Arthroscopie

L'arthroscopie est une méthode moderne peu invasive pour le diagnostic et le traitement des maladies des articulations. La procédure est réalisée à l'aide d'un appareil spécial - un arthroscope, qui est inséré dans la cavité articulaire par une micro incision (perforation). Pendant la chirurgie arthroscopique, le tissu conjonctif de l'articulation n'est pas endommagé et les cicatrices sur la peau sont presque invisibles après la guérison.

L'arthroscopie a été largement et abondamment utilisée en pratique orthopédique au cours des 20 dernières années, bien que la technologie de la procédure ait été décrite dès 1919. Aujourd'hui, les interventions arthroscopiques sont effectuées de la manière la plus douce, ce qui permet au patient de récupérer rapidement de l'opération et de retrouver son mode de vie habituel.

Types d'arthroscopie et indications pour sa mise en oeuvre

L'arthroscopie est une procédure universelle avec laquelle vous pouvez explorer presque toutes les articulations. En fonction du domaine de la conduction, on distingue l'arthroscopie des articulations:

  • le genou;
  • hanche;
  • la cheville;
  • bélier-scaphoïde;
  • gros orteil;
  • le coude;
  • poignet;
  • épaule.

L'arthroscopie spinale est une espèce distincte.

Arthroscopie du genou

L'opération est réalisée pour éliminer les dommages au ménisque et aux microfissures dans le tissu cartilagineux, ainsi que pour restaurer le ligament croisé antérieur.

En tant que procédure de diagnostic, l’arthroscopie de l’articulation du genou est devenue de moins en moins fréquente depuis que l’IRM, méthode de diagnostic non traumatique, la remplace avec succès.

Arthroscopie de la hanche

Au départ, une arthroscopie de la hanche a été réalisée pour déterminer la source de la douleur dans cette région. Aujourd'hui, il s'agit également d'une manipulation médicale visant à éliminer les lésions de diverses parties internes de l'articulation, à éliminer les corps étrangers et à sélectionner un biomatériau pour l'histologie (biopsie).

Les lésions du ligament rond, le pincement du nerf sciatique, l'arthrose sont également des indications chirurgicales. De plus, cette manipulation vous permet de déterminer la nécessité et la possibilité d’installer l’endoprothèse.

Traitement de la cheville

L'arthroscopie est prescrite en cas d'échec du traitement conservateur et seuls 2% des patients sont représentés.

La méthode est efficace dans les cas d'étiologie inconnue, de lésion du tissu cartilagineux de l'articulation, d'ostéochondrite (décollement d'une petite partie du cartilage de l'os), de synovite chronique (inflammation de la membrane synoviale avec formation d'épanchement dans la cavité articulaire) et d'ablation du tissu cicatriciel au niveau de la cheville.

Examen de l'articulation du coude

La procédure aidera à déterminer la cause de la raideur articulaire, de la limitation des mouvements lors de la flexion et de l'extension du bras et de la douleur provoquée par la sollicitation de l'articulation.

L'opération peut faire partie du traitement de la bursite ou de l'arthrite. Cette méthode élimine également les tissus envahis des os et du cartilage de l'articulation du coude.

Articulation du poignet

Dans ce cas, l'arthroscopie est efficace pour le diagnostic et la correction des entorses du tendon, des déchirures du ligament, des fractures osseuses et d'autres blessures. En appliquant un arthroscope, les médecins peuvent évaluer le niveau de destruction des tissus articulaires dans l'arthrite.

Joint d'épaule

L'intervention chirurgicale est indiquée dans les cas de dégénérescence chronique des tendons, de rupture des muscles de la ceinture scapulaire, d'arthrose acromio-claviculaire, d'instabilité de l'articulation de l'épaule, etc.

Très souvent, une arthroscopie de l'articulation de l'épaule est pratiquée sur des sportifs (rupture de la coiffe des rotateurs).

Arthroscopie rachidienne

Les indications pour la procédure sont les hernies discales intervertébrales, diverses blessures et déformations de la colonne vertébrale, l'ostéochondrose, la présence de tumeurs de la colonne vertébrale.

L'arthroscopie rachidienne mini-invasive par rapport à la chirurgie ouverte traditionnelle vise à préserver l'intégrité des muscles, des os et des tendons de la colonne vertébrale. De plus, la rééducation après une chirurgie arthroscopique est beaucoup plus courte et facile.

Contre-indications

Étant donné que l’arthroscopie est une intervention chirurgicale, certaines contre-indications s’y rapportent.

  • l'incapacité d'effectuer l'anesthésie;
  • ankylose (osseuse / fibreuse) - fusion de la cavité articulaire et manque de mobilité dans celle-ci;
  • plaies cutanées infectées et infections purulentes de l'articulation.
  • dommage ouvert à l'articulation avec violation de l'intégrité de la capsule et des ligaments;
  • hémorragie dans la cavité articulaire.
  • portage viral (hépatite B, C, D et infection par le VIH);
  • maladies chroniques à évolution sévère (diabète sucré, pathologie cardiovasculaire, etc.);
  • processus inflammatoires aigus (ARVI, herpès, etc.);
  • cycle menstruel et la période de 1 à 3 jours avant et après le saignement.

Préparation à l'opération et à sa technologie

En l'absence de contre-indications après un examen médical, on prescrit au patient les procédures d'examen standard:

  • analyses de sang et d'urine
  • ECG et radiographie (pour les patients de plus de 50 ans),
  • la fluorographie,
  • IRM du joint
  • consultation de l'anesthésiste.

De plus, le médecin traitant travaille sur la préparation psychologique du patient, expliquant toutes les nuances de la procédure à venir et les actions du patient avant, pendant et après l'opération.

L'arthroscopie est très efficace et moins traumatisante. Il est réalisé en plusieurs étapes.

Anesthésie - en fonction de l'état général et de la gravité de la maladie, une anesthésie générale et locale peut être réalisée.

Ensuite, le chirurgien fait une micro-incision (pas plus de 5 mm). Si nécessaire, plusieurs, pour l'introduction d'outils supplémentaires.

Les instruments sont insérés au moyen d’incisions (perforations): un arthroscope avec une caméra vidéo, un tube creux pour l’alimentation et l’aspiration du liquide, les principaux instruments chirurgicaux.

À partir de la caméra vidéo insérée, l'image est transmise à un moniteur d'ordinateur et un fluide transparent et stérile est fourni à l'articulation (pour augmenter la cavité articulaire et faciliter les manipulations thérapeutiques).

Après ce travail, tous les instruments sont retirés de l'articulation, le fluide injecté est pompé et une solution contenant des antibiotiques ou d'autres anti-inflammatoires est injectée dans la cavité.

Un pansement stérile est appliqué sur la surface de la plaie.

