Dysplasie cervicale

10 septembre 2012

La dysplasie cervicale est une forme de pré-cancer utérin, qui est maintenant particulièrement courante. Par dysplasie, on entend la présence de modifications de la membrane muqueuse du col de l'utérus, ainsi que du vagin, ayant une origine diverse.

Avec le développement de la dysplasie, des troubles de la structure cellulaire de la couche superficielle du col utérin apparaissent. Selon le stade de la dysplasie, des changements se produisent non seulement dans les couches superficielles, mais aussi dans les couches plus profondes. Parfois, la dysplasie est appelée érosion cervicale, mais la plupart des experts sont enclins à croire que ce terme ne permet pas de révéler complètement l’essence du processus. Après tout, lors de l'érosion, il se produit des lésions tissulaires de nature mécanique et la dysplasie cervicale implique la présence de lésions dans la structure des cellules tissulaires. En d'autres termes, la dysplasie développe non seulement des cellules présentant des signes d'atypie, mais également un changement pathologique du complexe tissulaire dans son ensemble.

Causes de la dysplasie cervicale

Dans environ 95% des cas, la dysplasie se développe au site de la transformation cervicale. C'est dans cette zone que l'on observe la transition de l'épithélium cylindrique à plat. La dysplasie se développe sous l'influence de la nature mécanique ou physique.

Plusieurs facteurs déterminent le développement de cette maladie chez les femmes. En particulier, la dysplasie cervicale se développe sur le fond de la vaginite, la vaginose et la colpite. En outre, la cause du développement de la dysplasie est souvent l'ectopie et l'érosion du col utérin, la leucoplasie de la vulve. La maladie est également souvent diagnostiquée à la suite d'une immunodéficience chez des patients atteints du SIDA, de maladies sexuellement transmissibles.

Très souvent, la dysplasie épithéliale survient dans le contexte de la défaite de l'épithélium par le virus du papillome humain muqueux. Sous l'influence du virus, les cellules de la couche basale et parabasale prolifèrent. Les cellules infectées par le virus se développent progressivement et se déplacent vers les couches supérieures de l'épithélium, dans lesquelles le virus se multiplie. En conséquence, une attaque virale provoque l'apparition d'une dysplasie.

Les spécialistes ont également identifié d'autres facteurs qui influencent le développement de la dysplasie: début précoce de la vie sexuelle, ainsi que l'accouchement précoce (avant l'âge de 16 ans); rapports sexuels fréquents avec des partenaires non réguliers; négligence des méthodes de contraception, en particulier l'utilisation d'un préservatif; avortements multiples ou accouchement. Le risque de dysplasie est plus élevé chez les femmes qui fument, l'hypoxie se produisant sous l'influence de la fumée du tabac. De ce fait, l'immunité locale se dégrade considérablement et le risque de microtraumatismes épithéliaux augmente considérablement. Une longue période d'utilisation de contraceptifs oraux combinés peut également provoquer une dysplasie cervicale.

En outre, en tant que facteurs affectant l'apparition et le développement de la maladie, il est nécessaire de noter la déficience de certaines vitamines (A, C, β-carotène), la qualité de vie médiocre, la présence d'une certaine prédisposition génétique à la maladie.

La manifestation de dysfonctionnements hormonaux de toute étiologie peut être une autre raison du développement de cette maladie.

Types de dysplasie cervicale

Pour établir le diagnostic, les experts utilisent la classification de la dysplasie, qui détermine le degré de lésion de l'épithélium squameux stratifié du col de l'utérus.

Si un patient présente une dysplasie cervicale de 1 degré, un tiers de l'épithélium est alors affecté. Par conséquent, ce degré est considéré comme facile. Cette étape de la dysplasie est parfois associée à un œdème et à une vacuolisation des cellules de la couche intermédiaire.

Si le patient est affecté de 1/3 à 2/3 de l'épithélium, dans ce cas, une dysplasie cervicale de grade 2 est diagnostiquée. C'est un degré de dommage modéré. Dans le même temps, la polarité de l'épithélium est violée.

Si le patient a une lésion de tout l'épithélium, alors une dysplasie cervicale de grade 3 est déterminée, ce qui est un degré grave de la maladie. En même temps, il n'y a pas de division de l'épithélium plat multicouche en couches, il y a un atypisme cellulaire et nucléaire prononcé.

Symptômes de la dysplasie cervicale

En règle générale, les signes cliniques prononcés avec le développement de la dysplasie cervicale n'apparaissent pas. Cependant, à des degrés sévères et avancés de dysplasie, une femme peut éprouver des douleurs récurrentes au bas de l'abdomen. En outre, il peut parfois y avoir écoulement de nature sanglante en petites quantités.

Environ 10% des femmes ont un cours caché de la maladie. Mais le plus souvent, les infections microbiennes rejoignent la dysplasie. Dans ce cas, le patient note déjà les signes caractéristiques d’autres maladies: changements notables dans la consistance et le caractère de la décharge, douleur, brûlures, démangeaisons.

Diagnostic de la dysplasie cervicale

En raison de l'absence de symptômes graves dans le processus de diagnostic de la dysplasie cervicale, l'utilisation de méthodes de recherche cliniques, instrumentales et de laboratoire, permettant d'évaluer la structure cellulaire de l'épithélium du col de l'utérus, revêt une importance particulière. La possibilité d'utiliser une méthode particulière dans chaque cas individuel est déterminée par le médecin traitant.

Au cours de l'examen, les méthodes suivantes sont utilisées: biopsie cervicale, colposcopie simple et étendue, curetage endocervical (la procédure consiste à effectuer un curetage de la muqueuse du canal cervical).

En outre, des tests avec l'acide acétique, des recherches sur la présence d'infections génitales, la détermination du statut immunitaire sont utilisés.

Si, au cours du processus de colposcopie, il existe des zones épithéliales sur lesquelles une dysplasie est susceptible de se développer, une biopsie et un examen histologique ultérieur sont ensuite effectués. Cette méthode vous permet de déterminer avec précision la gravité de la maladie.

Traitement de la dysplasie cervicale

Parfois, le traitement de la dysplasie cervicale n’est pas pratiqué du tout. Le besoin de thérapies spécifiques est déterminé par le spécialiste traitant, tout en étant guidé par un certain nombre de facteurs. Chez les jeunes femmes en âge de juvénile, la maladie disparaît parfois d'elle-même, à condition qu'il s'agisse d'une dysplasie de forme légère ou modérée. Les conditions suivantes doivent être respectées: l'âge du patient ne dépasse pas 20 ans, seules des lésions localisées se produisent, le processus pathologique n'a pas affecté le canal cervical, il n'y a pas d'infections virales dans le corps. Mais même en l'absence de traitement, une surveillance constante par un médecin et une recherche tous les quelques mois sont démontrées dans ce cas.

Lors de la prescription d'un traitement pour la dysplasie, il est impératif d'utiliser deux directions: l'enlèvement de la zone touchée et le traitement correctif ultérieur. Il est important de prendre en compte le degré de la maladie, l'âge de la femme, la présence d'accouchement dans l'histoire, les autres facteurs de risque.

Afin de choisir la bonne méthode pour supprimer une zone atypique, le médecin doit prendre en compte toutes les caractéristiques individuelles de l’état de santé du patient. Le fait est que certains types de chirurgie peuvent déclencher l’apparition de complications graves à l’avenir. Cela peut être l'apparition de cicatrices sur le col de l'utérus, l'infertilité, les violations du cycle mensuel, les violations du cours de la grossesse.

La méthode de coagulation chimique est le plus souvent utilisée si une femme est diagnostiquée comme présentant une véritable érosion et que, parallèlement, les lésions sont relativement peu profondes et peu étendues. Pour la procédure également, des méthodes de cautérisation utilisant l’électricité sont utilisées. Cette procédure est effectuée rapidement, mais après cela, des cicatrices peuvent rester sur l'utérus.

On utilise souvent dans le traitement de la dysplasie des méthodes de cryodestruction et de cryoconisation consistant à congeler les zones touchées par l’utilisation d’azote liquide. Cependant, en cas de dysplasie sévère et de manifestation d'un processus malin, la congélation n'est pas appliquée. Les inconvénients de cette technique sont l'impossibilité de régler avec précision la profondeur de gel ainsi qu'une manifestation de décharge trop longue après la procédure.

La cautérisation des tissus est également réalisée à l'aide d'un laser. Les opérations à l'aide d'un laser vous permettent d'influencer avec précision les zones touchées. Mais en même temps, une telle intervention est très douloureuse et après quelques jours, des saignements peuvent survenir.

L'excision par couteau froid est actuellement peu utilisée car cette méthode se caractérise par l'apparition de nombreuses complications: traumatisme élevé, saignement abondant. À condition que la femme soit diagnostiquée avec le premier stade du cancer, elle doit subir une amputation du col de l'utérus.

Il est important de prendre en compte certaines caractéristiques du traitement de la dysplasie. Il est souhaitable d'effectuer l'opération au début du cycle menstruel, car c'est à ce moment-là que la réparation tissulaire est la plus active. Fondamentalement, l'opération utilise une anesthésie locale. L'anesthésie générale n'est utilisée que dans des cas individuels.

En période postopératoire, les femmes remarquent l’apparition de la sortie de l'hôpital environ un mois. Dans les premières semaines, il y a aussi une douleur dans le bas-ventre. Pendant la période de convalescence après la chirurgie, il est interdit à une femme de soulever des poids lourds, d'utiliser des tampons, de se doucher et d'avoir des relations sexuelles. Les médicaments sédatifs peuvent également être utilisés à ce moment-là, mais ils sont prescrits individuellement.

