés directement dans la moelle épinière et commencent à agir instantanément.

Le médecin fait des injections dans le cou.

En règle générale, les vitamines et autres préparations de soutien sont injectés par voie sous-cutanée. Les anti-inflammatoires et les chondroprotecteurs sont injectés par voie intramusculaire. Par exemple, les injections de Movalis, si populaires chez les patients, sont faites précisément dans le tissu musculaire. Des médicaments intraveineux sont introduits pour accélérer la circulation cérébrale. Cela est nécessaire en cas de compression par les disques intervertébraux envahis par les vaisseaux sanguins, à travers lesquels le sang transporte l'oxygène et les nutriments vers le cerveau. Les injections épidurales sont effectuées dans le but de bloquer la douleur intense tout en rendant inefficaces les autres méthodes d'anesthésie. L'aiguille avec une telle injection passe entre les processus vertébraux et injecte l'anesthésique directement dans la moelle épinière. Cette procédure est effectuée uniquement par un anesthésiste professionnel ayant suivi une formation spéciale.

Les injections ne sont pleinement efficaces qu’à condition d’exercices réguliers en gymnastique. En d’autres termes, l’introduction de médicaments n’est pas suffisante pour le traitement complet de l’ostéochondrose. Ce n’est qu’en association avec des exercices de thérapie par l’exercice que l’on peut arrêter les symptômes de la maladie et, plus tard, restaurer le tissu cartilagineux touché.

Que faire en période d'exacerbations?

Bien que l'ostéochondrose de la colonne cervicale se produise de manière chronique et plus ou moins discrète sur de longues périodes, les patients présentent parfois des exacerbations. Pour chaque patient, ils se produisent à des intervalles différents et peuvent survenir de manière imprévisible. Pendant ces périodes, il est important de prendre des mesures en temps utile pour éviter une détérioration significative de la maladie.

Exacerbations provocateurs

Les exacerbations dans l'ostéochondrose, comme dans toute autre maladie, ne se produisent pas, comme on dit, sur un terrain plat. Habituellement, les conditions aiguës sont déclenchées par les facteurs suivants:

  • le stress;
  • massage non professionnel;
  • phénomènes météorologiques;
  • une visite au bain thermal (sauna);
  • exercice excessif après une inactivité physique prolongée.

Chez les femmes, l'ostéochondrose est souvent exacerbée pendant la menstruation. L'abus d'alcool est également un puissant déclencheur.

Symptômes d'exacerbations

La symptomatologie des exacerbations de l'ostéochondrose chez chaque patient se manifeste de différentes manières et est déterminée par le tableau clinique global de la pathogenèse. Par exemple, tous les patients remarquent des céphalées cervicales et des maux de tête, et tout le monde ressent une perte de sensation même d'engourdissement du visage lors d'exacerbations, mais cela se produit assez souvent. Et, bien sûr, pendant cette période, les symptômes des maladies qui masquent l'ostéochondrose deviennent aigus. Ce sont des douleurs cardiaques, des vertiges, des acouphènes, des bouffées de chaleur, etc. Aggravations particulièrement dangereuses, dans lesquelles il y a une inflammation de la colonne cervicale.

Mesures d'aide à l'exacerbation

En période d'ostéochondrose aggravée, il est nécessaire, avant tout, de consulter votre médecin. Il n'est pas nécessaire d'ignorer cette règle, car le retard dans cette affaire risque de nuire aux services. Le neuropathologiste évaluera l’état du patient et recommandera des mesures pour sortir de la crise de manière efficace et, surtout, sans danger.

Habituellement, lors d'infections ostéochondreuses aiguës, des injections d'analgésiques et d'anti-inflammatoires sont prescrites. Mais la gymnastique en cette période doit être interrompue. Au contraire, il est nécessaire d'assurer le repos du patient. Il est inacceptable de pétrir le cou - il est donc possible d'aggraver la situation. Il est souhaitable de transférer l'aggravation en position couchée et de fixer la tête tout en plaçant un rouleau ou au moins une feuille laminée sous celle-ci.

Un facteur important dans la réduction de la fréquence des exacerbations réside dans leur prévention, qui est réduite au respect du régime moteur correct dans la vie quotidienne. Un patient souffrant d'ostéochondrose doit surveiller sa posture, garder sa tête au même niveau, éviter les mouvements brusques. Par temps humide et froid, il est nécessaire de protéger les vertèbres cervicales de l’hypothermie. Et, bien sûr, nous ne devrions pas oublier la gymnastique thérapeutique une minute - elle doit être pratiquée régulièrement. C'est une garantie d'ostéochondrose sans aggravations.