L'opération dure en moyenne 2 à 3 heures et peut être réalisée en ambulatoire ou à l'hôpital (le patient sort habituellement le même jour).

Rééducation et récupération après arthroscopie

L'arthroscopie est tellement peu invasive qu'elle permet à une personne de reprendre une vie normale en une semaine, mais elle suit les recommandations et suit l'ordonnance du médecin pendant toute la période de rétablissement (de 3 à 6 semaines).

  • Dans les 2 premiers jours après la chirurgie, il est recommandé de prendre des analgésiques et du repos au lit;
  • Pendant 3-4 jours, vous pouvez commencer à effectuer des exercices physiques légers, c.-à-d. commencer progressivement à développer l'articulation;
  • Après une semaine après l'arthroscopie, l'articulation peut être pliée, mais ne peut pas être surchargée trop.

Les mesures de réadaptation sont prévues par le médecin et comprennent un ensemble de thérapie physique, de massage, d’observance du sommeil et de l’éveil, une nutrition adéquate et une augmentation progressive de l’intensité des charges motrices.

Complications possibles

Les complications après une arthroscopie ne représentent que 1% du nombre total d'interventions. Ceux-ci comprennent des infections intra-articulaires, des lésions iatrogènes de la cavité intra-articulaire (lésions non intentionnelles dues à des manipulations médicales), une hémarthrose (accumulation de sang dans l'articulation), des adhérences, des cicatrices douloureuses, des fistules, une phlébothrombose (formation de thrombus dans des veines profondes) et des thromboembolismes.

Ces complications sont plutôt l'exception à la règle, car L'arthroscopie est considérée comme une procédure quotidienne, à faible impact et sans danger pour l'homme. L'arthroscopie donne un minimum de complications.

Résultat et prévision

Après arthroscopie, le patient ressent une diminution de la douleur, une augmentation de l'amplitude des mouvements de l'articulation opérée, la restauration des muscles et de l'articulation elle-même.

Selon les observations des médecins, cette tendance positive peut durer de plusieurs mois à plusieurs années.

Diagnostic des symptômes

Découvrez vos maladies probables et le médecin chez qui vous devriez aller.

Qu'est-ce que l'arthroscopie? Types, étapes et rééducation après chirurgie arthroscopique.

Qu'est-ce que l'arthroscopie?

L'arthroscopie est une chirurgie peu invasive utilisée dans le diagnostic et le traitement des déformations et des blessures des articulations. La chirurgie arthroscopique est considérée comme la méthode la plus efficace en raison de sa grande facilité de fabrication et de sa sécurité. La pratique de son utilisation est répandue dans les cliniques les plus célèbres et les plus avancées du monde.

Au lieu d’une incision, le médecin fait deux trous minuscules, qui servent à insérer des instruments chirurgicaux et un arthroscope. À cet égard, le joint ne s'ouvre pas complètement, respectivement, et la période de récupération est considérablement réduite. Dans certains cas, il est possible de sortir de l'hôpital dans les 24 heures suivant la chirurgie.

Igor Aleksandrovich Kuznetsov avant la chirurgie arthroscopique

Histoire d'occurrence.

La première mention de la méthode d'examen arthroscopique date du début du 20e siècle. En 1912, lors du Congrès des chirurgiens de Berlin, le célèbre scientifique danois, Severin Nordentoft, a pris la parole. C'est lui qui a pour la première fois informé le monde de la possibilité d'un traitement peu invasif, en détaillant les résultats de ses recherches fructueuses.

Cela a été suivi par 7 années d’étude approfondie de la méthode, qui a abouti à la première expérience arthroscopique en 1919. Ensuite, il a fait appel au chirurgien japonais Kenji Takagi.

Dans les années suivantes, Eugen Bircher apporta une grande contribution à cette section de la médecine. Il publia de nombreux articles scientifiques dans lesquels il invitait les médecins à traiter les articulations de cette manière. En partie grâce à ses découvertes, l'arthroscopie est disponible pour l'homme moderne.

Deux autres scientifiques dont il est impossible de ne pas parler - il s'agit de Masaki Watanabe et de Heshmat Shahriari. Ils ont créé l'instrument lui-même - un arthroscope - qui est devenu le prototype de l'équipement utilisé aujourd'hui.

Les avantages de l'arthroscopie par rapport à la chirurgie conventionnelle.

Cette technique présente de nombreux avantages, dont on peut distinguer les principaux:

  • Peu invasif (du fait que le médecin ne pratique pas une incision importante, les tissus environnants sont peu endommagés - les trous sont si petits qu'ils ne sont même pas cousus - ils se guérissent parfaitement).
  • Il existe un risque minime de complications pour lesquelles la chirurgie ouverte est réputée, comme un saignement, une infection, des contractures.
  • Aucun plâtre n'est requis, comme c'est le cas avec une arthrotomie.
  • Le coût de l'événement est moins élevé - l'opération elle-même coûte à peu près le même prix, mais en raison du manque de nécessité d'un long séjour à l'hôpital, il faut moins d'argent.
  • Le patient n'a pas besoin d'utiliser des analgésiques lourds, des analgésiques.
  • L'arthroscopie ne nécessite même pas d'anesthésie, une anesthésie locale standard suffit.
  • Presque immédiatement, le patient peut rentrer chez lui - la durée du séjour à l'hôpital ne dépasse pas deux jours.
  • Excellent effet cosmétique - après l’intervention, il n’ya plus de cicatrices, il ne reste plus que deux taches à peine visibles d’un diamètre inférieur à un centimètre sur le côté.
  • Le retour au sport est beaucoup plus rapide que dans la situation avec l'intervention classique.
  • Une seule procédure suffit, au cours de laquelle le dommage est diagnostiqué et le traitement immédiatement effectué (avec un diagnostic absolument précis garanti).

Le principal avantage de la chirurgie arthroscopique est la chirurgie minimale.

Les principaux types d'interventions arthroscopiques.

En fonction de l'emplacement de l'opération:

  • Épaule. En règle générale, ce type s'adresse aux personnes qui pratiquent un sport et / ou mènent une vie active. Parfois, non seulement à des fins de traitement, mais aussi de prévention. La cause en est un travail instable à l’épaule, toutes sortes de luxations, des dommages à la coiffe des rotateurs.

Chirurgie de l'épaule

Arthroscopie de cheville

Aussi à dessein:

  • Diagnostic. Nommé pour étudier la nature des dommages et de la déformation de l'articulation. Les résultats de l’étude permettent de poser un diagnostic précis et de prescrire un traitement. En règle générale, si le diagnostic révèle la nécessité d'une intervention chirurgicale, des actions immédiatement opérationnelles sont effectuées. Ainsi, l'arthroscopie entre dans le second type.
  • Thérapeutique. Pendant l'opération, toutes les manipulations planifiées sont effectuées - enlèvement de fragments, couture, arthroplastie, etc.

