Quels tests devez-vous réussir avec la polyarthrite?

L'expérience clinique montre que les tests de laboratoire, même s'ils ne sont pas pathognomoniques pour la polyarthrite rhumatoïde, fournissent néanmoins les informations nécessaires pour évaluer l'activité de la maladie et aident à clarifier le diagnostic, confirmant dans la plupart des cas l'hypothèse. Dans le même temps, l'intérêt des tests de laboratoire n'augmente que dans le contexte des données cliniques, contribuant au développement des stades très précoces du diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde; À cet égard, des solutions thérapeutiques apparaissent également qui, si elles sont appliquées à temps, permettent d’éviter une invalidité grave du patient.

Études de laboratoire dans les premiers stades du diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde:

Réaction de sédimentation des érythrocytes. Vitesse de sédimentation des érythrocytes (ROE), car il s’agit d’un test simple et nécessaire. Sa croissance est caractéristique des poussées d'activité inflammatoire; avec la rémission des phénomènes cliniques, le ROE diminue à la norme.

  • L'anémie normochrome ou hypochrome - microcytaire survient chez la plupart des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde et en particulier dans les formes graves ou aux stades avancés de la maladie. Les proportions de ces anémies sont estimées dans environ 20% des cas.
  • Une leucocytose et même une hyperleucocytose sont observées dans la polyarthrite rhumatoïde, en particulier dans les cas d'apparition brutale (polyarthralgie aiguë); selon les statistiques, ils sont observés chez 25% des patients. Dans les formes de polyarthrite rhumatoïde juvénile, ainsi que dans les premiers stades de la maladie, la croissance des leucocytes est indiquée en l'absence de tout facteur infectieux.
  • Leucopénie Dans de très rares cas de polyarthrite rhumatoïde (17%), on observe une leucopénie (le nombre de globules blancs est inférieur à 5 000); cette situation survient principalement dans les formes chroniques de polyarthrite rhumatoïde, avec une évolution chronique de plus de 30 ans, ainsi que chez les patients atteints de splénomégalie.
  • Le médulogramme ne montre pas de changements significatifs, à l'exception d'une lymphocytose ou d'une augmentation marquée des cellules plasmatiques.

Protéine réactive C. La protéine C réactive est un test de détection de l'inflammation rhumatoïde, dont la sensibilité est étroitement liée à la RSE. Il peut être présent dans les cas où la RSE n'a pas encore augmenté ou peut être trouvé chez des patients pour lesquels ce test a déjà été normalisé.

Électrophorèse des protéines sériques. Dans la forme habituelle de polyarthrite rhumatoïde, une hyposérémie avec psherglobulinémie est observée. Aux stades initiaux et dans les formes d'apparition aiguë (syndrome polyarthral aigu), la croissance des globulines se fait aux dépens des alpha2-globulines.

Teste la dysprotéinémie. La dysprotéinémie dans la polyarthrite rhumatoïde, sans être spécifique, est toujours importante, car elle se développe parallèlement au processus inflammatoire rhumatoïde.

Immunoélectrophorèse. En utilisant l'immunoélectrophorèse, on détermine la dégradation de la sérine et la croissance d'alpha-orsomucoïde, d'haptoglobine et d'immunoglobulines, à savoir les immunoglobulines M et G. Ce test, bien que non spécifique, est bénéfique pour le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde dans le cadre de symptômes cliniques généraux et d'autres recherches cliniques.

Immunofluorescence. Ce test est utile pour clarifier le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, dans les formes séronégatives de polyarthrite juvénile.

Acides aminés. Dans la plupart des cas de polyarthrite rhumatoïde, une diminution de l'arginine, de la tyrosine et de l'histidine est indiquée.

Facteurs rhumatoïdes. Interprétation Les tests suivants sont effectués pour identifier les facteurs rhumatoïdes: test Waaler-Rose, test au latex et test d'inhibition du Ziff.

Facteurs antinucléaires (ANF). Les facteurs antinucléaires dans la polyarthrite rhumatoïde se caractérisent par le fait qu’ils appartiennent principalement au groupe des IgM. L'incidence élevée d'ANF se produit chez les enfants par rapport aux adolescents et aux adultes et une prévalence absolue chez les femmes est indiquée.

Phénomène KV. La présence de cellules KB n'influence pas négativement le pronostic de la polyarthrite rhumatoïde.

Complément lactosérum. Dans la plupart des cas de polyarthrite rhumatoïde, le complément sérique est élevé, suivant la courbe d'évolution de la maladie. Avec la polyarthrite avec ANF et la présence de cellules KB, on observe au contraire une diminution du complément.