Environ trois mois après la chirurgie, il est important de passer un frottis cytologique afin de vérifier l'efficacité de la procédure. En règle générale, la récupération de l'épithélium se produit dans 6-10 semaines. Au cours de la première année après la chirurgie, l’état de l’épithélium doit être vérifié au moins une fois tous les trois à quatre mois.

En tant que traitement de rééducation, il est important de prendre des médicaments contenant des vitamines A, E, C, B6, B12, des bioflavonoïdes, du β-carotène, de l’acide folique et d’autres oligo-éléments. Au cours de la recherche, un lien direct a été noté entre le manque de certaines vitamines dans le corps de la femme et la manifestation de la dysplasie cervicale. Des préparations complexes à base de multivitamines sont également utilisées pour prévenir la manifestation de la dysplasie. Pendant la période de récupération, la nourriture du patient devrait également inclure les produits qui contiennent le maximum de ces vitamines et éléments. Il est également recommandé d'utiliser quotidiennement du thé vert, ce qui a un effet positif sur la restauration de l'épithélium.

Lors de la prescription des méthodes de traitement, le médecin doit tenir compte de la nature des maladies associées à la dysplasie. Avant le traitement chirurgical, une réorganisation obligatoire est effectuée afin d'éliminer l'inflammation éventuelle.

Il est également recommandé d'utiliser certaines méthodes traditionnelles pour traiter la dysplasie cervicale. Traitement efficace avec des tampons à la propolis et au beurre. Pour les fabriquer, faites fondre 200 g de beurre et ajoutez 10 g de propolis pré-moulue. Faites bouillir ce mélange pendant 15 minutes à feu doux. Après cela, le liquide est filtré à travers plusieurs couches de gaze. Le tampon est imbibé de ce mélange et inséré dans le vagin pendant environ une demi-heure. La pommade doit être conservée dans un endroit froid et les procédures avec des tampons sont effectuées pendant un mois.

Également pour le traitement de la dysplasie, vous pouvez préparer des écouvillons avec de l'aloès et du miel. Pour cela, on mélange à parts égales de jus d'aloès frais et de miel, un tampon est imbibé d'un mélange qui est introduit dans le vagin pendant la nuit. La durée du traitement est de deux semaines.

Pour les douches quotidiennes, qui doivent avoir lieu le matin et le soir, utilisez une infusion de thé vert et de calendula. Pour le préparer, vous devez prendre une cuillère à soupe de fleurs de calendula et de thé vert sec, verser de l'eau bouillante sur le mélange et laisser reposer plusieurs heures. Les douches sont effectuées pendant un mois.

Il est très important de toujours se rappeler que les maladies du col de l'utérus, qui ne sont pas traitées à temps, peuvent éventuellement se transformer en une forme maligne. Par conséquent, vous devez subir des examens préventifs à temps et prendre toutes les mesures nécessaires pour guérir la maladie.

À ce jour, l’application de la bonne approche au traitement d’une maladie permet de guérir la dysplasie et de prévenir sa dégénérescence sous une forme maligne.

Prévention de la dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale peut se produire non seulement chez les femmes appartenant aux groupes à risque décrits ci-dessus. Les femmes qui ont déjà commencé à avoir des relations sexuelles doivent observer strictement les conditions des examens préventifs chez le gynécologue.

Une mesure préventive obligatoire pour chaque femme devrait être la bonne approche pour organiser la nutrition au quotidien: en particulier, vous devriez constamment utiliser des repas enrichis en micro-éléments sains.

Une mesure préventive importante est l’arrêt total du tabagisme, dont les scientifiques ont clairement démontré le lien avec le développement de la dysplasie. Il est important de respecter les règles d'hygiène sexuelle, d'utiliser des contraceptifs de barrière, de garantir le traitement rapide de toutes les maladies du système génito-urinaire.

Dysplasie cervicale

Par dysplasie cervicale, on entend les modifications atypiques de l'épithélium dans sa partie vaginale, liées aux processus précancéreux. La dysplasie cervicale est une maladie réversible aux premiers stades de son développement. Par conséquent, sa détection et son élimination rapides constituent un moyen fiable de prévenir le risque de cancer. Contrairement à l'érosion qui survient lors d'une lésion mécanique des tissus, dans la dysplasie, les troubles affectent les structures cellulaires des tissus tapissant le col de l'utérus. La dysplasie cervicale survient principalement entre 25 et 35 ans et correspond à 1,5 cas pour 1 000 femmes. L'absence de symptômes cliniques évidents dans la dysplasie cervicale au premier plan du diagnostic met en jeu les techniques instrumentales, cliniques et de laboratoire.

Dysplasie cervicale

Par dysplasie cervicale, on entend les modifications atypiques de l'épithélium dans sa partie vaginale, liées aux processus précancéreux. La dysplasie cervicale est une maladie réversible aux premiers stades de son développement. Par conséquent, sa détection et son élimination rapides constituent un moyen fiable de prévenir le risque de cancer.

Contrairement à l'érosion qui survient lors d'une lésion mécanique des tissus, dans la dysplasie, les troubles affectent les structures cellulaires des tissus tapissant le col de l'utérus. La dysplasie cervicale survient principalement entre 25 et 35 ans et correspond à 1,5 cas pour 1 000 femmes. Pour comprendre les processus pathologiques se produisant dans la dysplasie cervicale, il est nécessaire de se faire une idée des caractéristiques de sa structure anatomique et physiologique.

Types de dysplasie cervicale

La partie inférieure, étroite et cylindrique de l'utérus, située partiellement dans la cavité abdominale et s'étendant partiellement dans le vagin (respectivement les parties supravaginale et vaginale) est le col de l'utérus.

La partie vaginale du col de l'utérus est examinée à l'aide d'un spéculum vaginal lors d'un examen pelvien. À l'intérieur du col de l'utérus, un canal cervical étroit (col de l'utérus) d'une longueur de 1 à 1,5 cm passe dont une extrémité (pharynx externe) s'ouvre dans le vagin et l'autre (pharynx interne) dans l'utérus en les reliant.

À l'intérieur, le canal cervical est tapissé d'une couche de cellules cylindriques épithéliales et contient des glandes cervicales produisant du mucus. La sécrétion muqueuse du canal cervical empêche la microflore de passer du vagin à l'utérus. Les cellules cylindriques épithéliales ont une couleur rouge vif.

Dans la région du pharynx utérin externe, les cellules épithéliales cylindriques du canal cervical passent dans un épithélium squameux stratifié recouvrant les parois du vagin de la partie vaginale du col de l'utérus et ne comportant pas de glandes. L'épithélium squameux est de couleur rose pâle et présente une structure multicouche composée de:

  • la couche baso-parabasale - la couche la plus basse et la plus profonde de l'épithélium formée par les cellules basales et parabasales. La couche basale de l'épithélium malpighien touche les tissus sous-jacents (muscles, vaisseaux, terminaisons nerveuses) et contient des cellules jeunes capables de se reproduire par division;
  • couche intermédiaire;
  • couche fonctionnelle (de surface).

Normalement, les cellules de la couche basale sont arrondies, avec un grand noyau rond. En mûrissant progressivement et en pénétrant dans les couches intermédiaires et superficielles, la forme des cellules basales s’aplatit et la taille du noyau diminue. Ayant atteint la couche superficielle, les cellules s’aplatissent avec un très petit noyau.

La dysplasie cervicale est caractérisée par des troubles de la structure des cellules et des couches d’épithélium squameux. Les cellules épithéliales altérées deviennent atypiques - grandes, sans forme, avec de multiples noyaux et la disparition de la division de l'épithélium en couches.

La dysplasie cervicale peut toucher différentes couches de cellules squameuses. Il existe 3 degrés de dysplasie cervicale, en fonction de la profondeur du processus pathologique. Plus le nombre de couches de l'épithélium touchées est important, plus le degré de dysplasie cervicale est grave. Selon la classification internationale, il y a:

  1. Dysplasie cervicale légère (CIN I, dysplasia I) - les modifications de la structure des cellules sont légères et affectent le tiers inférieur de l'épithélium squameux stratifié.
  2. Dysplasie cervicale modérée (CIN II, dysplasie II) - des modifications de la structure des cellules sont observées dans les tiers inférieur et moyen de l'épithélium squameux.
  3. Dysplasie cervicale sévère ou cancer non invasif (CIN III, dysplasie III) - des modifications pathologiques se produisent dans l’ensemble des cellules épithéliales, mais ne s’appliquent pas aux vaisseaux, muscles, terminaisons nerveuses, comme dans le cancer invasif du col utérin affectant ces structures.

Causes de la dysplasie cervicale

Le plus souvent, le développement de la dysplasie cervicale est provoqué par des types oncogènes de papillomavirus humain (HPV-16 et HPV-18). Cette cause est détectée chez 95 à 98% des patients atteints de dysplasie cervicale. Avec une présence à long terme dans le corps et dans les cellules de l'épithélium squameux (1-1,5 ans), une infection par le papillomavirus humain provoque des modifications de la structure des cellules, à savoir une dysplasie. Ceci est facilité par certains facteurs aggravants:

  • déficit immunitaire - suppression de la réactivité immunitaire par maladies chroniques, stress, drogues, malnutrition, etc.
  • tabagisme actif et passif - augmente le risque de dysplasie cervicale quatre fois;
  • inflammation chronique prolongée des organes génitaux;
  • troubles hormonaux causés par la ménopause, la grossesse, l'utilisation de médicaments contenant des hormones;
  • début de vie sexuelle et d'accouchement;
  • lésions traumatiques du col utérin.