Instruments chirurgicaux utilisés en arthroscopie.

  • Un arthroscope est un appareil spécial doté d'une caméra, insérée à l'intérieur de l'articulation. L'image est transmise au moniteur en temps réel, augmentant ainsi l'image plusieurs fois.
  • Sonde - nécessaire pour manipuler les tissus mous.
  • Trocart - un outil avec lequel les ponctions sont faites.
  • Canules en métal - fournissent de l'eau et drainent le liquide de la cavité interne.

Les étapes de la chirurgie arthroscopique.

Préparation préopératoire.

Cette histoire de collecte, consultation détaillée avec le médecin. L'une des étapes fondamentales de la préparation est la détermination de la tolérance du patient à tous les composants du médicament anesthésique. En outre, si une personne a réduit la coagulation sanguine, on lui prescrit des moyens spéciaux qu’elle prend la veille de l’événement.

Opération

Tout d'abord, l'anesthésie locale est faite. Deux incisions sont faites avec un trocart, à travers lequel un arthroscope et des canules de lavage sont insérés. Pour mieux examiner la zone touchée, utilisez une sonde. Ensuite, le médecin, qui étudie attentivement l’image affichée à l’écran, détermine le diagnostic et procède au traitement (résection du ménisque, coupure des bords, etc.).

Processus d'intervention arthroscopique

Récupération.

Malgré la facilité de la procédure, le patient ne peut pas être déplacé pendant la journée. Par conséquent, dans le cas de la sortie doit emmener parents ou amis. Au cours de sa rééducation, la victime suivra un cours de physiothérapie, qui sera choisi par le médecin en tenant compte des caractéristiques individuelles de l'organisme.

Rééducation après arthroscopie.

Appareil de gymnastique thérapeutique Arthromoth

Traditionnellement, la restauration comprend:

  • Stimulation électrique;
  • Massages thérapeutiques;
  • Thérapie par l'exercice (thérapie physique);
  • Porter des vêtements de compression ou des pansements spéciaux;
  • Kinésiotiping;
  • Autres types de physiothérapie.

Vous pourriez être intéressé par:

Zones d'arthroscopie. Instruments chirurgicaux utilisés pour une intervention arthroscopique. Histoire Les avantages

Qu'est-ce que l'arthroscopie du genou?

L'arthroscopie de l'articulation du genou est l'une des méthodes de traitement peu invasives, à savoir la chirurgie, qui est utilisée dans le cas de diverses pathologies des articulations.

Les blessures et les maladies des articulations se produisent le plus souvent chez les personnes qui:

  • mener une vie active et pratiquer divers sports;
  • soumis à des efforts physiques réguliers et lourds.

En plus des facteurs ci-dessus, vous pouvez être blessé au genou dans un environnement domestique: lors du nettoyage de l'appartement ou de la datcha. Une telle vulnérabilité s'explique par la complexité de la structure physiologique et des caractéristiques anatomiques.

Le diagnostic de l'état et la détection de la maladie sont aujourd'hui réalisés dans des conditions médicales avec l'utilisation de techniques modernes. L'une d'entre elles est l'arthroscopie du genou (à Moscou, un service est fourni dans de nombreuses cliniques).

Quelle est l'essence d'une procédure telle que l'arthroscopie?

L'arthroscopie du genou est essentiellement un examen endoscopique, dans lequel le chirurgien peut voir toutes les composantes de l'articulation. Cela se produit à l'aide d'un appareil arthroscope (sous la forme d'une micro caméra vidéo) connecté à l'écran du moniteur, sur lequel le résultat du diagnostic sera affiché ultérieurement. Le principal avantage de cette méthode est que la chirurgie peut être effectuée sans ouvrir l'articulation recherchée.

L'arthroscopie du genou est essentiellement un examen endoscopique, dans lequel le chirurgien peut voir toutes les composantes de l'articulation.

La procédure d'arthroscopie est utilisée dans les cas suivants:

  • diagnostic tissulaire;
  • effectuer une intervention chirurgicale.

À des fins de diagnostic, cette méthode permet d’évaluer l’état des tissus, de confirmer la présence (ou au contraire de réfuter) le processus inflammatoire dans l’articulation. Avec son aide, il est possible d'identifier:

  • la présence de ruptures de tendon;
  • rupture de ligament;
  • les fractures se produisent à l'intérieur des articulations;
  • luxation du genou;
  • arthrose du type déformant;
  • le développement du processus inflammatoire de la membrane synoviale;
  • arthrite de type rhumatoïde.

De plus, un avantage supplémentaire pour un tel diagnostic est que lorsqu'une pathologie est détectée, la chirurgie arthroscopique nécessaire peut être effectuée immédiatement.

La chirurgie arthroscopique du genou est une intervention chirurgicale.

L'arthroscopie est réalisée pour réduire la douleur et améliorer la mobilité de l'articulation du genou. Cette méthode permet au médecin de saisir le médicament dans sa partie interne pour éliminer l'inflammation en développement.

La chirurgie arthroscopique du genou est une intervention chirurgicale.

Quels sont les points forts de cette technique?

De nombreuses revues de patients indiquent que l'arthroscopie de l'articulation du genou et sa récupération après une chirurgie présentent les avantages suivants:

  1. Haut niveau de précision et de fiabilité des données. Dans la plupart des cas, ce chiffre atteint cent pour cent. L'une des méthodes de diagnostic, qui permet également d'évaluer l'état des articulations, est ouverte. Avec elle, vous ne pouvez explorer qu’une partie de la projection divisée. À son tour, l’arthroscopie offre l’occasion de voir presque toutes les parties et tous les départements de l’articulation examinée. Fait important, au cours de cette procédure, son intégrité est maintenue.
  2. Niveau minimal d'invasion vous permettant de voir et d'évaluer l'état sans effectuer de procédures supplémentaires (telles que des coupures).
  3. La durée du séjour du patient sous la surveillance du personnel médical (après la procédure) est réduite au minimum. L'extrait se produit vers le troisième jour. Avec la méthode ouverte, le patient doit être hospitalisé de deux à quatre semaines.
  4. Période de réhabilitation relativement courte. Selon cette méthode, la rééducation après arthroscopie du genou prend de quelques jours à plusieurs semaines, selon la gravité de la blessure.

Le haut niveau de précision et de fiabilité des données obtenues est l’un des avantages de l’arthroscopie.

Selon les critiques, ce sont les facteurs ci-dessus qui sont les plus importants pour décider quel type de diagnostic choisir: une arthroscopie de l'articulation du genou ou une méthode ouverte.

Quelles sont les principales indications médicales pour la procédure?

Le médecin traitant peut prescrire une arthroscopie à son patient à des fins de diagnostic ou pour le traitement de pathologies identifiées.

