Protrusion discale intervertébrale: symptômes et traitement

La protrusion est la protrusion du disque intervertébral entre les corps vertébraux tout en préservant son intégrité anatomique.

Cette définition médicale semble incompréhensible. Pour comprendre ce qu’est la saillie du disque, il est nécessaire de se référer à la structure de la colonne vertébrale humaine.

Saillie en termes d'anatomie

La colonne vertébrale est composée d'os individuels - des vertèbres, dont les corps sont reliés entre eux par une couche cartilagineuse, appelée disque intervertébral. Grâce à lui, la colonne vertébrale possède à la fois la stabilité et la mobilité.

Chaque cartilage intervertébral a une forme similaire à celle d’une lentille grossissante. Bien que sa structure semble homogène, elle comporte deux parties:

  • anneau fibreux périphérique;
  • noyau gélatineux situé au centre.

L'anneau fibreux est constitué de cartilage fibreux durable. Il remplit une fonction de soutien et relie les vertèbres les unes aux autres.

Le noyau gélatineux est constitué d'une substance élastique et sert d'amortisseur.

Un disque en santé a de l'élasticité et de l'élasticité, il lui permet de résister à la charge qui tourne sur la colonne vertébrale avec le poids d'une personne et ses mouvements.

Sous l'action d'un certain nombre de raisons, le cartilage intervertébral peut se déshydrater, perdre son élasticité, diminuer de hauteur. Des microfissures apparaissent dans son anneau fibreux. Tout cela conduit à un affaiblissement de la fixation des vertèbres les unes aux autres. La pression appliquée au centre du disque pendant le mouvement presse progressivement le noyau gélatineux dans l'anneau fibreux. En conséquence, une partie du disque intervertébral fait saillie au-delà des bords des corps vertébraux, on parle de saillie.

Les saillies les plus courantes de la colonne lombaire (46%) et du lombo-sacré (48%). Cela est dû à la lourde charge à laquelle ils sont confrontés.

Environ 6% des cas sont en saillie de la colonne cervicale.

L'espèce la plus rare est la lésion du disque intervertébral de la région thoracique, en raison de sa mobilité limitée.

Causes de développement

Les protrusions du disque intervertébral se développent à la suite de:

Troubles de la structure du disque intervertébral

Le plus souvent, il se développe à la suite d'une ostéochondrose de la colonne vertébrale. Par ostéochondrose, on entend des processus involutifs, c'est-à-dire graduellement destructeurs, de la colonne vertébrale.

Le disque intervertébral, âgé d'environ 20 ans, possède des vaisseaux sanguins qui l'alimentent et garantissent une récupération rapide. Après 20 ans, les vaisseaux envahissent progressivement et le disque reçoit les substances nécessaires directement des corps des vertèbres adjacentes. Plus la colonne vertébrale effectue de mouvements, plus le processus d'alimentation est rapide et efficace.

Lorsque la charge motrice de la colonne vertébrale diminue, il se produit une détérioration progressive de la puissance du disque intervertébral, ce qui entraîne une violation de sa récupération. Il perd son élasticité et sa force. Cela conduit à la formation de saillie.

Raisons pour réduire la mobilité dans la colonne vertébrale:

  • âge avancé;
  • mode de vie sédentaire;
  • travail sédentaire;
  • en surpoids.

Blessures à la colonne vertébrale

Ils peuvent être aussi aigus (un coup, une chute, une forte inclinaison), puis la saillie du disque intervertébral se développe immédiatement, ou chronique, puis sa destruction se produit progressivement.

Un traumatisme chronique des disques intervertébraux se développe:

  • athlètes d'haltérophilie;
  • d'ouvriers de professions exigeant des mouvements monotones constants et associés à des vibrations prolongées.

À l'emplacement de la saillie de la saillie du disque peuvent être divisés en types suivants:

  • latéral (latéral);
  • postérieur (dorsal);
  • avant;
  • le dos;
  • central.

Le plus important est la saillie du disque dorsal. Dans ce cas, une partie du tissu cartilagineux gonfle vers le canal rachidien, ce qui peut entraîner une compression de la moelle épinière.

Les protrusions dorsales des disques intervertébraux se développent le plus souvent dans la colonne lombaire. Dans le même temps, la zone de lésion peut atteindre 50% de la surface totale du disque. Une telle quantité de tissu pathologique, qui se gonfle entre deux vertèbres, peut entraîner un pincement simultané des racines nerveuses des deux côtés.

Symptômes de protrusion discale intervertébrale

Les principaux symptômes de protrusion sont des pathologies courantes pour tous les sites:

  • la douleur
  • violation de la sensibilité (paresthésie - fourmillements, sensation de chair de poule qui coule);
  • troubles du mouvement.

Les manifestations cliniques sont causées par la compression:

  • les racines des nerfs spinaux qui traversent les trous entre deux vertèbres adjacentes;
  • les artères;
  • la moelle épinière.

La localisation des symptômes dépend de la partie de la colonne vertébrale dans laquelle se trouve le disque endommagé.

Cervical

La saillie de la colonne cervicale présente des symptômes distinctifs dus à sa structure anatomique. Le fait est que les artères qui alimentent le cerveau passent par les vertèbres cervicales. Si des protrusions apparaissent, elles peuvent être comprimées, ce qui se traduit par des symptômes de circulation cérébrale.

La protrusion du disque C5-C6 de la vertèbre cervicale se produit le plus fréquemment. Les symptômes suivants sont observés:

  • douleurs au repos dans le cou, entre les omoplates, dans le cœur, dans les mains (un ou les deux);
  • douleur en se déplaçant dans la région cervicale;
  • mobilité limitée dans l'articulation de l'épaule;
  • réduction de la force musculaire du bras;
  • engourdissement de la peau des mains, sensation de piqûre, rampant;
  • des vertiges;
  • perte de conscience en penchant la tête;
  • maux de tête.

Service thoracique

La protrusion discale spinale dans cette section est caractérisée par:

  • maux de dos au niveau de la région thoracique au repos et en mouvement;
  • douleurs encerclantes;
  • douleur à la poitrine;
  • fatigue rapide des jambes en marchant;
  • engourdissement de la peau de la poitrine et du dos.

Lombaire et lombo-sacrée

Les variantes les plus courantes sont la saillie des disques intervertébraux de la colonne lombaire. Ses principales manifestations: douleur et restriction de mouvement - sont communément appelées «chambre».

La protrusion discale L4-L5 se manifeste par les symptômes suivants:

  • douleur dans la colonne lombaire, aggravée par un éternuement ou une toux;
  • la propagation de la douleur du bas du dos à la fesse et à l'extérieur avant de la cuisse, de la jambe, jusqu'au bord intérieur du pied (gros orteil);
  • attaque aiguë de la douleur - lumbago (mal de dos), qui se produit au moment de l'effort physique (soulèvement);
  • diminution de la force dans les muscles de la cuisse, du tibia, des fesses.

La protrusion du disque L5-S1, situé dans la colonne vertébrale lombo-sacrée, a ses propres caractéristiques. Elle se caractérise par des douleurs au dos, qui s'étendent sur la surface extérieure du dos des fesses, des cuisses et du bas des jambes, tombant au petit doigt du pied.

La saillie des disques de la colonne lombaire est souvent légère et asymptomatique, c'est-à-dire qu'elle ne se manifeste pas avant de nombreuses années.

Diagnostic de la protrusion du disque intervertébral

La protrusion discale spinale est diagnostiquée sur la base des plaintes des patients, d'un examen neurologique et des résultats de méthodes instrumentales.

Lors de l'évaluation des plaintes, une attention particulière est accordée à la durée des symptômes, à l'apparition de l'événement, aux facteurs qui précipitent (monter les escaliers, soulever des poids), à la profession, à la pratique d'un sport, à l'âge.

Un examen neurologique comprendra la détermination précise des sites de douleur, de l’état des réflexes tendineux et de l’évolution de la sensibilité de la peau.