Symptômes de la dysplasie cervicale

La dysplasie cervicale ne fournit pratiquement pas de tableau clinique indépendant. La dysplasie est latente chez 10% des femmes. Plus souvent, l’infection microbienne est associée à une dysplasie cervicale, responsable des symptômes pathologiques de la colpite ou de la cervicite: sensation de brûlure ou de démangeaison, écoulement du tractus génital de couleur, de consistance ou d’odeur inhabituelle, parfois mélangé avec du sang (après utilisation de tampons, de rapports sexuels, etc.). La dysplasie du col utérin est presque toujours absente. La dysplasie cervicale peut être longue et régresser indépendamment après un traitement approprié des processus inflammatoires. Cependant, le processus de dysplasie cervicale est généralement progressif.

La dysplasie cervicale survient souvent lors de maladies telles que les verrues génitales du vagin, de la vulve, de l'anus, de la chlamydia et de la gonorrhée.

L'absence de symptômes cliniques évidents dans la dysplasie cervicale au premier plan du diagnostic met en jeu les techniques instrumentales, cliniques et de laboratoire.

Méthodes de diagnostic de la dysplasie cervicale

Le diagnostic de dysplasie cervicale comprend:

  • examen du col utérin à l'aide de miroirs vaginaux - afin de détecter des dysplasies visuellement visibles et exprimées cliniquement (décoloration des muqueuses, brillance autour du pharynx externe, taches, croissance de l'épithélium, etc.);
  • colposcopie - examen du col de l’utérus avec un colposcope - dispositif optique qui grossit l’image plus de 10 fois et tests de diagnostic simultanés - traitement du col de l’utérus avec une solution de Lugol et de l’acide acétique;
  • examen cytologique du frottis - en cas de dysplasie cervicale, un examen microscopique d'un grattage obtenu à partir de différents sites permet l'identification de cellules anormales. De plus, à l'aide d'un frottis PAP, des marqueurs de l'infection à papillomavirus humain à noyaux ratatinés et un rebord, site de localisation du virus du papillome humain, sont détectés;
  • examen histologique de la biopsie - fragment de tissu prélevé lors d'une biopsie du col de l'utérus dans la zone suspectée de dysplasie. C'est la méthode la plus informative pour détecter la dysplasie cervicale;
  • méthodes de PCR immunologique - pour la détection de l'infection à HPV, l'établissement de souches virales et la charge virale (concentration du virus du papillome dans le corps). La détection de la présence ou de l'absence de types de HPV oncogènes permet de déterminer le choix de la méthode de traitement et les tactiques de gestion du patient présentant une dysplasie cervicale.

Traitement de la dysplasie cervicale

Le choix de la méthode de traitement de la dysplasie cervicale est déterminé par le degré de dysplasie, l'âge de la femme, la taille de la zone touchée, les maladies concomitantes et les intentions du patient en matière de préservation de la fertilité. La place prépondérante dans le traitement de la dysplasie cervicale est:

  1. Le traitement immunostimulant (immunomodulateurs, interférons et leurs inducteurs) est indiqué en cas de lésions étendues et de dysplasie cervicale sujette aux récidives.
  2. Méthodes de chirurgie:
  • destruction (élimination) de la zone atypique par cryothérapie (exposition à l'azote liquide), électrocoagulation, radiothérapie, laser à l'argon ou au dioxyde de carbone;
  • ablation chirurgicale de la dysplasie cervicale (conisation) ou du col utérin entier (amputation).

Avec le degré de dysplasie et ІІ, la petite taille de la zone modifiée, le jeune âge du patient, les tactiques en attente sont souvent choisies en raison de la forte probabilité de régression indépendante de la dysplasie cervicale. Réaliser des études cytologiques répétées (tous les 3 ou 4 mois) et obtenir deux résultats positifs confirmant la présence d'une dysplasie cervicale est une indication de la question du traitement chirurgical. Les oncogynécologues traitent la dysplasie III en utilisant l’une des méthodes chirurgicales (y compris l’amputation conique du col de l’utérus).

Avant de mener à bien l’une des méthodes de traitement chirurgical de la dysplasie cervicale, un traitement anti-inflammatoire est prescrit pour réorganiser le foyer infectieux. En conséquence, le degré de dysplasie cervicale est souvent réduit ou son élimination complète se produit.

Traitement chirurgical de la dysplasie cervicale

Après le traitement chirurgical de la dysplasie cervicale, la période de rééducation dure environ 4 semaines. On peut noter à ce moment:

  • douleurs de caractère pleurnichant dans le bas de l'abdomen pendant 3-5 jours (le plus long survient après la destruction au laser);
  • écoulement des voies génitales - abondant, parfois avec une odeur pendant 3-4 semaines (le plus long survient après la cryodestruction);
  • saignements abondants et prolongés au niveau des organes génitaux, douleur intense dans le bas de l'abdomen, élévation de la température corporelle pouvant atteindre 38 ° C et plus - servent d'indications pour une consultation médicale immédiate.

Afin de récupérer rapidement, de guérir plus rapidement et de prévenir les complications, il est nécessaire d’observer le repos sexuel, d’éviter les gerillonnages, de soulever des poids, d’utiliser des tampons hygiéniques et de suivre à la lettre les recommandations et les recommandations du médecin.

Observation et prévention de la dysplasie cervicale

Le premier contrôle de la guérison de la dysplasie cervicale est effectué 3 à 4 mois après le traitement chirurgical. Des écouvillons cytologiques sont prélevés, suivis de répétitions trimestrielles tout au long de l'année. Les résultats négatifs, montrant l'absence de dysplasie cervicale, permettent un examen plus approfondi comme prévu, avec des examens médicaux annuels.

Pour la prévention de la dysplasie cervicale et de sa récurrence, il est recommandé:

  • l'inclusion dans le régime alimentaire de tous les oligo-éléments et vitamines, en particulier les vitamines A, groupe B, sélénium;
  • la réhabilitation rapide de tous les foyers d’infections;
  • cessation du tabac;
  • utilisation d'une barrière contraceptive (en cas de relations sexuelles occasionnelles);
  • observation régulière par un gynécologue (1 à 2 fois par an) avec une étude du frottis cytologique du col de l'utérus.

Perspectives pour le traitement de la dysplasie cervicale

La gynécologie moderne dispose de méthodes efficaces pour le diagnostic et le traitement de la dysplasie cervicale, afin d’éviter sa transformation en cancer. La détection précoce de la dysplasie cervicale, le diagnostic et le traitement appropriés, un suivi médical régulier peuvent guérir presque tous les stades de la maladie. Après l'application de techniques chirurgicales, la fréquence de guérison de la dysplasie cervicale est de 86 à 95%. Une dysplasie cervicale récurrente est observée chez 5 à 10% des patients ayant subi une intervention chirurgicale, due à un porteur du virus du papillome humain ou à une excision incomplète de la zone pathologique. En l'absence de traitement, 30 à 50% des dysplasies cervicales renaissent en cancer invasif.

Dysplasie cervicale - qu'est-ce que c'est, causes, signes, symptômes et traitement de la dysplasie utérine

Par dysplasie cervicale, on entend les modifications atypiques de l'épithélium dans sa partie vaginale, liées aux processus précancéreux. Le plus souvent, ce diagnostic est confirmé chez les femmes en âge de procréer. Indépendamment du fait qu'une telle condition est considérée comme précancéreuse, elle est réversible aux premiers stades de développement.

Lorsque la dysplasie, les changements pathologiques sont directement liés à la structure du tissu cellulaire. Plus la dysplasie est détectée tôt, plus le risque de transition vers le cancer est faible. Le pronostic est toujours dans ce cas dépend du degré de dysplasie cervicale.

Quelle est la maladie, quelles sont les causes et les symptômes de la femme, ainsi que les principales méthodes de traitement - nous examinerons cet article.

Dysplasie cervicale: qu'est-ce que c'est?

La dysplasie cervicale (dysplasie cervicale) est une affection de l'épithélium recouvrant le col de l'utérus, caractérisée par une modification du nombre de couches et de la structure des cellules le constituant.

Traduit, ce terme fait référence au phénomène de «croissance non ordonnée». Dans le même temps, des changements surviennent dans les couches supérieures des membranes cellulaires, ce qui peut provoquer la dégénération des cellules en tumeurs malignes, conduisant au cancer du col de l'utérus.

Un autre nom pour la dysplasie cervicale est néoplasie intraépithéliale cervicale, ou CIN (CIN).

Les stades de la maladie dépendent de la profondeur de pénétration des cellules malades dans les tissus. Par conséquent, il peut survenir sous des formes légères, modérées et graves. N'importe lequel d'entre eux se prêtant à un traitement rapide.

La dysplasie cervicale survient principalement entre 25 et 35 ans et correspond à 1,5 cas pour 1 000 femmes. Contrairement à l'érosion du col utérin, la dysplasie capture non seulement les couches superficielles de l'épithélium, mais également les couches profondes.