Les principales indications pour utiliser cette procédure:

  1. Identification de tous types de processus pathologiques articulaires. Ceux-ci comprennent les maladies traumatiques et inflammatoires, les maladies dégénératives dystrophiques, les processus auto-immuns et rhumatologiques.
  2. Effectuer une procédure telle que la biopsie de la capsule articulaire endommagée, ce qui permet au médecin de déterminer et de comprendre les causes d'infection de l'articulation du genou.
  3. Afin de supprimer les effets du débridement arthroscopique du genou, éliminez les accumulations purulentes, le sang ou les épanchements séreux de la cavité articulaire. En règle générale, une telle intervention est accompagnée de l'introduction d'antiseptiques et d'antibiotiques afin d'éliminer le processus inflammatoire. Dans le dossier médical, dans ce cas, le diagnostic le plus courant est «arthrite goutteuse de l'articulation du genou».
  4. Si vous soupçonnez la présence de tumeurs de nature différente dans l'articulation du genou.
  5. Restauration des fonctions naturelles et de la santé de l'articulation dans la polyarthrite rhumatoïde;
  6. La recherche et la restauration ultérieure à la déformation de l'articulation du genou. Dans le cadre du diagnostic, vous pouvez voir toute l’usure du tissu cartilagineux et les processus destructeurs qui s’y produisent.

L'arthroscopie est indiquée pour la détection de tous les types de processus pathologiques articulaires.

Avec l'aide de l'arthroscopie, le traitement et la restauration de toutes les luxations, des blessures cartilagineuses et des ruptures du ligament se produisent.

Comment se passe la préparation à la procédure?

L'arthroscopie du genou fait référence à un certain nombre d'interventions chirurgicales mineures, qui révèlent le besoin de préparation (des évaluations de patients en parlent également).

Quelques jours avant l'opération, le patient subit les recherches et les tests nécessaires et consulte les médecins spécialistes pour la procédure à venir. Dans ce cas, être à l'hôpital n'est pas obligatoire, bien que cela soit possible si le patient a manifesté un tel désir.

Avant une arthroscopie, il est nécessaire d'effectuer les procédures suivantes, de passer des tests et de faire des recherches:

  • un test sanguin, y compris un coagulogramme, indiquant le niveau de coagulation du sang;
  • analyse d'urine;
  • examen radiographique du thorax;
  • cardiogramme du coeur;
  • conversations de consultation avec le thérapeute, l'orthopédiste et l'anesthésiste;
  • examens nécessaires prescrits par le médecin traitant, qui sont liés à la maladie sous-jacente.

Avant l'arthroscopie, il est nécessaire de passer des tests et de faire des recherches.

Les résultats des tests obtenus permettront à l'anesthésiste de choisir la méthode d'anesthésie la plus optimale. Anesthésie utilisée lors d'une arthroscopie:

  1. Il est extrêmement rare d’utiliser une méthode d’anesthésie locale en raison de la courte durée de ses effets. L'anesthésie locale ne peut être utilisée que si la procédure est réalisée à des fins de diagnostic.
  2. Spinal - la meilleure option pour l'anesthésie en chirurgie arthroscopique. Le principal avantage de cette anesthésie est que, sous son influence, le chirurgien opérant peut communiquer avec le patient. De plus, il est possible d'étendre cette anesthésie à l'aide d'un cathéter médical.
  3. L'anesthésie conductrice est l'introduction d'une solution à 1% de lidocaïne. Ce médicament aide à bloquer certains groupes nerveux.
  4. L'anesthésie générale n'est utilisée que dans de rares cas (non diagnostiques). En règle générale, ils sont utilisés pour traiter les maladies pathologiques graves et graves de l'articulation du genou.

L’anesthésie par conduction est l’introduction d’une solution à 1% de lidocaïne

En outre, les médecins recommandent de respecter certaines règles avant d'effectuer une intervention chirurgicale telle que l'arthroscopie.

Pendant deux semaines, arrêter de prendre des médicaments, sauf ceux qui soutiennent le fonctionnement d'organes et de systèmes vitaux. Dans ce cas, vous devez informer le médecin traitant de l’admission de tels dispositifs médicaux et suivre ses recommandations.

Douze heures avant la procédure prescrite, vous devez abandonner les repas et endurer un bref jeûne.

Période postopératoire et cours de rééducation

La procédure d'arthroscopie elle-même prend environ une heure, en fonction du but de sa mise en œuvre et du degré de complexité de l'intervention chirurgicale. L'opération se déroule en plusieurs étapes principales:

  1. Un garrot est appliqué pour arrêter le flux sanguin vers l'articulation testée.
  2. L'introduction de l'anesthésie.
  3. Trois petites coupures (de cinq à sept millimètres) sont pratiquées pour entrer dans des instruments spécialement préparés, la principale étant l'arthroscope lui-même.
  4. Extraction d'instruments, introduction de médicaments spécialisés (anti-inflammatoires ou antibiotiques). Une fois tous les instruments retirés, le chirurgien pompe tout le liquide stérile accumulé à l'intérieur. Des bandages stériles sont placés sur les incisions et un bandage est appliqué sur le genou, ce qui le serre un peu.

Une fois les actions effectuées, un pansement élastique est appliqué sur le pansement, ce qui permet de se débarrasser de l’inconfort douloureux et de réduire le gonflement. De plus, un sac de glace peut être appliqué sur la région du genou.

La récupération de l'arthroscopie du genou peut prendre beaucoup de temps.

La sortie de l'établissement médical a lieu le lendemain. Dans de très rares cas, le patient reste sous surveillance médicale pendant deux à trois jours supplémentaires. Le médecin traitant prescrit un traitement médicamenteux qui aidera à soulager les douleurs articulaires. Le pansement est recommandé neuf jours après la chirurgie. Permettra une récupération plus rapide et un cours de massage.

La récupération de l’arthroscopie de l’articulation du genou peut prendre un certain temps (comme en témoignent les examens des patients). Tout d’abord, la période de rééducation dépend du comportement du patient, du respect de toutes les recommandations du médecin et de l’état de santé de tout l’organisme.

En général, le rétablissement de l’arthroscopie de l’articulation du genou consiste en un traitement de physiothérapie. Ils comprennent:

  • procédures visant à reprendre le contrôle musculaire;
  • refus de marcher avec des béquilles;
  • procédures de récupération pour une fonction normale du genou.

Les médecins recommandent (ainsi que les examens laissés par les patients après la chirurgie) dans les premières semaines après une arthroscopie du genou d’effectuer les actions suivantes:

  • essayez de marcher avec un soutien sur la jambe;
  • pendant la période de repos, soulevez un peu la jambe de manière à soulager la charge et à faciliter l'écoulement du sang veineux;
  • effectuez une série d'exercices spéciaux qui aideront à renforcer les muscles de la cuisse.