Parmi les méthodes instrumentales, on utilise la radiographie et l'imagerie par résonance magnétique (IRM). La méthode la plus moderne aujourd'hui est l'IRM. Sur les images, vous pouvez voir non seulement la localisation exacte de la saillie, mais également l'état détaillé de l'anneau fibreux et du noyau du disque gélatineux.

Traitement de protrusion

Le traitement de la protrusion des disques intervertébraux a 2 objectifs principaux: la cessation de la douleur et la suppression de la compression des racines nerveuses, des vaisseaux sanguins et de la moelle épinière.

Les méthodes de traitement de la saillie sont divisées en conservateur, c'est-à-dire sans chirurgie, et en chirurgie (dans de rares cas).

Traitement conservateur de la protrusion

Les méthodes conservatrices incluent: thérapie physique, massage, physiothérapie (électrophorèse), hydrothérapie, laser, thérapie manuelle, acupuncture, étirement, correction orthopédique (port du corset), traitement spa (bains au radon, boue). Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (diclofénac, ibuprofène), les vitamines du groupe B, les chondroprotecteurs (chondroxide), le blocage novocaïnique sont utilisés comme traitement médicamenteux pour la protrusion discale. Le choix d'une technique particulière dépend de l'emplacement de la saillie, de la durée de la maladie et de la gravité des symptômes.

Dans le traitement de la saillie de la colonne cervicale, le port du collier orthopédique de Schanz est utilisé.

Dans le traitement des protrusions de la colonne lombaire, le repos au lit est utilisé pendant 2 à 3 jours. Le patient doit être allongé sur une surface ferme dans une position confortable. Chaleur sèche légère utile sur la région lombaire. Les analgésiques et les anti-inflammatoires sont prescrits par la bouche, sous forme de pommades et de gels et, dans les cas graves, par des injections. Puis prescrit physiothérapie et physiothérapie.

Le succès du traitement des protrusions des disques lombaires dépend de l’état des muscles du dos. Un corset musculaire molle n'est pas capable de fixer la colonne vertébrale et crée des conditions préalables supplémentaires pour son instabilité. Par conséquent, tous les patients sont recommandés complexes de thérapie physique, visant à renforcer les muscles de la colonne vertébrale.

Traitement chirurgical de la saillie

Le traitement chirurgical des protrusions de la colonne vertébrale peut être nécessaire uniquement si le patient présente une douleur persistante qui ne se prête pas à d’autres méthodes. En outre, l'opération doit être prescrite à des patients présentant des troubles du mouvement sévères (parésie) et des organes des organes pelviens (rectum, vessie), causés par la compression des racines nerveuses et de la moelle épinière au cours des protrusions dorsales diffuses des disques.

La protrusion discale intervertébrale est une pathologie grave pouvant conduire à l’apparition de complications menaçant la santé. Afin d'éviter que cela ne se produise, il est nécessaire de consulter un neurologue pour une consultation à temps. Lui seul pourra évaluer la gravité réelle de la maladie et trouver le traitement approprié.

Protrusion discale spinale ce qu'elle est 4

Aujourd'hui, la protrusion des disques intervertébraux affecte plus de quarante-cinq pour cent des jeunes de plus de trente ans. Souvent, la maladie ne se manifeste que par une douleur modérée et douloureuse au dos ou au bas du dos. Certains patients ressentent tellement de douleur qu'ils ont besoin d'une hospitalisation d'urgence, tandis que d'autres présentent une protrusion complètement asymptomatique pendant de nombreuses années.

Les causes

Les systèmes osseux et musculaire humains sont responsables du maintien du corps en position verticale. Nos muscles sont un organe séparé qui vit selon ses propres lois physiologiques et, comme tout autre organe, il est sujet à diverses maladies. La fonction principale du tissu musculaire est sa capacité à se contracter et à se détendre, mais lorsqu'un réseau important de vaisseaux sanguins, d'artères et de veines passe à travers le tissu musculaire, une contraction excessive du tissu musculaire entraîne leur contraction aiguë. Lorsque la lumière des vaisseaux sanguins se contracte, le flux sanguin diminue fortement et les tissus corporels souffrent d'insuffisance d'oxygène. Dans ce cas, nous éprouvons une douleur intense. Occupant la mauvaise posture en position assise, couchée ou debout, nous forçons les muscles à se contracter, de sorte que des spasmes musculaires se produisent. Le but des spasmes musculaires est de maintenir les organes du corps dans la bonne position, en ne leur permettant pas de tomber ni de se déplacer verticalement ou horizontalement.

Les spasmes musculaires les plus courants sont les muscles de la colonne vertébrale. Avec des postures incorrectes, nos vertèbres commencent à se déplacer, mais les spasmes musculaires ne leur permettent pas de se déplacer de plus d'une fraction de millimètre. Si le spasme se répète, il devient chronique et conduit à une privation chronique d'oxygène des tissus musculaires, puis nous commençons à souffrir de maux de dos chroniques.

Le stress

Le stress joue un rôle important dans l'apparition de maladies. Le stress pour le corps est à la fois positif et négatif. Une forte frayeur et une expérience joyeuse créent des spasmes musculaires. Dans la vie moderne, nous sommes souvent exposés à des émotions négatives, ce qui entraîne un stress chronique et l’apparition de nombreux troubles fonctionnels du système nerveux central, tels que la dépression, les névroses, l’anxiété et diverses phobies. Chacun d'entre eux peut provoquer des spasmes musculaires chroniques, et donc des douleurs au dos, car la pression exercée par les spasmes musculaires sur les disques intervertébraux augmente plusieurs fois. Une telle pression peut progressivement détruire les tissus du disque intervertébral.

Pouvoir

La propension des processus dégénératifs croissants dans le tissu des disques intervertébraux est causée par les maladies chroniques concomitantes et la malnutrition. Le tissu conjonctif dans lequel sont construits les disques intervertébraux est constitué de fibres de collagène. La synthèse du nouveau collagène est constamment produite dans le corps, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la cellule. Pour que les fibres de collagène soient de haute qualité et durables, la présence de certains blocs de construction est nécessaire. Ceux-ci comprennent les hormones surrénaliennes, les protéines et les vitamines, principalement la vitamine C. Si le niveau d'hormones surrénales diminue en raison de maladies chroniques du système endocrinien, cela peut affecter la qualité du collagène. Avec certains troubles du tractus gastro-intestinal, nous pouvons avoir des problèmes de digestion ou d’absorption d’aliments protéiques, ce qui entraînera un manque de molécules protéiques pour la construction du collagène.

Régime alimentaire

Un régime dépourvu de légumes et de fruits frais et surchargé de produits synthétiques entraîne progressivement une carence en vitamines essentielles, telles que l’acide ascorbique. Sans la quantité requise d'acide ascorbique, la qualité des fibres de collagène est fortement réduite, elles deviennent fragiles et se rompent rapidement. En fin de compte, même les jeunes souffrent de changements dégénératifs dans les tissus des disques intervertébraux. Ce processus est en fait le facteur décisif pour l’émergence d’une saillie et d’une hernie subséquente du disque intervertébral.

Clinique et symptômes de la maladie

Les changements qualitatifs dans les tissus des disques intervertébraux se produisent généralement à la suite d'un long processus qui, chez de nombreux patients, ne prend pas plusieurs mois, mais plusieurs années. Avec une telle dynamique de la maladie, la majorité des patients sont complètement absents de tout symptôme clinique.