La maladie ne présente aucun symptôme précoce. Le plus souvent, la dysplasie cervicale de l'épithélium du col de l'utérus est détectée au cours d'un examen de routine ou lors d'une visite chez un gynécologue pour une autre pathologie (ou concomitante). Les compagnons de dysplasie sont souvent des processus de base dans le col, des maladies inflammatoires, des infections sexuellement transmissibles.

Raisons

L'épithélium de la muqueuse est constitué de plusieurs couches: basale, intermédiaire et fonctionnelle, ou superficielle. La dysplasie de l'épithélium cervical perturbe la structure des couches, leur fonctionnement normal devient impossible.

Les experts sont convaincus à 98% que la cause de cette pathologie est le long séjour du VPH (types oncogènes 16 et 18) dans la membrane muqueuse du col de l'utérus. Il faut 12 à 18 mois pour que le virus provoque une dysplasie.

Les principales causes de la dysplasie cervicale sont des troubles hormonaux et métaboliques associés à une exposition à un agent infectieux.

Les facteurs de risque prédisposant au développement de la dysplasie peuvent inclure:

  • débuts sexuels précoces et accouchements précoces;
  • fumer;
  • états d'immunodéficience;
  • maladies gynécologiques chroniques;
  • perturbations du système de régulation hormonale;
  • infections spécifiques (vénériennes) du tractus génital;
  • lésions traumatiques du col de l'utérus (naissances multiples, avortements, interventions chirurgicales et diagnostiques, etc.);
  • carence en vitamines A, B et C;
  • changement fréquent de partenaires sexuels;
  • la présence d'une pathologie cancéreuse du col de l'utérus chez le plus proche parent;
  • utilisation à long terme de contraceptifs oraux combinés (COC).

La dysplasie cervicale survient souvent lors de maladies telles que les verrues génitales du vagin, de la vulve, de l'anus, de la chlamydia et de la gonorrhée.

Degrés

Les changements pathologiques qui ont initialement frappé la couche basale commencent progressivement à s'étendre aux couches épithéliales adjacentes.

Selon la localisation et la prévalence des modifications pathologiques, il existe 3 degrés (type) de dysplasie de l'épithélium cervical:

  • dysplasie cervicale 1 degré - faible. Elle se caractérise par des modifications mineures affectant le tiers inférieur de la couche épithéliale.
  • Grade 2 - stade modéré et progressif de la maladie, entraînant des modifications morphologiques des 2/3 de l'épaisseur de la muqueuse épithéliale;
  • Le grade 3 est une maladie grave pouvant provoquer une amputation du col de l'utérus. Cela s'explique par le fait que toute la couche muqueuse du vagin est recouverte de cellules atypiques, qui continuent à se propager, ne suppriment pas leur activité.

Le degré de dysplasie cervicale détermine la nature de l'évolution de la maladie, il est pris en compte lors du choix d'un programme de traitement pour les patients et le pronostic de la maladie en dépend.

Tout degré de dysplasie peut être appelé une condition précancéreuse. Cependant, seulement dans 40 à 64% des cas, selon les statistiques, il s'agit d'une tumeur pré-invasive. Il faut souligner que les femmes atteintes de dysplasie cervicale ou d'érosion doivent nécessairement être observées en permanence chez le gynécologue.

Le traitement de la dysplasie cervicale ne doit être déterminé que par un médecin et uniquement après un examen approfondi.

Symptômes de la dysplasie cervicale

Une pathologie de longue durée peut se développer de manière asymptomatique et une femme découvre au hasard des violations structurelles de l'épithélium squameux, par exemple lors d'un examen physique de routine.

Un patient atteint de dysplasie cervicale peut présenter les symptômes suivants:

  • s'ils sont excrétés (abondants avec une odeur désagréable);
  • la vaginite;
  • douleur sur le fond des annexites;
  • saignements (souvent par contact, c'est-à-dire après un rapport sexuel, un examen gynécologique);
  • des démangeaisons;
  • sensation de brûlure;
  • douleur qui survient pendant les rapports sexuels.

La dysplasie cervicale ne provoque pas de douleurs, mais certains patients se plaignent encore des sensations de tiraillement du bas-ventre, par exemple dans le cas du syndrome prémenstruel. L'apparence des organes génitaux féminins ne change pas, de sorte que la maladie est plus souvent diagnostiquée à la fin du processus inflammatoire.

Sans traitement, chez environ 40% des patients âgés de moins de 3 ans, la dysplasie à un stade moins grave se manifeste de manière plus grave, puis dans le cancer du col de l’utérus.

Dysplasie cervicale et grossesse

La dysplasie cervicale ne s'applique pas aux contre-indications de porter un fœtus chez les femmes qui ont été diagnostiquées pour la première fois pendant la grossesse. La présence de ce processus pathologique n'affecte pas le développement du fœtus ni n'inhibe la fonction du placenta. Dans le même temps, la grossesse elle-même n’affecte en aucun cas la dysplasie cervicale, n’aggrave pas son déroulement et ne contribue pas au passage à une forme plus sévère.

Avant de devenir enceinte, une femme devrait:

  • subir un autre examen dans tous les domaines du diagnostic de dysplasie;
  • se débarrasser des pathologies associées, en particulier du VPH (la même chose doit être faite à son partenaire);
  • déterminer votre propre statut hormonal.

Des complications

La dysplasie cervicale se heurte aux complications suivantes, qui surviennent généralement après un traitement chirurgical:

  • saignements pendant ou après la destruction (associés à une atteinte vasculaire et au rejet de l'escarre si les recommandations ne sont pas suivies);
  • développement d'anomalies des forces génériques, dues à la déformation des cicatrices cervicales et à la sténose du canal cervical;
  • infertilité due à une obstruction du canal cervical (sténose) ou à une infection ascendante (salpingite chronique et endométrite);
  • violation du cycle menstruel (problèmes hormonaux); transition au cancer du col utérin.

Diagnostics

L'examen de la dysplasie cervicale comprend un certain nombre d'études instrumentales et de laboratoire permettant de confirmer ou d'infirmer le diagnostic.

Visitez un gynécologue non planifié devrait être si vous avez les symptômes suivants:

  • douleur dans la région pelvienne;
  • écoulement sanglant intermenstruel;
  • décharge trouble avec une odeur désagréable;
  • périodes trop abondantes;
  • saignements après un rapport sexuel;
  • constipation chronique non traitée avec des laxatifs;
  • gonflement constant des jambes.

Pour le diagnostic nécessaire:

  • examen gynécologique du col utérin dans les miroirs - plaques blanchâtres qui ne changent pratiquement pas de couleur lorsqu'elles sont colorées avec la solution de Lugol (test de Schiller);
  • colposcopie - foyer dysplasique de couleur pâle, circulation sanguine accrue;
  • cytologie (test PAP) - détection de cellules atypiques (sensibilité augmentée avec une néoplasie sévère) et de marqueurs HPV, biopsie ciblée et histologie du matériel prélevé;
  • La méthode PCR (réaction en chaîne de la polymérase) est la méthode la plus fiable pour déterminer le VPH dans n’importe quel liquide corporel (dans le sang, l’urine, le mucus).

Il est nécessaire de diagnostiquer régulièrement l'état de l'épithélium muqueux affecté - cela permettra un traitement adéquat et préviendra la progression de la maladie avec le développement d'une tumeur maligne.

Traitement de la dysplasie cervicale

Le choix de la méthode de traitement de la dysplasie cervicale est déterminé par le degré de dysplasie, l'âge de la femme, la taille de la zone touchée, les maladies concomitantes et les intentions du patient en matière de préservation de la fertilité.

Principes de traitement de la dysplasie cervicale:

  • Normalisation du système immunitaire.
  • Abandonner les mauvaises habitudes, surtout le tabagisme.
  • Correction des troubles hormonaux identifiés.
  • Traitement des maladies inflammatoires du tractus génital féminin et pathologie somatique concomitante.
  • Si des infections sexuellement transmissibles sont détectées, l'agent pathogène est totalement éliminé. Il est obligatoire d'examiner et de traiter complètement un partenaire sexuel, même en l'absence de signes évidents d'infection.
  • Traitements chirurgicaux visant à éliminer l'épithélium cervical atypiquement atteint (destruction locale).

Il existe certains cas où le traitement de la dysplasie cervicale n'est pas recommandé:

  • jeune âge de la femme (moins de 20 ans);
  • absence d'infection à papillomavirus humain;
  • dysplasie sans se propager au canal cervical;
  • lésion de dysplasie de l'épithélium cervical par le type de point.

Le traitement de la dysplasie cervicale de degré modéré et sévère est effectué dans deux directions:

  1. Traitement immunostimulant - est indiqué en cas de dysplasie récurrente étendue. Cela implique l'administration de divers immunomodulateurs qui augmentent la réponse immunitaire;
  2. L'intervention chirurgicale est réalisée dans la première phase du cycle menstruel, sous réserve de l'absence de processus inflammatoires. Avant l'opération, on prescrit au patient des tests de dépistage d'une IST, d'un frottis cytologique et d'un frottis qui illustrent la pureté du vagin.

Les médicaments

Le choix des médicaments doit être basé sur les caractéristiques individuelles de l'évolution de la maladie, ainsi que sur l'âge du patient et son désir d'avoir des enfants à l'avenir.

En tant que médicament prescrit:

  • médicaments anti-inflammatoires;
  • agents pour la correction des troubles hormonaux;
  • immunostimulation du corps (interférons, immunomodulateurs).