Évitez les activités accroupies ou les mouvements des jambes du genou à plus de 90 degrés pendant la période de rééducation.

Une des conséquences possibles de la procédure est une maladie vasculaire.

Quelles conséquences négatives peuvent survenir après la procédure?

Les conséquences négatives qui peuvent en découler sont généralement causées par l’introduction d’une anesthésie. Les principaux peuvent se manifester sous la forme:

  • l'apparition de maladies névralgiques;
  • maladies du système vasculaire;
  • un étirement des ligaments latéraux peut être observé.

De telles complications surviennent assez rarement et l'anesthésiologiste doit toujours informer le patient de l'opération avant de procéder à l'opération elle-même.

De plus, après la chirurgie, des symptômes tels que:

  • la température corporelle augmente, des frissons apparaissent;
  • dans l'articulation elle-même, il existe de fortes sensations douloureuses accompagnées d'une rougeur au niveau du genou;
  • l'inconfort douloureux ne disparaît pas, mais augmente constamment avec une nouvelle force;
  • gonflement grave dans la région du genou et de l'articulation opérée;
  • il y avait une douleur thoracique douloureuse, qui peut être accompagnée d'un essoufflement et d'une respiration difficile.

Tous les symptômes ci-dessus peuvent indiquer qu'une infection se développe dans l'articulation du genou ou qu'il existe une thrombose, une thrombophlébite, une thromboembolie. Dans tous les cas, si vous ressentez de tels symptômes, vous devez immédiatement contacter votre médecin pour obtenir des recommandations.

Arthroscopie du genou: l'essentiel, la tenue, la récupération

L'arthroscopie du genou est une procédure instrumentale médicale utilisée pour affiner les diagnostics ou effectuer des procédures chirurgicales qui restaurent la fonctionnalité de l'appareil articulaire. La technique fait référence à des interventions radicales peu coûteuses (peu invasives) ne nécessitant pas un long processus de réadaptation.

Cibles d'arthroscopie

Le traumatologue orthopédique prescrit une arthroscopie du genou dans les cas suivants:

  • Clarifier le diagnostic (si d'autres méthodes ne permettaient pas de déterminer avec précision la nature de la pathologie);
  • Obtenir du matériel biologique envoyé pour histologie;
  • Pour l'étude de la membrane synoviale, de l'appareil ligamentaire, du ménisque;
  • Pour les plastiques des ligaments et du ménisque;
  • Pour la mise en œuvre de la résection du ménisque;
  • Se préparer à une arthrotomie.

Le diagnostic instrumental est une nécessité dans les cas où les symptômes de la pathologie et la nature des plaintes du patient ne coïncident pas ou ne contredisent pas les données des études menées.

Caractéristiques de l'arthroscopie

L'utilisation d'un arthroscope en pratique orthopédique permet les étapes de diagnostic suivantes:

  1. Considérons en détail la cavité de l'articulation;
  2. Évaluer l'état du tissu lors du sondage de la sonde;
  3. Évaluer la membrane synoviale, le ménisque, les ligaments, la capsule articulaire;
  4. Pour effectuer des procédures médicales et des manipulations chirurgicales.

Les études menées permettent de tirer des conclusions fiables sur la présence de pathologies, leur nature et leur origine, ainsi que de définir le concept de traitement ultérieur.

En particulier, la mise en œuvre de l'arthroscopie établit diverses déformations conduisant à un déséquilibre des composants de l'articulation au cours du mouvement, de la nature et de l'étendue de la propagation des processus inflammatoires. Afin de procéder à des tests de laboratoire raffinés, une biopsie ciblée est réalisée dans la zone touchée, ce qui augmente plusieurs fois la précision des tests de laboratoire.

L'arthroscopie n'est pas une alternative à l'examen clinique. Les données obtenues lors de la procédure instrumentale s’ajoutent aux méthodes de diagnostic non chirurgicales et sont toujours considérées ensemble.

Comment fonctionne un arthroscope

Un arthroscope est un appareil optique. La base de la conception est un système de lentilles enfermées dans un boîtier métallique cylindrique. Un câble de lumière est fixé à la base de l'appareil, par contre il y a une lentille.

En pratique chirurgicale, des dispositifs avec différents angles de vision sont utilisés, parmi lesquels les constructions avec des angles d'observation de 30 et 70 degrés sont les plus courantes. Lors de la rotation de l'appareil autour de son axe, les limites de visualisation s'élargissent.

Lorsque vous utilisez l'appareil avec un angle de vision de 30 degrés, une zone située directement devant la caméra et légèrement sur le côté sera visible. L'astroscope à 70 degrés vous donne l'occasion de bien voir le sort réservé à l'appareil. L'instrument de la deuxième catégorie est utilisé dans l'examen de la rotule postéro-médiale.

Les principaux éléments d'un arthroscope:

  • Le tube à l'intérieur duquel l'endoscope et le trocart sont fixés est équipé de grues servant à remplir le joint de fluide.
  • Un trocart est un dispositif permettant de perforer des tissus mous et une capsule articulaire à travers laquelle un tube est inséré dans la cavité articulaire.
  • La source lumineuse est un dispositif à halogène ou au xénon de 250W.
  • Câble de guidage de la lumière - système de câblage à fibres optiques.
  • Le système vidéo comprend trois composants: une caméra, un moniteur et un magnétoscope. La caméra transmet l'image à l'écran du moniteur et l'enregistreur vidéo est utilisé pour enregistrer l'opération.
  • Une canule avec une grue est un élément structurel à travers lequel une solution saline est introduite dans la cavité articulaire.
  • Pompe arthroscopique - appareil de pompage fournissant une solution saline sous pression.
  • Tubes (entrée, sortie) - conducteurs des solutions par lesquelles le fluide est pompé dans le joint et extrait.
  • La sonde incurvée périodiquement marquée est un instrument chirurgical pour la manipulation à l'intérieur de l'articulation.
  • Rasoir - outil de coupe en forme de couteau tranchant formé de deux tubes s’entremêlant (le tube supérieur est fixe, le tube interne effectue des mouvements de rotation, coupant des fragments de tissu articulaire endommagé)
  • Pinces - un outil utilisé dans la résection du ménisque de l'articulation du genou. Lors du retrait de la corne postérieure, des pinces droites et étroites sont fournies, la corne antérieure est coupée par une pince coudée à angle droit

Arthroscopie diagnostique

Au niveau de l'articulation du genou, dans la zone de l'interligne articulaire, une perforation de la peau et des tissus mous est réalisée (la longueur de l'incision ne dépasse pas 6 mm). Un astroscope est inséré dans les trous avec une source de lumière allumée éclairant la zone de l’espace intra-articulaire.