Les premiers symptômes apparaissent souvent simultanément à l'apparition de modifications structurelles évidentes des disques intervertébraux, telles que des protrusions ou des protrusions de la partie centrale du disque. Lorsque cela développe une inflammation, il est non spécifique, c'est-à-dire indique l'absence d'un agent pathogène bactérien ou viral qui en est responsable. L'inflammation non spécifique est caractérisée par un œdème et une perte de la fonction des organes. C'est l'œdème des disques intervertébraux qui conduit aux processus de compression des racines des nerfs intervertébraux et des tissus voisins, qui seront marqués par des douleurs d'intensité variable. Les douleurs sont plus souvent localisées dans la région lombaire ou les fesses, mais certains patients souffrent également de douleurs distales, c'est-à-dire éloignées de la colonne vertébrale.

La douleur dans les protrusions des disques intervertébraux peut être associée à un spasme musculaire chronique. Les troubles dégénératifs dans les tissus des disques entraînent progressivement une compaction de la partie centrale du disque et des ruptures fragmentaires ou complètes de sa partie périphérique - la capsule fibreuse. Le résultat de ces processus est l’affaiblissement de la fonction de fixation de l’anneau fibreux et la mobilité des vertèbres. Afin d'éviter le déplacement des vertèbres, il se produit un spasme des muscles paravertébraux, associé à une douleur. Un trait caractéristique de la douleur musculaire est son intensité et sa consistance prononcées.

Au début de la maladie, les fragments bombés des disques intervertébraux peuvent endommager les racines des nerfs périphériques, puis les patients ressentent une douleur sourde, douloureuse et périodique dans la zone de protrusion. En outre, des paresthésies peuvent être ressenties - sensations désagréables ou inhabituelles associées à la pression constante de la protrusion sur les fibres nerveuses, telles que fourmillements, sensation de brûlure ou engourdissement dans différentes parties du corps, des bras et des jambes.

Laissée sans traitement, la protrusion peut progresser et se transformer en disque intervertébral partiel ou complet de hernie. Les symptômes cliniques sont directement liés à la taille de la saillie et à sa localisation dans les tissus du disque. Au cours de la protrusion dans la colonne cervicale, les patients souffrent de douleurs au cou, de maux de tête récurrents, de migraines, pouvant aller jusqu'à la perte de conscience. Beaucoup se plaignent de douleurs qui sont d'abord perturbées dans la région cervicale, puis transférées à la région du crâne facial, des épaules et des bras. Paresthésie accompagnée souvent de douleur.

Si la saillie est localisée dans la colonne vertébrale thoracique, les patients vont chez le médecin avec des plaintes de douleur à la poitrine de différentes intensités. Par nature, la douleur ressemble à l'infarctus du myocarde. Certains patients ressentent des douleurs fréquentes à l'abdomen, à l'hypochondre droit et à la région inguinale, ce qui complique encore le diagnostic correct et opportun de la protrusion.

Au cours de la protrusion dans la région lombaire, les principales plaintes sont les douleurs dans le bas du dos, la région sacrale et le coccyx, les cuisses, les muscles du mollet et les pieds. Les douleurs varient en intensité et en fréquence. Certains patients arrivent à la clinique avec une douleur intense et intense qui ne disparaît pas, même la nuit. La présence de douleurs nocturnes est une confirmation directe du processus inflammatoire prononcé dans le corps. La protrusion du disque intervertébral y conduit, comprimant les nerfs spinaux.
Les protrusions des disques intervertébraux diffèrent les unes des autres par leur taille: du très petit (1 à 2 millimètres) au très grand (10 à 12 millimètres). Les saillies plus grandes ont tendance à se résorber spontanément. Ce processus fait partie du processus de correction naturelle de la dégénérescence des tissus dans le corps. La taille des saillies n'affecte pas l'intensité des symptômes cliniques.

Diagnostics

Le diagnostic de saillie est assez complexe et peut prendre plus d'un an. Les patients avec saillie passent souvent d'un spécialiste à un autre, changeant non seulement les cliniques, mais également leurs diagnostics. N'oubliez pas que, lors de la protrusion des disques intervertébraux, les terminaisons nerveuses périphériques sont impliquées dans le processus pathologique, ce qui entraîne l'apparition d'une grande variété de symptômes cliniques qui détournent l'attention du médecin de la cause sous-jacente de la maladie. Dans n'importe quelle clinique, vous pouvez rencontrer des patients qui suivent un traitement pour un cœur, un estomac ou un intestin depuis des années. Les antécédents de leur maladie ressemblent souvent à une lutte sans fin et sans succès contre une maladie incurable, alors que les patients eux-mêmes souffrent de dépression et de névrose concomitantes. Le nombre d'heures et les coûts en espèces associés directement au diagnostic erroné de la protrusion du disque intervertébral sont difficiles à calculer et les conséquences négatives de telles erreurs ne peuvent être surestimées.

Quel docteur fait le diagnostic

Le médecin attentif, observant le patient pendant un certain temps, attire l'attention sur la faible efficacité du traitement et l'envoie au patient soit pour un examen supplémentaire, soit pour consulter un spécialiste. Un neurologue peut comprendre plus rapidement le tableau clinique complexe de la saillie des disques intervertébraux. Lors de l'examen, le neurologue accorde une attention particulière à la durée de la maladie, à ses symptômes et aux résultats du traitement précédent. Il examine la colonne vertébrale du patient, effectue une palpation détaillée et détermine également le tonus et la force musculaire, ainsi que les réponses réflexes.

La tâche principale d'un neurologue est de procéder à un diagnostic différentiel primaire, ce qui exclut la présence des maladies les plus graves chez un patient - maladies auto-immunes systémiques, néoplasmes bénins et malins de la colonne vertébrale, maladies rhumatismales. Pour cela, des tests sanguins de laboratoire sont effectués pour détecter la présence de facteurs inflammatoires, de marqueurs immunitaires de la maladie et d'autres indicateurs confirmant la spécificité d'une pathologie particulière. Parfois, une étude de l'urine et du liquide céphalo-rachidien est nécessaire.

Après avoir reçu les résultats des tests de laboratoire, un neurologue peut prescrire une IRM (imagerie par résonance magnétique) et une CT (tomodensitométrie).

L’avantage reconnu de l’IRM est son caractère non invasif et hautement informatif. Pour l'IRM, on utilise une combinaison d'ondes radiofréquences et d'un champ magnétique. Cette méthode vous permet de considérer les tissus mous de la colonne vertébrale - le tissu de la moelle épinière, les fibres nerveuses et les disques intervertébraux - de manière très détaillée. En outre, chaque médecin peut examiner en détail chaque vertèbre de différentes positions, ce qui augmente considérablement le pourcentage de diagnostics topiques corrects.

Le signe principal indiquant la présence d'une saillie du disque intervertébral sur une IRM ou un scanner est l'augmentation apparente du tissu discal et sa propagation vers le canal rachidien, les ligaments ou les racines des nerfs rachidiens.

Saillie du disque intervertébral

La saillie du disque intervertébral est un processus pathologique de la colonne vertébrale, dans lequel le disque intervertébral fait saillie dans le canal rachidien sans rompre l’anneau fibreux. Ce n'est pas une maladie indépendante, mais l'une des étapes de l'ostéochondrose, suivie d'une hernie. Le plus souvent localisée dans les régions lombaires et moins - les cervicales.

Les symptômes

En soi, la saillie est asymptomatique et ne se manifeste pas tant que les fibres nerveuses ou les racines ne se sont pas irritées. Les symptômes de la protrusion discale dépendent de son emplacement et de sa taille. Les saillies les plus courantes dans la colonne lombaire et cervicale, tandis que la saillie cervicale est plus dangereuse. La douleur peut "donner" dans la jambe, le bras, le cou, le cou, les espaces intercostaux (en fonction du nerf pressé). Il peut y avoir un affaiblissement de la force musculaire, ainsi que des douleurs musculaires dans les zones de leur innervation et une violation de la sensibilité. Le plus souvent, les nerfs sciatiques souffrent de compression.

Le degré et la sévérité des symptômes dépendent directement de la pathologie ayant conduit à la saillie, de la taille et de la topographie de l'explosion (latérale, médiane, postérieure), du degré de compression des racines nerveuses et de la moelle épinière.