Test de sortie rhumatoïde (immunocytose). Le test de la cavité rhumatoïde a prouvé sa valeur pratique particulière pour clarifier le diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde. Les caractéristiques de ce test sont sa sensibilité et sa spécificité, en vue desquelles il est utilisé pour diagnostiquer le stade précoce de la polyarthrite rhumatoïde et, en particulier, les formes séronégatives de cette maladie.

L'étude du liquide synovial. Les travaux modernes sur l’étude du liquide synovial ont apporté une contribution précieuse au développement d’un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde, en particulier de formes séronégatives ou de polyarthrite rhumatoïde à début atypique.

Professeur Pcs. Shuqiang

"Tests de laboratoire pour la polyarthrite rhumatoïde, tests" ?? Un article de la section Rhumatologie

Symptômes de la polyarthrite. Causes, diagnostic, traitement de la polyarthrite

Si une personne présente les premiers symptômes de polyarthrite, il est préférable de demander l'aide d'un médecin. Cela est nécessaire car la maladie a tendance à progresser s’il n’ya pas de traitement rationnel.

À propos des principales manifestations de la polyarthrite

La principale différence entre cette maladie et d’autres est la défaite de plusieurs articulations à la fois. Les principaux signes cliniques de polyarthrite sont les suivants:

  • douleur dans les articulations;
  • gonflement dans la zone touchée;
  • augmentation de la température de la peau sur les articulations malades;
  • restriction de mouvement en eux;
  • déformation des articulations touchées.

Tous ces signes peuvent se manifester isolément et ensemble. Quand ils se produisent, il est préférable de consulter un spécialiste, sinon les manifestations cliniques ne feront qu'augmenter.

Les principales causes de polyarthrite

Selon l'étiologie actuelle, il existe plusieurs types de polyarthrite:

  • rhumatoïde;
  • infectieux;
  • échange
  • psoriasique;
  • post-traumatique.

A propos de la polyarthrite rhumatoïde

Actuellement, la maladie n'est pas si rare. Si une personne souffre de polyarthrite rhumatoïde, ses causes se situent dans la sphère auto-immune. Le fait est que dans le corps même, des anticorps dirigés contre le tissu de l'articulation commencent à être produits. En conséquence, un processus inflammatoire chronique se produit. Si vous ne guérissez pas cette maladie pendant longtemps, cela peut même entraîner une invalidité du patient. Dans le processus rhumatoïde, on observe le plus souvent une polyarthrite des doigts et des pieds.

Le patient se plaint de manière assez spécifique s’il a développé une polyarthrite rhumatoïde. Les symptômes se caractérisent généralement par l'apparition de douleurs matinales ou même nocturnes. De plus, après le sommeil, le patient peut souvent être dérangé par une sensation de raideur aux articulations touchées.

A propos de la polyarthrite infectieuse

Il affecte le plus souvent les grandes articulations. Habituellement, les médecins pour cette maladie utilisent le terme "polyarthrite réactive". Ses symptômes se manifestent comme suit. Le patient ressent des douleurs lorsqu'il bouge. En outre, la peau recouvrant les articulations touchées peut faire de la fièvre. La polyarthrite de ce type se produit lorsqu'un patient est atteint de brucellose, de gonorrhée, de syphilis ou de dysenterie. Cette pathologie est une complication de ces maladies. La polyarthrite infectieuse se développe généralement 1 à 2 mois après l’intrusion de microorganismes pathogènes dans le corps du patient.

Il convient de noter que la maladie peut évoluer sous l’influence non seulement de la microflore pathogène habituelle mais aussi de celle spécifique. Il n’est pas rare que ce type de polyarthrite se développe après avoir souffert d’une grippe ou d’une infection du système urinaire.

Polyarthrite psoriasique

Cette pathologie se développe chez les personnes souffrant de psoriasis. En même temps, les articulations des pieds sont généralement atteintes. À l'heure actuelle, les mécanismes d'occurrence d'une telle polyarthrite ne sont pas installés. Le plus populaire parmi les médecins aujourd'hui est la théorie selon laquelle les troubles du système immunitaire sont à la base de la formation de polyarthrite psoriasique.

Échange de polyarthrite

Ce type de lésion articulaire survient lorsqu'une personne présente des anomalies dans le métabolisme de certaines substances. Le plus fréquent parmi ces polyarthrite est la goutte. Il se caractérise par le dépôt de cristaux d'acide urique dans l'articulation. Le résultat est un processus inflammatoire. Dans ce cas, le patient peut ressentir beaucoup de douleur. La peau au-dessus de l'articulation touchée est hyperémique et a une température élevée. Dans cette maladie, les grandes et les petites articulations peuvent en souffrir. Il y a souvent une polyarthrite des doigts et des pieds.