Cette procédure permet non seulement de différencier les pathologies dont le tableau clinique est flou, mais également d’établir un diagnostic à un stade précoce, lorsque les manifestations de la maladie se produisent périodiquement et ne causent pas de grandes souffrances. Plus tôt le traitement adéquat est effectué, plus la période de rémission stable sera longue.

Comment est l'inspection

L’examen de l’articulation au cours de l’arthroscopie est réalisé dans l’ordre suivant:

L'étude de l'état de la membrane synoviale (couleur, schéma vasculaire, présence de l'état des plis).

structure du genou

Etude du département fémoro-patellaire. Le tissu cartilagineux de la rotule est examiné pour la présence de fissures, de zones nécrotiques et de croissances pathologiques. À l'aide d'une sonde insérée dans la partie médiale antérieure, la densité du cartilage est déterminée. L'état des plis ptérygoïdiens est évalué.

Inspection des poches latérale, médiale et latérale. Des patchs pour hémorragies pathologiques sont révélés: corps intra-articulaires pathologiques, ruptures de la membrane synoviale dans les sites de fixation du ligament antérieur.

L'étude du ménisque médial. Le genou est plié à un angle de 150 degrés, l'appareil est transféré dans le plan de l'articulation médiale. Dans cette perspective, le corps du ménisque, le cartilage articulaire du tibia, est clairement visible.

Examen détaillé de l'espace articulaire médial. Vu de l'arrière de la jambe, fléchi à un angle de 100 degrés.

Enquête sur la fosse interépineuse et la partie graisseuse de l'articulation. L'articulation est courbée à un angle de 160 degrés, l'arthroscope est transféré dans le plan du département fémoro-patellaire et déplacé le long de l'axe vertical jusqu'au point de "défaillance".

Investigation du ligament croisé antérieur. Déterminé par le degré de tension, l'état de la membrane synoviale.

Examen du ligament croisé postérieur (flexion à un angle de 90 degrés avec rotation interne du tibia).

Au cours de l'examen, le médecin utilise en permanence la sonde, ce qui permet d'évaluer la densité des tissus.

Arthroscopie thérapeutique: réhabilitation de la cavité articulaire

L'efficacité de l'arthroscopie de rééducation du genou, prescrite aux patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, a été confirmée par le temps. L'utilisation d'un dispositif d'irrigation avec un système d'écoulement, à travers lequel des solutions médicamenteuses sont injectées, permet d'éliminer les fragments de formations pathologiques (cristaux d'urate, débris de cartilage, flocons de fibrine, cytokines) de la cavité articulaire. L’introduction d’anti-inflammatoires est la dernière étape de la procédure arthroscopique.

Quelques heures après l’arthroscopie, on observe un effet thérapeutique positif qui se traduit par l’arrêt de la douleur, la réduction de l’œdème et de l’hyperémie au niveau du genou, l’élargissement de l’amplitude des mouvements. L’intérêt de l’opération chirurgicale réside également dans le fait qu’après sa réalisation, la nécessité de prendre des analgésiques et des anti-inflammatoires qui augmentent la charge sur le foie est réduite.

Arthroscopie de ligament

La mobilité de l'articulation colonnaire est assurée par l'appareil ligamentaire - les ligaments croisés antérieur et postérieur, médial, latéral et latéral (ces ligaments sont situés du côté externe).

L'arthroscopie des ligaments, réalisée pour restaurer la mobilité anatomique de l'articulation, est réalisée à l'aide de tissus biologiques vivants (tendons des muscles poplités ou tendons rotuliens) ou de matériaux artificiels neutres, appelés greffes en médecine.

Un élément biorésorbable, un implant auto-résorbable rétablissant la stabilisation naturelle de l'articulation, est installé en tant que fixateur.

Le ligament croisé antérieur est le plus vulnérable aux effets de choc et de rupture. C'est pourquoi on enregistre si souvent en chirurgie les lésions de ce service. Lorsqu'ils parlent d'opération visant à stabiliser l'articulation du genou, ils désignent principalement le plastique du ligament antérieur.

Au cours de l'arthroscopie, les tissus endommagés sont prélevés à travers un trou perforé (toutes les actions du médecin sont visibles sur l'écran avec une augmentation de 40 à 60 fois) et sont remplacées par une greffe.

Le chirurgien doit créer le maximum près de la structure anatomique de la structure, en fournissant une tension normale des ligaments et l'amplitude naturelle des mouvements. La haute efficacité de cette technique est mise en évidence par le fait que les athlètes après une arthroscopie chirurgicale montrent des résultats élevés dans les compétitions internationales, ne ressentent ni douleur, ni fatigue excessive ni inconfort lors des mouvements.

Les dommages au ligament croisé postérieur sont graves et, heureusement, ils ne constituent pas un traumatisme courant. Causes - une chute de hauteur, un accident, des blessures par balle et par balle. L'arthroscopie du plastique du ligament croisé postérieur est classée comme une opération complexe et est plus souvent réalisée sous anesthésie générale.

Résection arthroscopique du ménisque

La rupture du ménisque se produit avec un fort effet mécanique (coups, chutes). Les athlètes professionnels, les artistes de cirque, les danseurs sont les plus exposés. Le traumatisme s'accompagne d'une douleur intense et d'une perte de mobilité des membres.

La résection arthroscopique du ménisque est une chirurgie peu invasive qui a pour but de retirer les fragments endommagés de la partie articulaire. Un écart de ménisque peut être:

  1. Total (complet);
  2. Partielle;
  3. Longitudinale;
  4. Croix;
  5. Fragmentation (en écrasant le genou);
  6. Stripped.

Comme le traumatisme est accompagné du syndrome douloureux le plus fort, les patients ne retardent pas l'appel du médecin, ce qui augmente les chances de guérison complète. Après une arthroscopie chirurgicale pour une résection partielle ou complète du ménisque, la patiente peut se lever plusieurs heures après la fin de l'opération et la décharge se produit au bout de 1-2 jours s'il n'y a pas de signe de complication.

La résection méniscale est réalisée de manière fermée, à travers deux ou trois incisions, dans lesquelles l'appareil (arthroscope) est successivement inséré. La solution saline injectée dans la cavité articulaire augmente la surface d'intervention chirurgicale.

Pour les blessures mineures, des fragments du ménisque sont cousus, tandis que pour une destruction totale, une méniscectomie est réalisée. À la fin de l'opération, des pneus et un pansement stérile sont appliqués.

Réhabilitation

La période de récupération après arthroscopie de l'articulation du genou dépend de l'âge, de l'état de santé et de la ponctualité du respect des prescriptions médicales. La période de rééducation moyenne est de 2-3 mois. Le programme de traitement ultérieur dépend de la nature de l'opération (résection du ménisque, suture des ligaments, installation du greffon, réhabilitation de la cavité, etc.) et de la possibilité d'utiliser des techniques efficaces fournies à des conditions commerciales.