2 degré de maladie

Les neuropathologistes distinguent 3 degrés d'ostéochondrose - 1er, 2e et 3e, respectivement. Dans la part du lion des patients, la maladie est enregistrée précisément dans la deuxième étape. Ceci est dû aux points suivants. La maladie de grade 1 se caractérise par l'apparition d'une douleur à court terme dans le cou, ressemblant à une décharge électrique. Au stade initial, l'anneau fibreux commence à s'effondrer, ce qui maintient la partie centrale du disque intervertébral. La référence pour le diagnostic de l’ostéochondrose à 1 degré est l’expansion des pupilles, non associée à d’autres phénomènes dans le corps.

Le nombre de patients atteints d'ostéochondrose d'un degré n'est pas très grand. La maladie à ce stade est transitoire et est soit éliminée (avec un traitement opportun), soit passe rapidement à la deuxième phase - si le moment est perdu. La situation en termes de nombre de patients présentant un degré d'ostéochondrose de niveau 3 est similaire. C'est aussi petit. Cela s'explique par le fait que le plus souvent les médecins parviennent à commencer le traitement en temps voulu et à empêcher le passage de la pathologie du deuxième au troisième stade. La maladie de ce degré est caractérisée par des symptômes tels que douleur aiguë au cou, qui ne disparaît pas même après la prise d’analgésiques, perte de contrôle partiel des membres supérieurs, vertiges persistants et souvent évanouissements. L'ostéochondrose de grade 3 est généralement traitée chirurgicalement, la pharmacothérapie étant souvent inefficace.

Du fait que la plupart des patients souffrent d'ostéochondrose de exactement 2 degrés, cette forme de la maladie présente un intérêt majeur d'un point de vue clinique et c'est dans le traitement de la maladie à ce stade que l'expérience la plus étendue a été accumulée. Selon les statistiques, la proportion de patients atteints d'ostéochondrose du deuxième stade parmi tous les patients atteints de cette pathologie est d'environ 75%.

La spécificité de cette forme de la maladie réside dans son évolution chronique avec de courtes périodes d'exacerbation. Le deuxième degré diffère du premier par la diminution continue de l'espace entre les vertèbres. Autrement dit, le disque intervertébral n'est pas encore détruit, comme dans le cas du troisième stade, mais il devient considérablement plus mince, ce qui conduit à la violation des racines nerveuses et provoque tous les symptômes classiques de l'ostéochondrose.

Puisque la pathologie du 2e degré est la plus répandue, parler de traitement de l'ostéochondrose cervicale en général implique donc de prendre des mesures pour remédier à cette forme particulière de la maladie. Et, encore une fois, ils incluent la pharmacothérapie et la physiothérapie. Un traitement correctement effectué vous permet d’éliminer la maladie et d’empêcher sa transition vers la troisième étape avec une opération presque inévitable pour remplacer les disques intervertébraux.

Principaux symptômes et traitement approprié

L'ostéochondrose de la colonne cervicale est une maladie difficile à diagnostiquer par les lésions dystrophiques des disques intervertébraux. Le plus souvent, les personnes âgées de 45 à 50 ans y sont confrontées, mais ces dernières années, la pathologie est devenue «plus jeune» et, à présent, les neurologues reçoivent souvent des patients âgés de 30 ans.

La difficulté de détecter l’ostéochondrose s’explique par la nature «simulatrice» de l’évolution de la maladie, qui est masquée par d’autres pathologies. La cause de la maladie est la détérioration de l'élasticité du tissu cartilagineux, formant une pulpe d'amortissement entre les vertèbres. Le cartilage devient plus mince et plus dense. En conséquence, il se produit une compression des racines nerveuses (appelée «atteinte à la racine»), qui entraîne l'apparition des symptômes suivants:

  • maux de tête et maux de coeur;
  • hypertension artérielle;
  • sensibilité réduite de la région du visage (jusqu'à un engourdissement);
  • parésie partielle des membres supérieurs.

Tous ces symptômes sont certainement accompagnés de douleurs à la nuque. Souvent, cette douleur n'est pas vive et n'oblige pas le patient à prendre des analgésiques. Ignorant la légère douleur au cou, le patient ne sonne pas l’anxiété liée à l’ostéochondrose, mais tente de traiter d’autres pathologies, telles que l’angine de poitrine ou l’hypertension, qu’il n’a probablement pas.