Opération

La thérapie conservatrice n’a pas toujours un effet positif. Les indications pour le traitement chirurgical sont:

  • résultats insatisfaisants de la colposcopie et des frottis cytologiques lors du suivi d'un patient pendant un an;
  • cancer du col utérin au premier stade;
  • troisième degré de dysplasie.

Le traitement chirurgical de la dysplasie utérine est effectué dans la première phase du cycle menstruel (6-10 jours) et en l'absence d'inflammation.

Tests requis avant la chirurgie:

  • frottis cytologique (pas plus de 6 mois),
  • frottis sur la pureté du vagin (pas plus de 10 jours)
  • tests pour les infections sexuellement transmissibles (chlamydia, ureaplasmose, mycoplasmose).

Les méthodes suivantes sont utilisées pour l'ablation chirurgicale des zones malades:

  1. courant de cautérisation (électrocoagulation). Il y a un gros inconvénient à cette méthode - après l'opération de cautérisation du col utérin par la méthode de diaetermocoagulation, il existe un risque élevé d'endométriose chez une femme.
  2. congélation à l'azote liquide (cryothérapie). Cependant, en cas de dysplasie sévère et de manifestation d'un processus malin, la congélation n'est pas appliquée. Les inconvénients de cette technique sont l'impossibilité de régler avec précision la profondeur de gel ainsi qu'une manifestation de décharge trop longue après la procédure.
  3. destruction de cellules atypiques par un faisceau laser. Les opérations à l'aide d'un laser vous permettent d'influencer avec précision les zones touchées.
  4. coupure par ondes radio de l'épithélium endommagé. Fait référence à des méthodes relativement nouvelles, il est basé sur la suppression du foyer de dysplasie sous l’influence d’ondes à haute fréquence.

Avant d'utiliser l'une de ces méthodes pour éliminer les cellules affectées, il est nécessaire de traiter les maladies associées.

Complications possibles après traitement chirurgical

  • cicatrices de difformité cervicale;
  • violation du cycle menstruel;
  • infertilité;
  • exacerbation de maladies chroniques existantes des organes reproducteurs;
  • dysplasie récurrente.

Que faut-il faire après l'opération?

Après la chirurgie, une femme devrait suivre certaines recommandations médicales:

  • rejet d'activité sexuelle pendant 1-1,5 mois;
  • ne soulevez pas de poids;
  • n'effectuez pas de douches vaginales;
  • n'utilisez pas de tampons;
  • Ne pas aller au sauna et au bain.

La période de rééducation moyenne dure jusqu'à 6 semaines. En outre, les patients après l'opération ressentent une gêne:

  • écoulement abondant avec une odeur désagréable (4 semaines);
  • douleur dans le bas de l'abdomen, caractère gémissant (5 jours);
  • saignements ou fièvre nécessitant des soins médicaux immédiats.

L'évaluation de l'efficacité du traitement chirurgical est réalisée en 3 à 4 mois. S'il n'y a aucun signe de la maladie, une observation plus poussée est effectuée dans le mode des examens préventifs annuels.

Méthodes folkloriques

Les remèdes populaires traitent cette maladie si un diagnostic d'intensité légère ou modérée est diagnostiqué. La collection d'herbes pour les douches douces ou les tampons humidifiés dans la perfusion montrent un bon pourcentage de guérison pour la dysplasie cervicale.

  1. Les branches de viorne avec des fruits versent 500 ml d’eau et font bouillir pendant 15 minutes, puis infusent pendant 30 minutes, puis filtrent et utilisent pour doucher, le cours dure un mois.
  2. C'est un traitement efficace à l'huile d'argousier, qui doit être imbibé d'un tampon et inséré toute la nuit. Durée du traitement de 2 à 3 mois. Dans le même but, vous pouvez utiliser du jus d'aloès, mais vous devez utiliser des tampons 2 fois par jour pendant un mois. Le temps passé par chaque tampon dans le vagin est de 4 à 5 heures.
  3. Pour les tampons, vous pouvez également utiliser la propolis. Pour ce faire, mélangez 10 grammes de propolis avec 200 grammes de beurre fondu rustique, laissez cuire un peu (15 minutes) à feu très doux.
  4. Pommade de calendula et huile végétale (tournesol ou olive). Le mélange est placé dans un plat sombre et maintenu pendant 10 jours. Les plantes auront besoin de 20 g, huile - 200 ml. Avant d'utiliser l'outil doit être filtré. Un tampon est plongé dans celui-ci, qui doit ensuite rester dans le vagin pendant 3 à 4 heures. Le cours dure 30 jours.
  5. Les feuilles écarlates bien rincer et hacher. Presser le jus et le faire tremper avec un tampon, puis le marquer dans le vagin pendant 10 minutes. Répétez la procédure le matin et le soir pendant deux à trois semaines.

Prévisions

Avec un traitement rapide de la dysplasie cervicale n'est pas dangereux pour la vie et la santé. Cependant, même après le retrait des foyers cervicaux endommagés, il existe un risque de récurrence (re-développement de la dysplasie).

La récurrence de la dysplasie cervicale est le plus souvent due à l’activation d’une infection dans le corps de la femme. Malheureusement, l'utilisation de traitements tels que la cautérisation ne garantit pas un traitement complet de la maladie.

En outre, la principale cause de cette pathologie - le papillomavirus humain - peut persister longtemps dans les cellules épithéliales de l'utérus et devenir plus active, par exemple, lorsque l'immunité diminue.

Afin de ne pas rater une éventuelle rechute, après le traitement de la dysplasie, toutes les femmes doivent consulter régulièrement un gynécologue et passer les tests nécessaires.

Prévention

Pour la prévention de la dysplasie cervicale et de sa récurrence, il est recommandé:

  • l'inclusion dans le régime alimentaire de tous les oligo-éléments et vitamines, en particulier les vitamines A, groupe B, sélénium;
  • la réhabilitation rapide de tous les foyers d’infections;
  • cessation du tabac;
  • utilisation d'une barrière contraceptive (en cas de relations sexuelles occasionnelles);
  • observation régulière par un gynécologue (1 à 2 fois par an) avec une étude du frottis cytologique du col de l'utérus.

Maintenant, vous savez ce qu'est la dysplasie cervicale et comment la traiter correctement. Afin de prendre des mesures à temps, une visite annuelle chez un gynécologue est nécessaire.

Causes, symptômes et traitement de la dysplasie cervicale

Qu'est-ce que la dysplasie cervicale?

La dysplasie cervicale (dysplasie cervicale) est une affection de l'épithélium recouvrant le col de l'utérus, caractérisée par une modification du nombre de couches et de la structure des cellules le constituant. Dans le même temps, la membrane basale et les couches cellulaires supérieures ne sont pas impliquées dans le processus. La dysplasie désigne des maladies qui, dans une combinaison de circonstances, peuvent provoquer le développement d'une tumeur cervicale maligne.

La dysplasie cervicale est une pathologie extrêmement dangereuse et la forme précancéreuse la plus courante qui modifie la structure de la membrane muqueuse du col de l'utérus et du vagin. La dysplasie peut avoir une origine différente, mais elle s'accompagne toujours d'une violation de la structure cellulaire de l'épithélium. Il affecte non seulement les couches supérieures, mais peut pénétrer beaucoup plus profondément.

La dysplasie cervicale est souvent appelée érosion, mais ce terme ne traduit pas pleinement l’essence du phénomène. La principale différence entre ces deux processus est que l'érosion est due à des dommages mécaniques aux tissus et que la dysplasie est caractérisée par une violation de la structure cellulaire des tissus.

Selon la profondeur de la lésion de la membrane muqueuse du col utérin, il existe:

forme légère (légère) de dysplasie (un tiers de l’épaisseur de l’épithélium malpighien est affecté; les cellules de la couche intermédiaire peuvent gonfler);

dysplasie moyennement prononcée (moyenne) (un tiers à deux tiers des couches sont atteintes; la polarité de l'épithélium est perturbée);

forme grave (grave) de dysplasie (toutes les couches de l’épithélium sont touchées).

Chaque année, environ 40 millions de femmes dans le monde sont diagnostiquées ou confirmées pour la première fois par une dysplasie cervicale. Cette maladie représente environ 15 à 18% des cas de pathologies identifiées du col utérin. Typique pour les femmes en âge de procréer de 34 à 35 ans. Selon diverses études, la fréquence moyenne de transition des formes sévères de dysplasie cervicale en cancer est d'environ 10 à 30%.

La plupart des patients, ne comprenant pas l'essence des mécanismes pathologiques, confondent la dysplasie cervicale avec l'érosion ou le cancer. Aucune de ces déclarations n'est fausse. Pour comprendre quelle est la différence, il est nécessaire de se tourner vers l'anatomie.

Dysplasie du point de vue d'un médecin

Le col est la limite entre le vagin et l'utérus lui-même. Il est composé de 3 types de tissus:

Une caractéristique de son épithélium est qu’il est hétérogène dans sa structure. Le col de l’utérus est le lieu de rencontre de deux types d’épithélium tégumentaire: le cylindre dont les cellules sont disposées en une couche, de forme rectangulaire et bordent l’utérus et le canal cervical, et le plat multicouche, caractéristique du vagin et représenté par plusieurs rangées de cellules de forme aplatie. L’épithélium est situé sur une mince membrane basale constituée de fibres de collagène et jouant le rôle d’une base forte et d’un limiteur.

C’est en raison d’une structure aussi complexe du col de l’utérus que se développent souvent dans cette région divers processus pathologiques associés à des modifications des caractéristiques des cellules.