La charge sur la jambe augmente progressivement, des exercices pour renforcer les muscles et les ligaments sont introduits dans le complexe d'exercices. Dans les premiers jours après la chirurgie, une antibiothérapie, des anticoagulants et de l'héparine de bas poids moléculaire sont prescrits. Le jour de l’arthroscopie, on observe du froid sur la région de l’articulation du genou. La jambe est fixée en position droite.

Après l'opération sur le ligament croisé, une orthèse est utilisée - une bascule à compression avec une limitation de l'angle de flexion à moins de 20 degrés.

Les analgésiques et les AINS sont prescrits à une posologie adaptée à la condition physique du patient. Un mois après l'opération, il est recommandé de suivre un cours de massage et de physiothérapie.

Vidéo: rééducation après une chirurgie arthroscopique du genou

Contre-indications pour l'arthroscopie

Les contre-indications absolues sont?

  • Infections purulentes aiguës;
  • Allergie aux anesthésiques;
  • Thrombophlébite;
  • Exacerbation de la polyarthrite rhumatoïde;
  • Maladies du sang;
  • Changements dégénératifs prononcés dans le tissu articulaire;
  • Troubles mentaux graves;

Patients ayant subi une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral, la chirurgie n’est ordonnée qu’après un rétablissement complet et une fois confirmée par un cardiologue (neurologue), la possibilité d’une chirurgie.

Complications après arthroscopie

Les complications après une arthroscopie sont rares. En pratique chirurgicale, les effets chirurgicaux suivants ont été observés:

  1. Hémorragie dans la cavité articulaire (hémarthrose);
  2. Le développement de l'infection dans l'articulation;
  3. Entorse excessive;

Tous les patients ne tolèrent pas l’anesthésie aussi bien; des réactions antagonistes peuvent donc se produire deux jours après la chirurgie: nausée, mal de tête. Après 3-4 jours, l'état de santé est rétabli.

Les avis

Selon les examens des patients laissés sur les forums et dans les cliniques, on peut en conclure que l’intervention chirurgicale est tolérée de manière tout à fait satisfaisante. La douleur disparaît rapidement, mais une période de 3 à 4 mois est nécessaire pour rétablir la mobilité naturelle. Cette fois, il a fait l'expérience psychologiquement éprouvante d'athlètes professionnels et de personnes habituées à mener une vie active. Cependant, une augmentation accélérée des charges est inacceptable - une telle approche peut entraîner de graves complications et la nécessité de procéder à une seconde opération.

Combien coûte une arthroscopie?

Les manipulations de diagnostic sont effectuées dans le cadre de la politique OMS et des conditions commerciales (le coût du service varie de 10 à 15 000 roubles).

L'arthroscopie de plastiques de ménisque et de ligaments est pratiquée dans la plupart des cas à titre onéreux, les patients n'ayant pas la possibilité d'attendre l'aide de l'assurance publique en raison d'une détérioration grave de la qualité de vie (raideur articulaire, douleur intense). En 2015, l'arthroscopie pour la résection du ménisque à Moscou était estimée entre 25 000 et 80 000 roubles.

Le coût dépend de la complexité de l'équipement utilisé, des prix des consommables et des médicaments, du statut de la clinique, de la qualité du service et du niveau de confort offert au patient.

Arthroscopie

L'arthroscopie est une procédure chirurgicale moderne utilisée pour diagnostiquer et traiter plusieurs groupes d'articulations. L'arthroscopie fait référence aux méthodes de chirurgie mini-invasive, c'est-à-dire d'opérations sans incisions. Avec un tel traitement, les risques sont minimes et la rééducation prend beaucoup moins de temps que l'opération classique à ciel ouvert.

Description générale de l'étude

L'histoire de l'arthroscopie a commencé en 1912, lorsque le Dr Severin Nordentoft du Danemark a annoncé lors du congrès des chirurgiens qu'une telle opération était bien réelle. Dans les années 1920, Eugen Bircher participa activement à l'arthroscopie du ménisque, mais une carte blanche complète fut délivrée au Japonais Masaki Watanabe pour ces opérations. En collaboration avec d'autres scientifiques, ce chirurgien a inventé le premier arthroscope de haut grade.

Aujourd'hui, l'arthroscopie est considérée comme une opération universelle - cette méthode permet d'évaluer l'état d'une variété d'os, d'enlever et de remplacer le tissu endommagé et de réparer l'articulation elle-même.

Les principaux types d'arthroscopie

  1. Arthroscopie de l'articulation du genou (ou ménisque). Cette opération est faite le plus souvent. Lorsque le ménisque, PKS et ZKS (ligaments croisés antérieur et postérieur) sont cassés, des greffes provenant des propres ligaments de la patiente (par exemple, la cuisse) ou artificiels sont utilisés.
  2. Arthroscopie de l'articulation de l'épaule. Cette variété est également utilisée assez souvent - à la fois pour la prévention et pour le traitement. Les athlètes ont souvent une rupture du brassard en rotation, chez les gens ordinaires - une luxation banale de l'épaule, une instabilité articulaire, etc.
  3. Arthroscopie de la hanche. Cette manipulation est beaucoup moins fréquente et nécessite une grande compétence de la part du médecin. Utilisé pour évaluer l'état du fémur et d'autres éléments articulaires et le traitement approprié.
  4. Arthroscopie de l'articulation du coude. Recommandé aux patients comme procédure de diagnostic des plaintes de douleur au bras et de tout problème de flexion-extension du membre. Ainsi que pour les opérations avec infections, arthrite, etc.
  5. Arthroscopie de cheville. Il y a beaucoup d'indications pour des opérations à la cheville, elles le font rapidement et sans douleur. La rééducation se fait avec parcimonie et, en moyenne, après 5 semaines, le patient peut marcher en silence, en se reposant complètement sur le pied.

Indications pour

La procédure arthroscopique est universelle, elle est utilisée à la fois pour le traitement chirurgical et pour le diagnostic.

La procédure de diagnostic est utilisée lorsque toutes les options non invasives (scanner, IRM, rayons X, échographie) ont déjà été essayées et qu'aucun résultat clair n'a été obtenu. Les indications du diagnostic arthroscopique sont les déchirures du ménisque, de la PKS et de la ZKS pour le genou, les autres ligaments, les tendons et la douleur chronique. D'autres cas sont la synovite (inflammation de la membrane synoviale de l'articulation), les fractures, l'arthrite, l'arthrose, etc.