La douleur peut "s'abandonner" à la jambe, au bras, au cou, au cou, aux espaces intercostaux (selon le nerf serré), à une diminution de la sensibilité, à une faiblesse musculaire, à une sensation de brûlure, à un engourdissement, à des picotements dans les membres, à une raideur des mouvements.

La symptomatologie est assez individuelle et dépend de la cause de l'endommagement du disque et de la localisation. Des actions telles que se pencher brusquement en avant, se tenir debout ou assise dans une posture fixe provoquent ou augmentent la douleur continue douloureuse.

Arthrose non couverte du rachis cervical utilisant le lien.

Traitement

Le traitement de protrusion discale est effectué selon l'algorithme de traitement de la douleur associée à une instabilité de la colonne vertébrale ou à une compression (compression) des racines nerveuses de la colonne vertébrale touchée. Nous ne considérons pas cette maladie comme une manifestation locale de la douleur et le traitement de la protrusion discale vise à éliminer la cause même de la maladie, et non seulement à soulager le syndrome douloureux.

En cas de syndrome douloureux grave, le médecin prescrit un traitement médicamenteux visant à soulager la douleur. Pour les douleurs chroniques dans la colonne vertébrale touchée, les méthodes physiothérapeutiques constituent le moyen le plus efficace de traiter la protrusion discale:

• traction de la colonne vertébrale
• massage spécial
• exercices thérapeutiques
• l'acupuncture et d'autres méthodes.

L’efficacité du traitement de protrusion est augmentée par l’étirement physiologique (sous le poids de votre propre corps) de la colonne vertébrale (traction) et par un complexe spécialement sélectionné pour vous sur la partie endommagée de la colonne vertébrale, ce qui accélère le processus de récupération et empêche la progression de la maladie.

Protrusion du disque intervertébral de la colonne cervicale S'il s'agit d'une protrusion de la colonne cervicale du disque rachidien, la situation est complètement différente car le canal est petit au niveau de la colonne cervicale.

La saillie du disque intervertébral de la colonne cervicale, d’une taille de 3 à 4 mm, qui se comporte cliniquement comme une hernie intervertébrale de taille moyenne, nécessite des mesures d’urgence pour le traitement. La protrusion du disque cervical est rarement exprimée dans le syndrome de la douleur cervicale, il est donc difficile à diagnostiquer. La saillie du disque cervical entraîne une invalidité rapide du patient et entraîne une réduction significative de l'activité vitale de tout patient. Par conséquent, en cas d'apparition, un traitement urgent de la saillie du disque dans la région cervicale est nécessaire.

Massages

Le massage du dos améliore le tonus musculaire, normalise la circulation sanguine et le drainage lymphatique, améliore l'innervation. Le traitement de la PMD est un processus long, il peut prendre 2 cours de massage pour 10 traitements avec une pause d’environ 3 mois. Laissez-nous nous attarder plus en détail sur la façon de faire un massage du dos avec PMD. Sa fonction principale est d'activer l'apport sanguin dans les tissus et la colonne vertébrale, ainsi que de soulager les spasmes musculaires et l'inflammation. En cas de saillie, il est déconseillé d'utiliser un massage par tapotement de la région lombaire.

IMPORTANT! Il est impossible d'effectuer des torsions et des retournements de la colonne vertébrale, de limiter les étirements et les vibrations.

Le massage devrait réchauffer et détendre les muscles. Les procédures de massage sont mieux laissées à des spécialistes. Le masseur étire les muscles, tout en travaillant, en caressant avec des mouvements mesurés lisses. Environ 5 minutes sont accordées sur chaque élément du massage, et la durée peut être augmentée dans le futur. Ces procédures contribuent au renforcement du cadre musculaire, ce qui "retarde" la charge sur vous-même. En conséquence, l'emplacement du disque est restauré et sa saillie est réduite.

Le massage aide à rétablir l'activité des terminaisons nerveuses et stimule le flux sanguin, le flux de nutriments dans la colonne vertébrale. Le métabolisme est normalisé à l'intérieur des disques. La restauration complète pendant la protrusion des disques intervertébraux n’est possible qu’avec l’application complexe de diverses procédures; leur combinaison et leur durée sont déterminées par l’évolution de la maladie, les caractéristiques individuelles de la personne. L'essentiel est d'inclure des mécanismes de guérison naturels. Que pensez-vous, comment devrait commencer la restauration des fonctions normales de la colonne vertébrale? Que feriez-vous dans cette situation?

Colonne lombaire

Le plus souvent, dans la colonne lombaire, apparaissent une saillie du disque. Ils sont les principales causes de maux de dos. La colonne lombaire est très sensible à divers problèmes. Cela est dû à deux facteurs. Le centre de gravité du corps humain dans la région lombaire. Ceci est déterminé par de fortes charges. Mais il existe également un large éventail de mouvements dans la région lombaire. Cela détermine une plus grande tendance à endommager, le développement de la saillie des disques lombaires.

En outre, les modifications des disques seront aggravées par les modifications liées à l’âge, les processus dégénératifs (ostéochondrose lombaire). En cas de gonflement des disques, il se produit une irritation des structures de la colonne vertébrale situées à proximité. Cela conduit progressivement au développement de symptômes. Cela dépendra du site de localisation de la saillie, de la gravité des changements de disque. La symptomatologie se manifeste par des douleurs, des maux de dos chroniques, des raideurs dans la région lombaire, une radiculite lombaire sacrée, une faiblesse musculaire des muscles du mollet, des cuisses, des fourmillements dans les pieds, un engourdissement des orteils, une altération de la fonctionnalité de l'éjection urinaire. Pour la protrusion de la colonne lombaire, un traitement conservateur présenté sous forme de thérapie manuelle sera efficace. Cela aidera à éviter les complications.

Les protrusions par types sont divisées en médian (central), postérieur, latéral et latéral.

Saillie centrale (médiane). Désigne le terme «bombé» du disque au centre du canal rachidien. Ce type de saillie entraîne un risque d’influence sur la moelle épinière. De telles saillies se produisent sans aucun symptôme. Rarement besoin d'un traitement.

Saillie latérale (latérale). Ce terme fait référence à l'emplacement de la saillie du côté, vu du côté de la colonne vertébrale - à gauche ou à droite. Lorsque la saillie est située sur le côté, le risque de pression sur les racines elles-mêmes dans la moelle épinière est assez élevé. Ce type de saillie est rare. Les médecins ne représentent que 10% des cas. La protrusion se déroule de manière asymptomatique, jusqu’à toucher les racines situées à proximité.

Saillie latérale postérieure. Cela se produit plus souvent. En ce qui concerne la colonne vertébrale, une telle saillie est située en arrière et un peu sur le côté. Cette disposition en saillie indique une forte probabilité d'impact sur les racines à droite et à gauche, mais également sur les autres structures de la moelle épinière. La protrusion latérale postérieure peut survenir sans symptômes graves jusqu'à ce qu'une pression soit exercée sur les racines nerveuses.

Saillie arrière. Ce terme fait référence à la direction de la saillie topique de l'abdomen vers l'arrière. Souvent, cette disposition a un impact direct sur les structures de la colonne vertébrale. Donc, il y a des syndromes de douleur, la sensibilité, les fonctions motrices sont perturbées, les organes du petit bassin sont perturbés.

Cou de.

Les principaux symptômes de protrusion des disques intervertébraux cervicaux:

Douleur à l'arrière de la tête, maux de tête, douleurs au cou;

Engourdissement des doigts, sensation de chair de poule qui coule;

Main tremblante, petits muscles contractés;

Douleur dans la main en tournant la tête;

Vertiges, assombrissement des yeux;

Restriction de courbe dans le cou, etc.