Les plus importants d'entre eux sont:

L'érosion est le déplacement de l'épithélium cylindrique vers le vagin. La structure, la fonction, les caractéristiques de la croissance cellulaire ne sont pas violées. En raison de la différence de conditions dans le canal cervical et dans le vagin, les cellules cylindriques sont endommagées par le milieu acide, les produits métaboliques de la microflore normale de l'appareil reproducteur féminin, le traumatisme subi lors du rapport sexuel, formant des plaies cicatrisant moins mal - l'érosion. Lors d'un examen gynécologique sur la chaise, elle ressemble à une tache de couleur rouge juteuse sur un fond rose pâle.

Le cancer du col utérin est le processus de modification de la structure et des fonctions des cellules épithéliales, qui ont acquis la capacité de croissance illimitée. Si les cellules envahies n’ont pas dépassé la membrane basale, on parle alors de «cancer sur place» (carcinome in situ du CIS), c’est le stade initial du développement de tumeurs malignes des organes internes. Si un cancer a germé sur la membrane basale, d’un point de vue médical, il s’agit d’un cancer invasif (c’est le cancer au sens étroit).

La dysplasie est un changement dans la structure d'un épithélium squameux stratifié qui recouvre le col de l'utérus. Des cellules de forme «anormale» du noyau, multinucléaires, de forme irrégulière, apparaissent alors et la division anatomique en couches est perdue. Cependant, les cellules altérées n'ont pas la capacité de croissance illimitée et ne pénètrent pas au-delà de la membrane basale. L'épithélium cylindrique situé dans la zone de transition du col reste inchangé.

La médecine moderne n'a pas utilisé le terme "dysplasie" depuis longtemps, mais dans la littérature scientifique et les diagnostics, on peut trouver la définition suivante: néoplasie intraépithéliale cervicale (CIN ou CIN), ce qui signifie la formation de nouvelles cellules cellulaires de l'épithélium cervical qui ne sont pas typiques de ce tissu.

Causes de la dysplasie cervicale

L'apparition de la dysplasie cervicale, comme de toute autre maladie précancéreuse, ne survient sous l'influence d'aucun facteur. C'est toujours une combinaison complexe de nombreux composants provocants.

Les principales raisons de la formation de foyers de dysplasie sont les suivantes:

infection par certains types de virus du papillome humain (VPH);

pilules contraceptives hormonales à usage prolongé (à partir de 5 ans);

activité sexuelle précoce (14-15 ans);

un grand nombre de partenaires sexuels;

mauvaises habitudes (fumer).

De plus, leur rôle dans le développement de processus dysplasiques peut avoir:

nourriture monotone avec un manque de vitamines C, A;

prédisposition génétique à toute maladie oncologique;

faible niveau d'éducation, de vie, de comportement asocial;

un grand nombre de genres.

La découverte du rôle dominant du virus HPV dans le développement de la dysplasie et des tumeurs malignes du col de l’utérus a constitué une avancée décisive dans la mise au point de méthodes efficaces de lutte contre le cancer du système reproducteur féminin.

Facteur de virus

La dysplasie cervicale se développe le plus souvent en raison du virus du papillome humain (VPH). Le plus souvent, cette maladie est asymptomatique. Les processus dysplasiques se manifestent jusqu'à l'apparition du cancer du col de l'utérus et durent généralement environ 10 ans.

Une infection à papillomavirus humain peut survenir chez tous, mais les femmes sexuellement actives et ayant plusieurs partenaires sexuels sont à risque. La négligence de la contraception et l'inflammation non traitée des organes reproducteurs augmentent également le risque de contracter le VPH. Une lésion cervicale peut également survenir en raison d'un avortement ou d'un accouchement fréquent.

Il existe de nombreux types de virus HPV, dont chacun peut provoquer des lésions caractéristiques. Par exemple: verrues communes sur les mains et les pieds, verrues génitales dans la région génitale; dysplasie et cancer du col utérin.

Selon le degré de «danger» oncologique, tous les types de HPV peuvent être divisés en 3 catégories:

Des types non oncogènes et à faible risque oncogène sont présents dans les verrues et les verrues génitales, il s'agit des types 1, 2, 3, 5, 6, 11, 42, 43, 44.

Risque oncogène faible. Des virus appartenant à des sérotypes hautement oncogènes se retrouvent dans 90% des cas de dysplasie et de néoplasmes malins du col de l'utérus. Ce sont les types 16, 18, 31, 33, 35, 39, 45, 51, 52, 56, 58, 59, 68.

Risque oncogène élevé. Parmi eux, 16 et 18 sont particulièrement agressifs, ce qui se produit plus souvent que d’autres et, dans la moitié des cas, conduit au développement d’un cancer du col utérin.

Comment le VPH provoque-t-il des modifications cellulaires?

Dans un corps en bonne santé, toute cellule endommagée est immédiatement détruite par le système immunitaire et par des mécanismes antitumoraux internes qui l'empêchent d'entrer dans le processus de division et de reproduire des cellules défectueuses similaires. De plus, le nombre de divisions de chaque type de cellule est strictement limité au programme génétique. Cela détermine le processus de vieillissement dans le corps, avec tout le désir qu'une personne ne peut pas vivre pour toujours.

Lorsque le virus du VPH qui a une activité oncogène élevée pénètre dans l'organisme, il est transporté par le sang jusqu'aux organes génitaux et intégré dans les cellules de l'épithélium cervical plat. Les particules virales produisent des protéines spéciales qui bloquent le "système de sécurité" d'une cellule épithéliale, endommageant l'ADN. En conséquence, des cellules atypiques sont formées, qui ne meurent pas, ne sont pas éliminées par le système immunitaire, elles sont capables de division et se reproduisent comme des spécimens «anormaux». Ainsi, il se produit un changement dans la structure des couches de l'épithélium cervical, qui, une fois analysé, est défini comme une néoplasie intraépithéliale cervicale (CIN ou CIN). Cependant, dans la dysplasie, contrairement au cancer, les cellules atypiques ne possèdent pas la propriété d’une croissance illimitée et incontrôlée.

Utilisation contraceptive

L'effet de l'utilisation à long terme de contraceptifs oraux combinés (COC) hormonaux sur la survenue de processus dysplasiques dans le col de l'utérus a fait l'objet de nombreuses études.

Dans ce cas, il y a 2 effets séparés (COC):

L'effet médiateur est que les femmes qui prennent constamment des COC, généralement âgées de 20 à 40 ans, sont sexuellement actives, changent souvent de partenaires sexuels, sont plus susceptibles d'avoir des maladies sexuellement transmissibles que les autres dans la population et fument. La combinaison de ces facteurs augmente le risque de dysplasie du col utérin.

Le mécanisme de l'effet direct n'a pas été complètement étudié, mais sur la base de données statistiques, il a été conclu que l'utilisation prolongée de COC (5 ans ou plus) augmente le risque de développer une dysplasie cervicale de près de 2 fois.

Les femmes qui utilisent des préparations progestatives pour la contraception (pilule contraceptive pour femme enceinte) ne font pas partie de la catégorie de risque, car ce type de contraceptif n'affecte pas l'épithélium du col de l'utérus. Il en va de même pour les femmes ménopausées ou dont les ovaires ont été retirés et qui reçoivent un traitement hormonal substitutif, le risque de développement de processus dysplasiques en elles n'augmente pas.

Autres raisons

Les causes de la dysplasie cervicale peuvent être un mode de vie incorrect et de mauvaises habitudes (notamment le tabagisme), car une immunité réduite et une hypoxie augmentent le risque de microtraumatisme de l'épithélium cervical.

D'autres raisons, telles que la précocité sexuelle, un grand nombre de partenaires sexuels, un faible niveau social sont toutes directement liées à l'infection fréquente de cette catégorie de femmes avec divers types de VPH.

Le manque de vitamines A et C, les états d'immunodéficience, les prédispositions génétiques entraînent une perturbation du système de défense de l'organisme et du programme de destruction des éléments cellulaires endommagés, ce qui contribue également au développement de processus dysplasiques.

En général, le développement de la dysplasie cervicale peut être expliqué à l'aide de la théorie de la «mauvaise herbe», proposée en 1995 par un professeur de l'Université de Californie, le gynécologue Michael Policar. Selon lui, l'épithélium cervical est le sol où tombent les "germes" de modifications cellulaires sous la forme de HPV, mais pour qu'elles germent, il est nécessaire de "l'eau, la lumière, la chaleur", qui sont influencées par d'autres facteurs dans le développement des processus dysplasiques - tabagisme, immunité réduite, avitaminose, prédisposition génétique. Sans eux, même avec le VPH, la dysplasie cervicale ne se développe pas.

À ce jour, confirmer cette théorie cliniquement et en laboratoire a échoué. Cependant, la combinaison du VPH avec d'autres facteurs de risque chez la plupart des femmes plaide en faveur de cette hypothèse scientifique.

Symptômes de la dysplasie cervicale

Dans les formes initiales, la maladie est souvent asymptomatique. La maladie ne se manifeste que dans des états négligés: une femme a mal au bas-ventre, il peut y avoir un petit saignement abdominal. Pour éviter cela et commencer le traitement à temps, il est nécessaire de subir des examens gynécologiques réguliers comportant des études instrumentales, de laboratoire et cliniques.