Méthodes de traitement

Selon les approches modernes, l’ostéochondrose s’écoule par vagues. Premièrement, il se manifeste sous la forme d'une exacerbation (période aiguë). Ensuite, les symptômes disparaissent et la période subaiguë commence. La troisième étape est la rémission, dont l'état se poursuit jusqu'à la prochaine exacerbation. Le traitement de l’ostéochondrose est d’arrêter rapidement la phase aiguë, de soulager l’état du patient pendant la période subaiguë et d’assurer une rémission à long terme.

Au cours des phases aiguës et subaiguës, le patient prend des analgésiques et des anti-inflammatoires. À ces étapes, une solution efficace consiste à utiliser un collet et un collier de gaze Schantz, donnant à la tête une position dans laquelle les muscles du cou se relâchent, raison pour laquelle la douleur est éliminée. En période de rémission, le traitement médicamenteux avec des chondroprotecteurs, qui améliorent la qualité du tissu cartilagineux et du complexe d’exercice, est indiqué. La gymnastique est encore plus importante que les injections d'acide hyaluronique, car un exercice sain stimule naturellement la formation de fibres de collagène dans le cartilage.

Type de pathologie cervicothoracique

En termes strictement formels, ostéochondrose cervicale et thoracique sont deux formes différentes de la maladie. Cependant, ils sont souvent combinés. Cela est dû au fait que les épines cervicale et thoracique sont fermées, ce qui lie ces deux types de pathologies des disques intervertébraux. C'est-à-dire qu'avec les changements dystrophiques dans les vertèbres cervicales, on observe pratiquement les mêmes troubles dans la région thoracique. Par conséquent, ces deux formes de la maladie et unissent, d'autant plus que leurs symptômes sont très similaires les uns aux autres. Le symptôme principal est la douleur. En cas d'ostéochondrose cervicale, la douleur est localisée dans le cou, dans le cas d'une lésion cervico-thoracique, une douleur dans le sternum est ajoutée.

Les symptômes courants sont les suivants:

  • engourdissement de la région du visage;
  • mal de tête et mal au cœur;
  • instabilité de la pression artérielle;
  • acouphènes forts.

Avec la défaite des vertèbres thoraciques, la liste est complétée par une diminution de la coordination des mouvements, l'activation de l'arthrose des articulations de l'épaule et un engourdissement des mains.

Traitement de la région cervicothoracique

Les mesures thérapeutiques sont fixées après un diagnostic approfondi, réalisé à l'aide de rayons X ou d'imagerie par résonance magnétique (IRM). Le traitement de l'ostéochondrose est complexe - médicamenteux et physiothérapeutique. Le traitement médicamenteux implique l'utilisation d'anti-inflammatoires et d'analgésiques. Une partie importante du traitement consiste en la réception de chondroprotecteurs, qui restaurent directement le tissu cartilagineux dans l’espace intervertébral. Les activités de physiothérapie comprennent les compresses et l'utilisation de toutes sortes de pommades, ainsi que la thérapie physique.

Si une ostéochondrose est détectée dans la colonne vertébrale thoracique, un massage professionnel est indiqué. Le massage stimule les processus naturels de régénération des tissus cartilagineux. Le massage est plus efficace que la gymnastique pour éliminer la maladie des vertèbres thoraciques, car la colonne vertébrale à cet endroit n’est pas flexible et, par conséquent, lors de la réalisation d’exercices, il n’est pas toujours possible de garantir l’amplitude normale des mouvements de vertèbres individuelles. Un massothérapeute, en revanche, est capable d’avoir un effet exact sur le disque intervertébral du patient. Vous êtes le seul à contacter un spécialiste du massage de la colonne vertébrale disposant du certificat approprié du ministère russe de la Santé. En outre, un massothérapeute doit être agréé (poste. Gouvernement de la Fédération de Russie n ° 291 du 16 avril 2012).

Des mesures opportunes pour éliminer l'ostéochondrose cervico-thoracique permettront d'éviter une intervention chirurgicale pour remplacer l'endoprothèse de disque intervertébral détruite. L'ordre des prix pour cette intervention chirurgicale est d'environ 250 à 300 000 roubles. Un diagnostic précoce de la pathologie et de la discipline dans le traitement ambulatoire avec des médicaments et des remèdes populaires vous fera économiser cet argent. Au moindre soupçon d'ostéochondrose, consultez un neurologue. Mais mieux...