Les principales directions dans le traitement de la saillie cervicale:

Éliminer la cause de la saillie - pour éviter sa détérioration, ses exacerbations;

Restauration de la biomécanique de la colonne vertébrale - la normalisation de la colonne vertébrale améliore les processus métaboliques;

Déchargement des disques intervertébraux;

Maintenir le patient dynamique pour éviter la détérioration;

Créer des conditions favorables pour une récupération maximale du corps.

Poitrine de.

Dans la région thoracique, la saillie du disque est la plus rare. Elle est causée par la présence d'une rigidité supplémentaire résultant de la fixation des côtes à la colonne vertébrale.

Douleur dans la région thoracique.
Raideur dans le dos.
Picotements et douleurs à la poitrine.
Douleur dans l'espace intercostal
La faiblesse des muscles abdominaux.

Dorsalnaya

Comme on le sait, la saillie est en soi peu dangereuse. Mais ce type de saillie diffère de deux paramètres à la fois. Tout d'abord, le fait que la protrusion diffuse suggère que le disque intervertébral est affecté de 25 à 50%, respectivement, le renflement qui se forme est assez important.

Cependant, ce ne serait pas si grave si ce n’était le préfixe "dorsal". Cela signifie que le renflement est dirigé vers le canal rachidien, ce qui signifie que dans certaines conditions, une pression sur la moelle épinière peut se produire même lorsque la hernie intervertébrale est encore à un stade précoce de développement.

Cependant, étant donné que la saillie entraîne une saillie sur une grande surface, ce qui peut exercer une pression sur la moelle épinière et sur les racines nerveuses, ce qui conduit à l'apparition de syndromes douloureux graves. Dans ce cas, une saillie diffuse peut immédiatement pincer deux racines nerveuses et, en même temps, avoir un effet sur la moelle épinière, ce qui entraînera l'apparition d'une série de conséquences extrêmement désagréables, dont nous parlerons plus loin.

Qu'est-ce qui menace le développement de cette maladie?

Comme nous l'avons déjà dit, ce type de saillie se développe le plus souvent dans la colonne lombaire et les symptômes dépendent aussi largement de sa taille et de la direction de son développement. Bien que, dans de nombreux cas, l’évolution de ce problème soit asymptomatique, certains symptômes peuvent apparaître.

La première manifestation de la maladie est généralement une douleur légère au dos, qui peut persister assez longtemps, alors qu'elle s'aggrave progressivement et prend un caractère paroxystique.

L'exacerbation survient généralement après un effort physique ou un séjour prolongé dans une position inconfortable. Dans ce cas, vous pouvez souvent entendre un clic ou une sorte de crise, après quoi la douleur devient plus intense.

Massage pour lésion de la moelle épinière par référence.

Circulaire

Toutefois, si l’on diagnostique une saillie circulaire du disque intervertébral, il est possible dans 90% des cas de se passer d’intervention chirurgicale et de guérir la maladie par des moyens conservateurs. Dans cette pathologie, une partie du disque intervertébral se dilate et fait saillie. Selon la nature de la distribution, des protubérances uniformes, dorsales et foramales sont isolées, chacune pouvant provoquer diverses complications. Le plus dangereux est la vue circulaire-dorsale, car la saillie se produit dans la direction de la moelle épinière, dont la compression des racines nerveuses entraîne une perturbation du fonctionnement normal des organes internes. Vous devez également faire attention aux différences symptomatiques dans le cas de localisation différente de la lésion:

- Dans la région lombaire - sauf directement, douleur dans la colonne vertébrale, douleurs dans les jambes pendant et après la marche, la position couchée et la position debout. Il est également possible de ressentir un "vatnost" dans les jambes, des fourmillements dans les pieds et l'apparition de maux de tête gratuits.

- Dans la région cervicale - douleur dans les mains et apparition de migraines, ainsi que pression artérielle instable et somnolence fréquente. Aux stades avancés, des symptômes névralgiques prononcés apparaissent.

- Dans la région thoracique - douleur thoracique, sensation de pincement du plexus solaire, douleur cardiaque à court terme et détérioration du système respiratoire sont possibles (la saillie thoracique est très rare).

La protrusion de la colonne cervicale est la plus difficile à traiter car il s’agit de la partie la plus fine du dos dans laquelle se concentrent un grand nombre de plexus sanguins et nerveux. Par conséquent, même à la fin d'un traitement complexe, le patient doit subir un examen régulier pendant plusieurs années.

La méthode de traitement ne prévoit aucun nouveau moyen spécifique, car le schéma général de traitement a longtemps été testé sur des millions de patients. Cela implique une perte de poids afin de réduire la charge sur la colonne vertébrale, un traitement médicamenteux, une thérapie par l'exercice régulier et une physiothérapie. Il est très important de faire appel à un opérateur manuel expérimenté et à une masseuse, car tous les effets ne sont pas curatifs pendant la protrusion, en particulier à un stade avancé. Le traitement médicamenteux implique principalement l'utilisation d'anti-inflammatoires et d'analgésiques. Dans le cas d'un lumbago fort, des injections et des blocages sont prescrits. Récemment, les préparations hormonales ont également commencé à gagner en popularité, mais les médecins ne sont pas pressés de les prescrire en raison du grand nombre d'effets secondaires possibles et non d'une action locale mais systémique. Par conséquent, toute mesure thérapeutique, y compris l'utilisation de médicaments modernes et coûteux, doit être discutée avec votre médecin.

Saillie du disque intervertébral

La protrusion discale intervertébrale est une sortie partielle des tissus discaux au-delà de l’espace situé entre les vertèbres, première étape du développement d’une hernie vertébrale. La protrusion peut se produire de manière latente. Cliniquement manifesté par une douleur irradiante dans le segment affecté, des troubles de sensibilité initiaux. Diagnostiqué selon anamnèse, examen, radiographie, IRM / CT, électroneurographie. Le traitement comprend le soulagement de la douleur (anti-inflammatoire, analgésiques, relaxants musculaires), des exercices thérapeutiques, des massages, une traction de la colonne vertébrale.

Saillie du disque intervertébral

La protrusion discale intervertébrale est la première étape de la formation d’une hernie intervertébrale. "Protrusion" signifie protrusion - le déplacement d'une partie du disque située entre les vertèbres au-delà des limites de l'espace intervertébral. En même temps, l'intégrité de la partie externe de l'anneau fibreux est préservée, le noyau pulpeux ne va pas au-delà de ses limites. La protrusion est le plus souvent observée dans la colonne lombaire, moins souvent dans la région cervicale ou thoracique. L'incidence maximale se produit dans la période d'âge de 35 à 50 ans. Les femmes et les hommes sont également touchés. Le groupe à risque pour le développement de la pathologie comprend les personnes qui ont un style de vie sédentaire, ont des courbures de la colonne vertébrale, ont subi des blessures à la colonne vertébrale et souffrent de maladies dysmétaboliques.

Causes de saillie

La saillie du disque intervertébral est formée en raison de processus dégénératifs, conduisant à une perte d'élasticité du composant fibreux. Parmi les facteurs responsables de la dégénérescence discale, émettent:

  • L'hypodynamie. L'immobilité entraîne un apport sanguin insuffisant aux tissus vertébraux et un développement médiocre du système musculaire du dos. En conséquence, la pression sur le disque augmente et sa puissance se dégrade.
  • Violations de la posture, courbure de la colonne vertébrale (cyphose, lordose, scoliose). Peut être associé à des anomalies congénitales. Ils conduisent à une mauvaise répartition de la charge sur différentes parties de la colonne vertébrale, réduisant ainsi la distance intervertébrale.
  • Blessures à la colonne vertébrale. Blessures graves, ecchymoses, microtraumatismes répétés provoquent la prolifération du tissu conjonctif avec perte d'élasticité.
  • Charge inadéquate. Associée aux sports, à la musculation, au travail forcé.
  • Processus dysmétaboliques. Ils sont le résultat d'une pathologie endocrinienne (diabète sucré, obésité endocrinienne, hypothyroïdie), de la malnutrition.
  • La vieillesse Le vieillissement du corps s'accompagne de changements dystrophiques dans divers organes et tissus, y compris la colonne vertébrale.