Les signes de dysplasie ne peuvent être détectés que si les symptômes sont accompagnés d'autres maladies. Selon les gynécologues, dans la plupart des cas, en présence de dysplasie cervicale, il y a érosion cervicale. Par conséquent, un médecin compétent enverra certainement le patient à l'analyse du PAP (SMEAR) lorsqu'il détectera une érosion.

Les symptômes de la dysplasie peuvent être:

leucorrhée abondante sans odeur désagréable, couleur blanc laiteux;

traînées de sang dans les sécrétions vaginales après intimité;

douleur pendant les rapports sexuels.

Encore une fois, il est nécessaire de répéter: ces symptômes ne sont pas spécifiques à la dysplasie cervicale, ne peuvent pas être utilisés pour le diagnostic, mais ne font que rappeler à la femme que sa santé nécessite un examen attentif.

Degré de dysplasie

Selon la profondeur de l'épithélium cervical, il existe 3 degrés de dysplasie cervicale:

1 degré (faible);

2 degrés (modéré);

La troisième année est lourde.

Si la zone de l'épithélium est représentée par un rectangle dont le côté inférieur est représenté par la membrane basale et que la partie supérieure correspond à la lignée cellulaire de surface, différents degrés de dysplasie ressembleront à ceci.

Dysplasie du col utérin 1 degré (légère)

Les dossiers médicaux (résultats d'analyse ou de sortie) sont indiqués comme suit: CIN I (néoplasie intraépithéliale cervicale I). Il est placé si seul le tiers inférieur de la couche épithéliale, adjacent à la membrane basale, a subi des modifications pathologiques.

Dysplasie cervicale 2 degrés (modérée)

Le diagnostic est appelé CIN II (néoplasie intraépithéliale cervicale II). Il est établi que le processus pathologique s’étend aux 2/3 de la profondeur de l’épithélium, alors que le tiers supérieur n’est pas affecté.

Dysplasie cervicale, grade 3 (sévère)

Il est noté CIN III (néoplasie intraépithéliale intra-épithéliale III). C'est la forme la plus grave de dysplasie cervicale lorsque la structure de toutes les couches de l'épithélium est perturbée. Ce degré est une fine ligne de démarcation entre la dysplasie en tant que telle et le stade initial du cancer («cancer sur place» ou carcinome in situ). Dans aucun des deux cas, la membrane basale est intacte. Toute la différence ne concerne que la fonction des cellules qui acquièrent la capacité de se diviser indéfiniment. Pour déterminer la gravité du processus pathologique peut un examen histologique.

Conséquences de la dysplasie cervicale

Ce qu'une femme peut avoir une dysplasie cervicale dépend directement de son degré:

1 degré

Dysplasie du col utérin 1 degré dans 57% des cas passe tout seul après l'élimination du virus du corps de la femme. Chez une personne en bonne santé, dans 9 cas sur 10, le virus cesse d'être détecté dans les analyses de sang six mois ou un an après son entrée dans l'organisme. Il y a une destruction indépendante des particules virales par le système immunitaire.

Dans 32% des cas, la maladie évolue longtemps sans progrès, ni pour le pire ni pour le meilleur. Chez 11% des patients, il y a une transition du 1er degré au second.

2 degrés

La dysplasie cervicale 2 degrés dans 43% des cas se transmet également après la libération du corps par le VPH. Dans 35% des cas, on observe une évolution stable à long terme. Ainsi, chez 70% des femmes, le rétablissement survient deux ans après le diagnostic.

Chez 22% des patientes, la dysplasie de grade 2 va au grade 3.

3 degrés

Selon les recherches menées auprès de différentes catégories de femmes, la probabilité de passer de la dysplasie cervicale à 3 degrés dans le cancer est de 10-30%. La raison de cette variation dans les résultats est la présence d’un nombre différent de facteurs de risque individuels pour différentes catégories de femmes (par âge, méthodes de contraception, habitudes néfastes, mode de vie, nombre de partenaires sexuels).

Dysplasie cervicale et grossesse

La dysplasie cervicale ne s'applique pas aux contre-indications de porter un fœtus chez les femmes qui ont été diagnostiquées pour la première fois pendant la grossesse. La présence de ce processus pathologique n'affecte pas le développement du fœtus ni n'inhibe la fonction du placenta. Dans le même temps, la grossesse elle-même n’affecte en aucun cas la dysplasie cervicale, n’aggrave pas son déroulement et ne contribue pas au passage à une forme plus sévère.

De plus, sous l'action de changements hormonaux survenant chez une femme enceinte, des changements physiologiques peuvent se développer sur le col de l'utérus, ce qui peut être confondu avec une dysplasie cervicale. Nous parlons d’ektrapion (pseudo-érosion), dans lequel les cellules caractéristiques du canal cervical sont déplacées vers le vagin. À l'examen, cette condition est définie comme un batteur rouge sur le col de l'utérus.

Par conséquent, si une femme a été examinée pendant une période de 1 à 3 ans avant la grossesse et que l'analyse cytologique a donné un résultat négatif, aucun contrôle de suivi n'est indiqué.

Si une femme enceinte n'a jamais été examinée pour le portage du HPV ni pour des cellules atypiques, alors pour la première fois, détecte des changements sur le col de l'utérus à tout moment, un frottis est effectué pour un frottis.

Les autres tactiques dépendent du résultat. Si le résultat est négatif, aucune autre mesure n'est prise et le contrôle est nommé 12 mois après la livraison. Si le test est positif et qu'un léger degré de dysplasie est détecté, la colposcopie et le contrôle sont effectués 12 mois après l'accouchement.

Avec un degré modéré de dysplasie cervicale, la colposcopie est prescrite et réexaminée après l'accouchement.

Si un degré de dysplasie est suspecté, une biopsie ciblée est effectuée - en prenant un morceau de tissu altéré pour analyse. Lors de la confirmation d'une dysplasie sévère, une colposcopie est requise tous les 3 mois jusqu'à la naissance et pendant les 1,5 mois suivant l'accouchement.

Lorsque le cancer est détecté, les tactiques de prise en charge du patient sont définies en accord avec l'oncologue et dépendent de la situation spécifique.

Diagnostic de la dysplasie cervicale

Étant donné que la dysplasie peut se transformer en cancer dans un certain nombre de conditions, le plus important dans la prévention des complications est son diagnostic précoce. Toutes les femmes de plus de 21 ans ayant une activité sexuelle active devraient consulter un gynécologue une fois par an pour un examen et une fois sur 3 ans pour un examen cytologique.

Les méthodes courantes suivantes sont utilisées dans le diagnostic de cette maladie:

frottis cytologique (Papanicolaou ou frottis-test);

prélèvement d'un morceau de tissu (biopsie ciblée).

Dans les miroirs, les zones de dysplasie ressemblent à des zones de forme irrégulière (plaque) blanchâtre. Lors du test de Schiller - coloration de l'épithélium cervical avec une solution de Lugol - coloration inégale déterminée. Les zones de dysplasie restent plus légères que les tissus sains.

L'examen cytologique permet de déterminer la présence d'une dysplasie cervicale avec une précision de 60 à 90%. La sensibilité de la méthode augmente avec le degré de dysplasie.

La colposcopie est une méthode instrumentale consistant à examiner la partie vaginale du col de l'utérus à l'aide d'un appareil grossissant spécial - un colposcope. À l'examen, des vaisseaux sanguins ramifiés mal localisés dans la zone de dysplasie, de mosaïque et de couleur pâle de l'épithélium altéré seront visibles. Lors du traitement du col utérin avec une solution d'acide acétique, les zones modifiées seront blanches.

Il convient de rappeler qu'aucune des méthodes énumérées ci-dessus ne peut différencier un degré élevé de dysplasie du cancer. Cela n'est possible qu'avec l'aide de l'examen histologique d'un morceau d'épithélium. La méthode utilisée est appelée biopsie ciblée avec curetage du canal cervical. Les tissus résultants sont examinés. Cette méthode a une précision de 100%.

Traitement de la dysplasie cervicale

Avant de traiter la dysplasie cervicale, le médecin en détecte et élimine la cause (troubles hormonaux, infections ou processus inflammatoires). Cela devrait arrêter le développement de la dysplasie sous des formes non répertoriées et favoriser la cicatrisation des tissus. Dans les cas opposés, un traitement chirurgical est recommandé pour les patients.

Une méthode courante de traitement de la dysplasie est l'électrocoagulation, qui excise le tissu affecté. La guérison après une telle opération prend trois mois, mais des cicatrices et des saignements sont possibles, ce qui crée un risque de grossesse défavorable.

La dysplasie cervicale est également traitée par chirurgie au laser. En fonction de la négligence du processus pathologique de guérison, cela peut prendre environ deux mois, mais ce traitement est sans danger et se déroule presque sans conséquences.

Une autre méthode de traitement chirurgical de la dysplasie est la cryothérapie. Le tissu affecté est congelé avec de l'azote liquide. En outre, il existe également une méthode de traitement chimique consistant à appliquer sur les foyers de dysplasie une préparation chimique spéciale qui brûle les tissus. Après quelques jours, ils tombent sous la forme d'une fine croûte.

La sévérité du processus pathologique affecte la tactique du traitement:

1 degré

Comme il existe des données scientifiques confirmant que, dans la plupart des cas, la dysplasie cervicale d'un degré disparaît d'elle-même après un à deux ans, à condition que le corps soit libéré du VPH, les médecins modernes ne recommandent aucun traitement à ce stade.