Les indications pour la chirurgie arthroscopique forment un groupe beaucoup plus impressionnant:

  • dommages au ménisque et au cartilage de l'articulation du genou, kyste du ménisque;
  • rupture des ligaments du genou (PKS, ZKS ou les deux à la fois);
  • inflammation chronique des os;
  • retrait de corps étrangers (morceaux de cartilage et d'os de la cavité articulaire);
  • laver l'articulation et éliminer l'excès de liquide (en cas de diagnostic de synovite, d'arthrite, etc.);
  • toute luxation et subluxation;
  • élimination des adhérences et des excroissances dans la cavité articulaire;
  • instabilité articulaire;
  • arthrite et arthrose (par exemple, traitement d'un cartilage abrasif), etc.

Contre-indications à la chirurgie

Indépendamment du fait que l’artroscopie soit pratiquée au niveau du genou ou d’autres, il existe des contre-indications générales - absolues et relatives.

Les plus courantes incluent l'ankylose osseuse ou fibreuse (le joint se développe avec l'os ou le tissu conjonctif), l'inflammation purulente et la plaie, ainsi que l'état général grave du patient.

Si les contre-indications relatives sont corrigées, le médecin peut accepter la procédure à sa discrétion. Il s’agit de dommages importants lorsque les fuites articulaires sont compromises et d’hémorragies dans la cavité articulaire.

Préparation à l'étude

La préparation à ce traitement est la même, qu’il s’agisse d’une arthroscopie de la hanche, d’une chirurgie du genou ou d’une luxation diagnostiquée de l’épaule. Avant la chirurgie arthroscopique, le chirurgien et l’anesthésiste doivent parler au patient, parler de l’avancement de la procédure, avertir de tous les risques et de toutes les complications possibles. Ensuite, le patient doit signer un consentement pour une arthroscopie et une anesthésie.

Avant la procédure prescrite par le médecin traitant, un ECG doit être effectué, des tests généraux doivent être effectués (sang, urine) et d’autres tests. 12 heures avant la manipulation arthroscopique, il est interdit de manger ou de boire du liquide. La nuit précédente, il est également recommandé de faire un lavement pour nettoyer les intestins et de boire un somnifère léger.

Si une arthroscopie du genou est pratiquée, vous devez prélever des béquilles à l'avance et apprendre à les utiliser. Ils sont souvent amenés déjà pour une intervention chirurgicale - des béquilles sont nécessaires immédiatement après une intervention arthroscopique.

Comment se passe la procédure?

Habituellement, tout type de chirurgie - arthroscopie généralisée de l'articulation de l'épaule, arthroscopie plus complexe de la hanche et autres - est réalisée sous anesthésie générale. L'anesthésie locale est utilisée moins fréquemment par le médecin - l'effet peut ne pas être suffisant pour toute l'opération et les risques d'inconfort après la procédure sont beaucoup plus élevés.

Pour l'opération, des outils spéciaux sont utilisés: arthroscope (type d'endoscope), trocart avec lequel le chirurgien transperce les tissus, canules en métal pour l'alimentation et le drainage du fluide de la cavité articulaire et sonde arthroscopique. Grâce à cela, le chirurgien peut déplacer le tissu, de sorte que, si nécessaire, il est préférable d’examiner la zone touchée.

L’opération elle-même dure 1 à 3 heures et se déroule comme suit.

Tout d'abord, le patient est placé sur la table d'opération et permet d'accéder à l'os endommagé. S'il s'agit d'une arthroscopie de l'articulation du genou, le genou est plié selon un angle de 90º - ou le pied est placé dans le support ou la jambe est simplement suspendue à la table. Si l’opération a lieu à l’épaule, le bras du patient est retiré vers le haut et fixé à l’aide d’une charge, si la jambe est fixée à la cheville dans un support de 20 cm.Le traitement des autres os est également obligatoire.

Ensuite, pour certaines interventions arthroscopiques, un patient est placé dans un garrot, puis une ponction est pratiquée et un arthroscope est inséré. Ensuite, le joint est lavé à travers une autre piqûre, si nécessaire, faire plusieurs coupes supplémentaires et introduire des outils supplémentaires. Ainsi, au niveau des genoux, il existe 8 points spéciaux permettant de faire des ponctions pour traiter le ménisque et les ligaments endommagés.

Complications possibles après la chirurgie

L'arthroscopie des articulations est une opération à faible impact et les risques pour le patient après ce traitement sont minimes. Mais les complications après de telles manipulations existent toujours et vont de 0,6% à 1,7% des cas, selon la région et la clinique.

Les principales conséquences de l'opération sur les articulations des os sont les suivantes:

  • synovite;
  • infection interne;
  • lésions intra-articulaires causées par des instruments cassés;
  • accumulation de sang dans la cavité articulaire (hémarthrose);
  • adhérences et cicatrices;
  • syndrome de cas (compression des muscles, des tissus et des nerfs avec un fluide ou un gaz);
  • lésion nerveuse;
  • troubles du mouvement dans l'articulation opérée, etc.

Les complications telles que l'infection, les lésions des os avec des instruments et la synovite sont le plus souvent enregistrées (la synovite peut être à la fois une indication pour une arthroscopie et une complication).

Une synovite après une opération du genou se fait habituellement sentir au cours de la première journée. Une ponction secondaire du genou avec son lavage aidera à guérir la synovite. Les antibiotiques sont utilisés pour prévenir et traiter les infections post-arthroscopiques.

Rééducation après la procédure

La rééducation après l’opération des articulations osseuses dépend du type d’arthroscopie et de l’état de santé du patient. La durée maximale de séjour à l’hôpital peut être différée de 20 à 30 jours et, après traitement, le ménisque du patient est autorisé à rentrer chez lui en quelques heures.

Une rééducation complète prend de quelques semaines à 3-4 mois. Pour accélérer la récupération, vous devez suivre quelques règles simples.

  1. Pour la prévention des infections dès l’opération, des antibiotiques sont administrés au patient (parfois deux fois, à un jour d'intervalle).
  2. La première fois après l'opération, le patient doit être au repos. Le membre opéré (ou le bassin) doit être strictement fixé.
  3. Trois à cinq jours devront porter des tricots de compression et des bandages élastiques. L'activité motrice doit être considérablement réduite (afin de ne pas provoquer de synovite ou autre inflammation).
  4. Pendant deux semaines, alors que la rééducation est en cours, le patient est banni des bains chauds et de l'hypothermie. Prendre un bain de soleil au soleil est également impossible.

La méthode de traitement arthroscopique des articulations est aujourd'hui de plus en plus utilisée au lieu de la chirurgie ouverte traditionnelle - arthrotomie. Ses avantages sont évidents: les incisions sur la peau sont minimes (3 à 5 mm), les cicatrices sont presque invisibles après la guérison et les patients eux-mêmes tolèrent très facilement une telle procédure. Et le temps de récupération après une arthroscopie est plusieurs fois inférieur à celui d'une arthrotomie grave.