Pathogenèse

Les facteurs ci-dessus sont à l'origine du développement de l'ostéochondrose - changements dégénératifs-dystrophiques dans les tissus de la colonne vertébrale, y compris le disque intervertébral. L'élasticité de l'anneau fibreux entourant le noyau du disque diminue. Des microfissures se forment dans ses parties internes. Le processus est facilité par une pression accrue sur le disque en raison du rétrécissement de l'espace intervertébral. En conséquence, le noyau pulpeux est déplacé vers la partie externe du disque. La protrusion est formée. La taille de la partie saillante varie de 4 à 6-7 mm. En raison de la taille réduite des vertèbres dans la région cervicale, des saillies de 2 à 3 mm peuvent être cliniquement significatives, classées dans la neurologie pratique en tant que «prolapsus».

Classification

L'évolution et le tableau clinique de la maladie dépendent de la direction du disque prolapsus. Selon sa localisation, la protrusion intervertébrale est classée comme suit:

  • Protrusion antérieure (ventrale) - renflement d’une partie du disque dans la direction allant de la colonne vertébrale à l’estomac. S'écoule de manière latente, sans affecter les structures vertébrales.
  • Protrusion latérale (latérale) - située sur le côté de la colonne vertébrale, affectant négativement la racine spinale adjacente. Il peut être droit et gauche, antérieur-postérieur-latéral. Distinguer séparément la protrusion foraminale en allant dans la direction du foramen intervertébral.
  • Saillie postérieure (dorsale) - dirigée vers le dos. Inclut une forme médiane (centrale) allant au centre du canal rachidien. Avec une grande taille, la saillie médiane peut affecter directement les tissus de la colonne vertébrale.

Symptômes de protrusion discale intervertébrale

Les symptômes dépendent du type, de l'emplacement et de la taille de la saillie. Les formes antérieure et antérolatérale sont asymptomatiques. Les parties postérieure et postérieure ont une période de latence, puis elles manifestent des signes d'irritation de la racine spinale adjacente, un syndrome douloureux avec irradiation de la colonne vertébrale à la périphérie et des troubles sensoriels dans la zone innervée par la racine touchée. Jusqu'à une certaine taille, le prolapsus du disque intervertébral n'est pas accompagné de symptômes cliniques. La saillie cervicale commence à se manifester à partir de 2 mm et la région lombaire à partir de 4 mm.

Dans la région cervicale, la saillie est caractérisée par des douleurs aiguës (subaigus) dans le cou, qui sont brûlantes ou qui ressemblent à un "mal de dos". La douleur s'étend jusqu'à la ceinture scapulaire, allez le long de la main jusqu'aux doigts. Il y a un engourdissement, une sensation de "chair de poule", des picotements dans la main. Les tournants et les inclinaisons de la tête sont limités.

Dans la région thoracique, le syndrome douloureux peut survenir lors de l'imitation de maladies des organes internes (douleur dans l'épigastre, dans la poitrine, dans la région du cœur). La protubérance s'accompagne de picotements et d'inconfort le long de l'espace intercostal.

Dans la région lombaire, la pathologie du disque intervertébral survient le plus souvent, ce qui est associé à une charge accrue et à une grande amplitude de mouvements (flexion-extension, torsion). Les douleurs sont localisées dans le bas du dos, irradiant vers la fesse du côté de la saillie et se poursuivant jusqu'au pied. Dans le domaine de la douleur, on ressent une "chair de poule rampante", une gêne, des picotements. Les mouvements dans le dos sont limités car ils augmentent la douleur.

Des complications

Sans mesures médicales et de sécurité, la situation est aggravée. La progression des processus dégénératifs, une augmentation de la pression sur le disque, une diminution de la distance intervertébrale et une charge insuffisante entraînent une rupture de la partie externe de l'anneau avec la formation d'un disque hernié. Il y a une compression de la racine de la colonne vertébrale ou de la moelle épinière. Dans le premier cas, le syndrome racinaire se développe avec une perte de fonction de la racine, dans le second cas - une myélopathie discogène. Les complications peuvent conduire à la formation d'un déficit neurologique persistant et d'une invalidité. Hernie intervertébrale est peu susceptible d'un traitement conservateur, il est souvent une indication pour la chirurgie.

Diagnostics

La principale difficulté réside dans l'évolution souvent cachée de la protrusion, la gravité mineure des symptômes, à la suite de laquelle les patients consultent déjà un médecin au stade de la hernie. Un diagnostic complet est réalisé grâce aux efforts d'un neurologue, orthopédiste, vertébrologue. Comprend:

  1. Recueillir l'histoire. Aide à détecter l'apparition de symptômes après une exposition à un facteur déclencheur (soulèvement d'un objet lourd, charge excessive, séjour prolongé dans une position inclinée ou pivotée).
  2. Examen du patient. Il révèle la présence d'une posture antalgique, une restriction forcée de la mobilité et une douleur associée à une palpation paravertébrale au niveau de la vertèbre correspondante. L'état neurologique peut déterminer les zones d'hyperesthésie ou d'hypoesthésie, les symptômes de la tension des racines nerveuses. L'apparition dans l'état de signes de perte de fonction (faiblesse musculaire, réflexes diminués, manque de sensibilité à la douleur) est une évidence en faveur d'une hernie.
  3. Rayon X de la colonne vertébrale. Il est utile d’évaluer la distance entre les vertèbres et l’exactitude de l’interposition anatomique des structures osseuses. La radiographie peut confirmer la présence d'anomalies, de courbure, de signes d'ostéochondrose et de lésion vertébrale.
  4. IRM de la colonne vertébrale. Permet de visualiser le prolapsus, d'évaluer sa taille, le degré de compression des tissus environnants. La tomodensitométrie est moins informative, car les structures des tissus mous sont plus dégradées.
  5. Électroneuromyography. Conduit pour évaluer le degré de changements fonctionnels, identifier les troubles de la conduction des troncs nerveux, la mise en œuvre de diagnostics différentiels.

Le diagnostic différentiel est réalisé avec une mononévrite, une myosite, une ostéochondrose simple. Dans les cas de lésions thoraciques, en fonction des symptômes, il est nécessaire d'exclure la pathologie des organes internes (gastrite, pancréatite, angine de poitrine).

Traitement de la protrusion discale intervertébrale

La thérapie est réalisée dans le cadre de méthodes conservatrices. L'élimination de l'étiofacteur (charge excessive, position incorrecte de la colonne vertébrale, troubles métaboliques) revêt une importance primordiale. Le traitement a deux composantes:

  • Soulagement de la douleur. Produit des anti-inflammatoires non stéroïdiens. En cas de tension musculaire augmentant la douleur, des relaxants musculaires sont prescrits. Peut-être phonophorèse, électrophorèse des anesthésiques. Le patient doit observer un régime de protection: éviter les mouvements brusques, réduire la charge sur la colonne vertébrale.
  • Prévention de la progression de la saillie. Cela implique le renforcement de l'appareil musculo-ligamentaire, qui maintient les vertèbres dans la position correcte, à une distance suffisante les unes des autres. Entraîner les muscles permet une thérapie par l'exercice complexe, des exercices réguliers sur des simulateurs spéciaux. Si nécessaire, la gymnastique est combinée à une thérapie de traction - traction de colonne vertébrale sèche ou sous-marine pour augmenter la distance intervertébrale. Massage, physiothérapie augmenter la circulation sanguine, la nutrition des muscles et des tissus paravertébraux, contribuent à leur renforcement.