Les tactiques de traitement sont les suivantes:

observation dynamique jusqu'à 2 ans à partir du diagnostic;

analyse de la cytologie et de la colposcopie chaque année;

traitement de maladies de l'appareil reproducteur (vaginite, infections transmissibles sexuellement);

la lutte contre les mauvaises habitudes (cessation du tabagisme);

sélection de méthodes de contraception alternatives;

correction des désordres du système endocrinien.

Étant donné que les médicaments antiviraux pour le traitement du VPH n’ont pas encore été créés, une aide précieuse du corps dans la lutte contre le virus fournit une nutrition adéquate et un soutien en vitamines. Complexes multivitaminiques de réception recommandés contenant les vitamines E et B12, B6, A, C, acide folique, sélénium.

Si, au cours d'un examen de suivi, effectué deux ans après le diagnostic, aucune dysplasie de grade 1 n'a tendance à diminuer ou, inversement, si des signes de transition du grade 2 apparaissent, il devient alors nécessaire d'appliquer des méthodes de traitement plus agressives.

Les petites zones de dysplasie de grade 1 du col de l'utérus sont traitées avec succès en les traitant avec une préparation chimique de coagulation telle que la solcogine, la vagatide.

2 et 3 degrés

Des méthodes chirurgicales sont utilisées pour traiter la dysplasie cervicale de grades 2 et 3:

Le traitement chirurgical doit être effectué immédiatement après la fin de la menstruation, ce qui empêche le développement de l'endométriose et améliore le processus de guérison. Avant de procéder à la procédure, il est impératif de prélever des écouvillons pour la cytologie, la colposcopie et la biopsie.

Le principe de la cautérisation est basé sur le fait que les cellules malades sont détruites par l'action d'un courant basse tension. La procédure est effectuée à l'aide d'un appareil spécial à électrodes en forme de boucle.

Les avantages de la méthode sont son faible coût, la disponibilité des équipements, la facilité technique de mise en œuvre.

Inconvénients de la technique: incapacité à contrôler la profondeur d'exposition, cicatrices grossières après la guérison, le risque de développer des complications telles que l'endométriose est élevé.

Avec ce procédé, l'élimination des cellules épithéliales altérées est réalisée par leur congélation instantanée à l'aide d'azote liquide. La température de l'azote liquide est de -196 ° C, l'eau contenue dans les cellules de l'épithélium se transforme instantanément en glace, de sorte que les sections de tissu modifiées meurent.

La méthode présente l'avantage de ne pas laisser de cicatrices approximatives. Elle peut donc être recommandée aux femmes qui n'ont pas encore accouché, s'il n'est pas possible d'utiliser des techniques plus technologiques.

Les inconvénients comprennent un écoulement transparent abondant après la procédure de congélation, qui peut gêner une femme jusqu’à 1 mois, la nécessité de s’abstenir de rapports sexuels jusqu’à 2 mois à compter du traitement, l’incapacité de contrôler correctement la profondeur du traitement.

La base de cette méthode est "l'évaporation" des tissus affectés sous l'action de l'énergie laser.

Avantages: ne laisse pas de cicatrices approximatives, un équipement moderne vous permet de contrôler la profondeur de pénétration du faisceau laser, ce qui vous permet d'éliminer complètement tous les tissus pathologiques.

Inconvénients: des brûlures peuvent survenir dans les zones saines voisines du col de l'utérus. Une brève anesthésie peut être nécessaire, car l'efficacité dépend de l'immobilité du patient.

Rtraitement adio wave: Il fait référence à des méthodes relativement nouvelles, il est basé sur la suppression de la dysplasie sous l'influence des ondes à haute fréquence. Il est effectué sur l'appareil Surgitron.

Les avantages de la méthode sont:

capacité à contrôler la profondeur de l'impact;

courte période de rééducation;

pas de cicatrices approximatives après la période de guérison;

faible pourcentage de sites de dysplasie récurrents;

possibilité d'utilisation chez les femmes qui n'ont pas accouché.

Inconvénients: une méthode très coûteuse, disponible uniquement dans les cliniques privées.

Excision (conisation): élimination des zones de dysplasie avec un scalpel ou un appareil Surgitron. En raison du traumatisme élevé et d'un grand nombre de complications après la procédure, les femmes en âge de procréer ne sont pas utilisées. Actuellement, au lieu de conisation avec un scalpel, on utilise une conisation avec un faisceau laser. Avec une telle opération, le risque de saignement est réduit, à la fois pendant la procédure et pendant la période de rééducation, ce qui est associé à l’effet cautérisant du laser.

Thérapie photodynamique: est l'une des méthodes les plus récentes de traitement du cancer. Son essence se résume à l'accumulation sélective d'un photosensibilisateur par une tumeur après administration intraveineuse ou locale. À l'avenir, une tumeur cancéreuse est irradiée avec une source de lumière (laser ou non laser). En conséquence, une réaction se produit dans les tissus affectés avec la libération d'oxygène singulet. Cela conduit à la mort des cellules cancéreuses.

Quelle que soit la méthode de traitement utilisée pendant la période postopératoire, il est nécessaire d’adhérer à un certain régime au cours du premier mois:

Ne soulevez pas de poids;

Ne fais pas de sport;

Ne pas utiliser la piscine, sauna, plage;

Ne pas bronzer ou aller à un lit de bronzage, en particulier pour les femmes infectées par le VPH;

Ne prenez pas de bain, seule une douche est autorisée.

Ne pas introduire dans le vagin, pas de médicaments, solutions, sauf ceux prescrits par un médecin;

Veillez à effectuer un examen gynécologique de suivi après le traitement suivant le cycle menstruel.

De nombreuses femmes, craignant d'entendre le diagnostic, reportent une visite chez le gynécologue, mais il s'agit d'une fausse peur. La dysplasie cervicale est parfaitement traitable si elle est réalisée à temps et avec la bonne méthode.

Des médicaments

Si le diagnostic de dysplasie cervicale a été réalisé à une date précoce, il est alors possible de se débarrasser de la maladie dans la plupart des cas. La réception des médicaments est prescrite comme mesure thérapeutique auxiliaire, et la principale méthode de traitement est considérée comme une intervention chirurgicale. Au cours de la réalisation des sites pathologiques sont supprimés. Cependant, une correction médicale est toujours nécessaire. Tout d'abord, il est nécessaire de neutraliser le VPH, ce qui conduit très souvent au développement d'une dysplasie. Le choix des médicaments doit être basé sur les caractéristiques individuelles de l'évolution de la maladie, ainsi que sur l'âge du patient et son désir d'avoir des enfants à l'avenir.

Les tâches de la thérapie sont les suivantes:

Réduire l'inflammation (médicaments anti-inflammatoires).

Restaurez le fonctionnement du tissu épithélial (des préparations hormonales sont prescrites).

Augmente la résistance du corps (immunomodulateurs).

Restaurez la microflore vaginale.

Ainsi, au stade de la correction des médicaments, des immunomodulateurs, des complexes de vitamines et de minéraux (vitamines A, C, E, acide folique) sont prescrits.

Préparations pour le traitement de la dysplasie cervicale

Des médicaments pour stimuler le système immunitaire

Renforce l'immunité globale

Protège contre les virus et les bactéries

Active la production de cellules immunitaires qui combattent efficacement les infections.

Vitamines et Minéraux

Vitamine E et vitamine C

Ne laisse pas le tissu épithélial s'effondrer

Normalise les processus de division cellulaire

La vitamine E est l’antioxydant le plus puissant et la vitamine C renforce les défenses de l’organisme.

Favorise la régénération des cellules endocervix après la cautérisation et d'autres influences.

Les médecins tentent, si possible, de retarder la chirurgie le plus longtemps possible. Toutefois, la prise de médicaments ne permet pas toujours de faire face à la dysplasie cervicale. Par conséquent, dans 65 à 70% des cas, vous devez toujours recourir à l'aide d'un chirurgien. À l'avenir, correction médicale prescrite.

Les antibiotiques et les antiviraux ne sont prescrits que lorsque la dysplasie est grave. En général, la pharmacothérapie dans les processus néoplasiques est inefficace.

L'auteur de l'article: Valentina Lapikova, gynécologue, spécifiquement pour le site ayzdorov.ru

Il existe plus de 100 variétés de HPV connues de la science. Les rapports sexuels constituent le principal mode de transmission du virus. Cependant, d'autres modes d'infection ne sont pas exclus. Ces virus sont répandus dans la population humaine. Par conséquent, après le début de l'activité sexuelle, de nombreuses personnes en sont infectées. De plus, l'infection se produit assez tôt.

La thérapie photodynamique est l’une des méthodes les plus récentes de traitement du cancer. Son essence se résume à l'accumulation sélective d'un photosensibilisateur par une tumeur après administration intraveineuse ou locale. À l'avenir, une tumeur cancéreuse est irradiée avec une source de lumière (laser ou non laser). En conséquence, dans les tissus affectés.

L'électroconisation du col utérin avec dysplasie consiste en l'ablation de la section conique du canal cervical ou de la région de l'utérus touchée par la maladie. Le tissu extrait est envoyé pour analyse histologique. Tout au long de la période de réadaptation, une femme doit être examinée par un médecin.

La médecine traditionnelle offre ses propres moyens de traiter la dysplasie. L'utilisation appropriée des médicaments homéopathiques en combinaison avec un mode de vie sain et l'utilisation des méthodes de médecine traditionnelle peuvent augmenter les chances de guérison sans chirurgie. Lorsque, au cours d'un diagnostic complet, une femme est trouvée.