Pronostic et prévention

La prolifération discale a un pronostic favorable. Le traitement précoce est efficace chez 90% des patients. L'absence de traitement conduit à la progression de la maladie avec le résultat d'une hernie nécessitant un retrait chirurgical. La prévention primaire est un mode de vie actif, la nutrition, le respect d'un effort physique adéquat dans la position physiologique de la colonne vertébrale, l'arrêt des anomalies dysmétaboliques. La prévention secondaire vise à prévenir le développement d'une hernie discale. Il consiste en la mise en œuvre constante d'un ensemble d'exercices de gymnastique pour le renforcement des muscles du dos, l'exclusion des facteurs provoquants et la surveillance régulière par un vertébrologue.

Saillie discale - causes, symptômes, profilkatika et traitement

I. Qu'est-ce que la saillie des disques

La saillie du disque intervertébral est un processus pathologique de la colonne vertébrale, dans lequel le disque intervertébral fait saillie dans le canal rachidien sans rompre l’anneau fibreux. Ce n'est pas une maladie indépendante, mais l'une des étapes de l'ostéochondrose, suivie d'une hernie. Le plus souvent localisée dans les régions lombaires et moins - les cervicales.

En fait, la saillie de la hernie se distingue par l'état de l'anneau fibreux, qui limite et supprime le noyau pulpaire du disque intervertébral. Si cette bague préserve l’intégrité et que la structure du disque n’est pas brisée, il y a saillie. Si l'anneau est brisé et qu'une partie du disque est tombée, il s'agit d'une hernie.

Les causes de la destruction de l'anneau fibreux sont nombreuses - haltérophilie, manque d'effort physique, surcharge physique et psychologique, stress nerveux, surcharge de travail, manque d'oligo-éléments (chondroïtine, glucosamine, calcium...), ostéochondrose, scoliose, cyphose et autres maladies. ) - formé à la suite de la rupture de l'anneau fibreux du disque intervertébral, à travers lequel une partie du noyau gélatineux se gonfle.

La saillie des disques intervertébraux (PMD, du latin "protrudere" - "parle franchement") est appelée saillie du disque intervertébral au-delà de la moelle épinière sans rompre l'anneau fibreux.

La protrusion discale est l’une des formes les plus courantes de troubles dystrophiques et le stade initial de la formation d’une hernie dans le disque intervertébral. À toutes les étapes du développement de la maladie, les fibres internes de l'anneau fibreux sont endommagées. Mais il n'y a pas d'espace dans la coque extérieure. Lorsque cet anneau dépasse le disque intervertébral, formant une saillie. La taille de la saillie est comprise entre 1 et 5 mm. Un renflement de 1 à 3 millimètres est toujours considéré comme non dangereux et ne donne généralement pas de symptômes. Mais lorsque le noyau pulpeux fait saillie au-delà de l'anneau fibreux sur une distance de 5 millimètres ou plus, la saillie provoque une gêne pour le patient. En conséquence, il se produit une irritation (compression) des racines nerveuses et une douleur de nature non permanente (intermittente), ce qui s'explique par le degré variable d'irritation nerveuse à différentes positions du corps. Comme le principal danger de gonflement ou de prolapsus du disque est la compression de la moelle épinière et que l'amplitude de la saillie peut être importante, elle est presque aussi dangereuse que la hernie.

Ii. Causes de la protrusion discale

Le plus souvent, cette pathologie (PMD - saillie du disque intervertébral) se produit dans la colonne lombaire, ce qui s'explique par le fait que ce département représente la charge la plus importante. Le mécanisme de la saillie consiste principalement en des modifications dystrophiques de l’anneau fibreux du disque, qui entraînent une fissuration progressive, une perte d’élasticité et un aplatissement. Les violations affectent le noyau pulpeux, qui se déshydrate et perd du volume, puis sous la pression des corps vertébraux commence à dépasser sa position normale. L'essentiel est que les disques intervertébraux ne possèdent pas de vaisseaux sanguins, ils obtiennent tous les nutriments par diffusion à partir des tissus adjacents. Si pour une raison quelconque la diffusion ne se produit pas (par exemple, en raison du manque d'effort physique), le disque intervertébral commence à “mourir de faim”, ce qui est à l'origine de l'apparition de processus dégénératifs.

La raison de la saillie du disque vertébral, en premier lieu, est l'ostéochondrose, en cas de manque d'eau, d'oligo-éléments et d'acides aminés. De manière générale, une saillie est formée à la suite d'une ostéochondrose et entraîne une détérioration de l'élasticité des disques et une réduction de leur hauteur.

Les facteurs suivants peuvent provoquer le développement de la PMD:

  • L'ostéochondrose causée par des changements liés à l'âge est la principale cause de protrusion discale;
  • Blessures à la colonne vertébrale;
  • Courbure de la colonne vertébrale - hyperkyphose, scoliose, cyphoscoliose;
  • Prédisposition génétique;
  • Surpoids;
  • Insuffisance, charges excessives sur la colonne vertébrale;
  • Mauvaise position pour soulever des poids;
  • Posture incorrecte;
  • Surpoids;
  • Développement insuffisant du cadre musculaire;
  • Violation des processus métaboliques dans le corps;
  • Changements d'âge;
  • Processus infectieux sévères dans le corps.

La charge sur la colonne vertébrale dépend en grande partie de la position du corps. Par exemple, lorsque vous soulevez dans une position courbée, sa pression sur la colonne lombaire est 10 fois supérieure à son poids. Et si vous pensez que la pression maximale exercée sur la colonne lombaire se produit lorsque vous êtes debout, vous vous trompez! En fait, avec un poids moyen, en position debout, il pèse 70-80 kg et en position assise - 140 kg, soit deux fois plus! La pression sur le bord du disque augmente de 11 fois! Cela montre à quel point un mode de vie sédentaire est néfaste et contribue dans une large mesure à la formation de protrusion discale.

III. Symptômes de protrusion discale

En règle générale, de nombreux cas de saillie sont asymptomatiques, en particulier au tout début de sa formation. Mais en l’absence d’attention, cela entraîne de graves conséquences. La protrusion est une étape précoce dans le développement d'une hernie discale.
Comment déterminer les symptômes de la maladie "asymptomatique"?

Comme nous l'avons dit, la protrusion peut se développer longtemps sans l'apparition des symptômes. Les symptômes caractéristiques de cette maladie n'apparaîtront qu'au moment où la protubérance «atteindra» les extrémités nerveuses les plus proches. En même temps, la douleur peut être assez faible au début et le patient l'ignorera «avec succès». Mais après un jour ou deux, la douleur s'intensifie et commence à gêner sérieusement la personne.

Les symptômes de la maladie "saillie" dépendent de sa taille et de son emplacement. C'est l'intensité des symptômes qui indique la véritable cause et la gravité de la maladie.

Symptômes caractéristiques permettant de suspecter la présence d'une saillie:

  • douleur aiguë ou chronique dans le cou, le bas du dos ou dans la région de la colonne vertébrale thoracique;
  • douleurs rayonnantes ou migratrices;
  • radiculite;
  • affaiblissement du système musculaire et perte d'élasticité musculaire;
  • troubles de la sensibilité dans les membres supérieurs et inférieurs (fourmillements, "chair de poule rampante", etc.);
  • raideur et sensation de brûlure dans la colonne cervicale, thoracique ou lombaire;
  • maux de tête, vertiges, perte de vision et d'audition.

MAIS Les symptômes de la protrusion discale sont assez individuels. Cela dépend de l'emplacement et de la cause de l'endommagement du disque. Par conséquent, pour un traitement efficace, un diagnostic précis utilisant des techniques de neuroimagerie (IRM ou scanner) doit être effectué pour différencier d'autres maladies produisant des symptômes similaires.

Les manifestations suivantes de la saillie sont distinguées, ce qui est dû en grande partie à sa localisation et à la nature de la saillie:

1. Saillie discale dans la colonne cervicale

La colonne cervicale est très mobile et est responsable de la stabilité de la position de la tête et de l'élasticité des mouvements dans le cou. Il y a sept vertèbres dans cette partie de la colonne vertébrale, entre lesquelles se trouvent des disques intervertébraux. Lorsque les disques s'usent, des saillies apparaissent et peuvent provoquer une compression de la moelle épinière ou des racines. Les protrusions dans la région cervicale sont sujettes au développement de complications, provoquent une surcharge de la colonne vertébrale et le développement de multiples protrusions (et par la suite d'une hernie intervertébrale).

  • douleurs locales dans le cou de nature aiguë ou chronique;
  • maux de tête, vertiges;
  • mobilité limitée du cou;
  • douleur irradiant le long du bras;
  • picotements, engourdissements dans la main;
  • faiblesse musculaire dans l'épaule et le bras.

Les patients peuvent être traités pendant des années à partir d'autres affections, mais la saillie qui n'est pas détectée à temps va progressivement progresser et peut conduire à une invalidité.

2. Saillie discale dans la colonne thoracique

Les saillies de la colonne thoracique sont assez rares. Le fait est que la mobilité des vertèbres dans la région thoracique est beaucoup plus faible que dans les régions cervicale ou lombaire et que, par conséquent, la possibilité d’une exposition excessive aux disques est beaucoup moins importante. Mais, néanmoins, un certain mouvement est toujours présent et des saillies peuvent apparaître lors de la dégénérescence discale.

Les symptômes suivants sont possibles:

  • raideur dans le dos ou douleur;
  • inconfort, douleur aiguë ou chronique dans la colonne vertébrale thoracique;
  • douleur dans l'espace intercostal ou entre les omoplates, névralgie intercostale;
  • troubles de la sensibilité (engourdissement, fourmillements dans la poitrine et l'abdomen);
  • violation du travail d'organes situés dans la poitrine et la cavité abdominale (foie, coeur, etc.);
  • affaiblissement des muscles abdominaux.

La symptomatologie de la maladie dépend de l'emplacement de la saillie et de son degré d'impact sur les fibres nerveuses et les racines voisines.

3. Saillie discale dans la colonne lombaire

Les saillies les plus fréquentes se produisent dans la colonne lombaire. Cette partie de la colonne vertébrale souffre le plus souvent d'une charge importante (le centre de gravité du corps se situe dans la région lombaire) et d'une grande amplitude de mouvements. En conséquence, les disques lombaires sont plus sujets aux dommages et à l’apparition de protrusions. La situation est aggravée par les processus dégénératifs liés à l’âge.

Lorsque la protrusion du disque intervertébral irrite les structures rachidiennes voisines et que des symptômes caractéristiques se manifestent:

  • maux de dos aigus ou chroniques;
  • maux de dos, se retournant dans les fesses et la jambe;
  • raideur et douleur dans la région lombo-sacrée;
  • radiculite lombo-sacrée;
  • faiblesse dans les muscles du mollet et les cuisses;
  • irradiation de la douleur dans une jambe ou les deux;
  • pieds froids;
  • violation de la sensibilité (engourdissement, fourmillements, sensation de "chair de poule rampante") dans les membres inférieurs, dans la région pelvienne et dans l'aine;
  • dans de rares cas - violations des organes urinaires et reproducteurs.

Comme vous pouvez le constater, la plupart des symptômes sont de nature neurologique et sont associés à une compression des racines de la moelle épinière. C'est ce qui cause la douleur le long du nerf, qui est comprimé.

Iv. Étapes de la formation de saillies

La protrusion discale intervertébrale (TDP) en pratique clinique est beaucoup plus courante que la hernie (prolapsus), car elle constitue en fait son stade intermédiaire après lequel, après l’éruption du disque intervertébral, l’anneau fibreux se rompt et le prolapsus du noyau pulpaire dans le canal rachidien.

La formation de la saillie du disque est assez longue et consiste en trois étapes successives:

  1. À la première étape, à la suite de processus dégénératifs, jusqu’à 70% de la structure du disque intervertébral est détruite. Il aplatit, perd de l'élasticité, des fissures apparaissent dans la membrane fibreuse. La résistance dans le disque augmente progressivement et sa base, le noyau pulpaire, se déplace lentement vers le côté avec moins de résistance. À ce stade, la personne ressent de la douleur; toutefois, le malaise est local, il existe un spasme musculaire modéré, des modifications statiques et dynamiques peuvent survenir.
  2. À la deuxième étape, commence la formation de la saillie du disque - il s’agit du réseau de la saillie du disque intervertébral. Le noyau pulpeux se déplace du centre au bord, à cause duquel les fibres de l'anneau fibreux sont étirées. Le prolapsus atteint 2 à 3 mm, provoquant une douleur intense et un inconfort marqué dans la région du disque endommagé. Dans ce cas, il y a violation de la sensibilité, légère asymétrie des réflexes. Le syndrome de la douleur devient plus intense, des sensations désagréables se propagent et non dans les zones proches. Le syndrome musculo-tonique et les troubles de l'activité motrice sont modérés.
  3. Pour la troisième étape est caractérisée par une saillie importante du contenu du disque. C'est la dernière étape précédant la rupture de l'anneau fibreux et la formation d'une hernie intervertébrale. Caractérisé par une douleur aiguë, irradiante et par des troubles névralgiques mineurs (par exemple, un engourdissement des extrémités).

V. Comment reconnaître sa saillie

Des saillies du disque intervertébral peuvent apparaître chez les enfants et les adultes. Les changements dégénératifs-dystrophiques liés à l'âge dans la colonne vertébrale font que la véritable hernie du disque intervertébral se développe assez rarement chez les personnes de plus de 40 ans (elles ont souvent une saillie du disque, qui est souvent assimilée à la hernie). La saillie du disque intervertébral pose des problèmes de deux manières. Outre l'effet mécanique sur les structures nerveuses, des médiateurs inflammatoires, provoqués par une irritation chimique, émergent du disque par le biais de microfissures. La combinaison de ces facteurs entraîne des douleurs, une faiblesse, un engourdissement de la partie du corps que ce nerf innerve.

Il est très important de faire attention aux symptômes douloureux dans le dos. Après tout, nous avons souvent mal au dos après une journée bien remplie ou après un effort physique, et nous percevons donc quelque chose d’habituel et de banal. Il nous semble que c’est juste à la fin de la journée de travail que quelque chose tire quelque part, gémit, fait mal au dos. Nous pensons que nous étions simplement fatigués au travail, surchargés de travail dans le pays, restés assis ou debout longtemps. Pour cette raison, nous diagnostiquons et auto-traitons de manière indépendante avec confiance. En même temps, malheureusement, nous oublions que si vous faites appel à un spécialiste à temps, vous pouvez vous en tirer avec des méthodes de traitement simples et éviter de nombreux problèmes. Après tout, le diagnostic final ne peut être posé que par un spécialiste après un diagnostic approfondi.

Les méthodes de recherche diagnostique visent à différencier la protrusion d’autres maladies qui présentent des symptômes similaires et à identifier la cause de la maladie. Tout d'abord, une histoire détaillée est collectée et un examen physique du patient est effectué. L'utilisation de tests manuels spéciaux vous permet de déterminer le dysfonctionnement des segments moteurs vertébraux, la violation de la posture, la modification du tonus musculaire et la sensibilité altérée des membres. Si une protrusion ou une hernie intervertébrale est suspectée, des méthodes d'examen supplémentaires sont prescrites au patient: IRM, scanner, rayons X, échographie et autres, à la discrétion du médecin. Les études aux rayons X aident à établir le degré de changement dégénératif et de déformation. L'imagerie par résonance magnétique (ou CT) vous permet de visualiser clairement la compression des faisceaux nerveux. L'électromyographie (EMG) permet d'évaluer le degré d'endommagement des fibres nerveuses.

Vi. Classification des protrusions du disque intervertébral

Traditionnellement, les saillies sont classées selon leur type, leur type et leur emplacement.