Polyarthrite post-traumatique

Cette maladie peut se développer dans les articulations endommagées à la suite de certaines blessures. Il s’agit principalement de dislocations et de fractures. Cependant, il n'est pas nécessaire pour la formation de polyarthrite post-traumatique grave. Souvent, il peut se développer chez les personnes qui sont constamment debout ou qui souffrent de poids. Cette maladie se manifeste généralement par des sensations douloureuses au niveau des articulations touchées. En même temps, ils ont une évolution chronique et augmentent dans les cas où la charge sur les articulations augmente.

Diagnostics

La polyarthrite est une maladie à haut risque d'incapacité du patient. Dans le cas où il n'est pas détecté assez rapidement, il progressera. En conséquence, le diagnostic opportun des modifications pathologiques des articulations est un aspect extrêmement important du maintien d'un niveau de vie normal pour les patients.

Si une personne présente les premiers symptômes de polyarthrite, elle doit consulter un spécialiste. Dans ce cas, nous parlons d'un thérapeute, d'un chirurgien ou d'un médecin généraliste. Le plus souvent, ces médecins consultent d’abord les patients présentant des problèmes articulaires. Ils vont tout d'abord prescrire des tests généraux ainsi qu'un test sanguin biochimique (facteur rhumatoïde et protéine C-réactive). Si la vitesse de sédimentation des érythrocytes est augmentée dans le test sanguin général, des dommages aux articulations peuvent déjà être suspectés en présence des symptômes cliniques caractéristiques de la polyarthrite. Une ESR élevée indique une inflammation. Le médecin doit être encore plus méfiant si des traces de facteur rhumatoïde ou de protéine C-réactive apparaissent dans le test sanguin biochimique du patient. Dans ce cas, une personne est dirigée vers des images de ces articulations, pour lesquelles elle présente le plus grand nombre de plaintes. À l’avenir, le patient aura besoin d’une consultation rhumatologique. Il évalue la conclusion du radiologue et étudie également les résultats des tests effectués. En outre, le rhumatologue peut orienter le patient vers un examen supplémentaire.

Il est très important de déterminer l'étendue des dommages à l'articulation. Dans ce cas, si nous ne parlons que des premières étapes du développement du processus pathologique, il y a toutes les possibilités pour le supprimer le plus tôt possible.

A propos des méthodes de traitement

Actuellement, la lutte contre la polyarthrite est réalisée en faisant appel à divers moyens et méthodes. Parmi eux se trouvent:

  • des médicaments;
  • physiothérapie;
  • chirurgical

Le médecin détermine comment traiter la polyarthrite chez chaque patient particulier.

Le choix de la méthode de traitement de la maladie

Ici, tout dépend de la durée de la maladie. Polyarthrite à degré de développement élevé, lorsque le patient ressent une douleur intense et est pratiquement incapable de bouger, le plus souvent traité chirurgicalement. Quant à la maladie, détectée aux stades précoces ou intermédiaires de son développement, elle est traitée par les thérapeutes et les physiothérapeutes. En conséquence, il est très important, avant de traiter une polyarthrite, d’effectuer un examen complet des articulations touchées.

Les opérations chirurgicales peuvent être gênées par un mauvais état général du patient, ainsi que par la présence d'une insuffisance cardiaque ou respiratoire chronique avec un degré de gravité significatif.

Traitement thérapeutique

Le problème de beaucoup de patients, y compris les jeunes patients, est la polyarthrite. Les symptômes et le traitement de cette maladie sont en grande partie corrélés. Autrement dit, plus la douleur et les signes d'inflammation sont prononcés, plus le nombre de médicaments administrés au patient sera important. Parmi les médicaments les plus utilisés utilisés dans la polyarthrite, il convient de distinguer les analgésiques et les médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens. Il peut être utilisé des médicaments qui sont libérés sous différentes formes pharmacologiques. Nous parlons de pilules, d'injections et de pommades.

Les plus utilisés sont les tablettes. Parmi les plus courants figurent les médicaments "nimésulide" et "kétorolac". En ce qui concerne la forme injectée, le médicament "Diclofenac" est le plus souvent prescrit en injection. Dans le même temps, ils sont principalement administrés par voie intramusculaire. Les injections intraveineuses de ces drogues ne sont pas effectuées. Certaines préparations d’ampoules peuvent être insérées dans l’espace articulaire. Seul un médecin ayant les compétences appropriées devrait effectuer cette procédure. Une très large sélection de pommades. Parmi ceux-ci, les plus populaires parmi les patients et les médecins sont les médicaments "Ketorol-gel", "Ultrafastin", "Fastum-gel" et autres. Dans ce cas, les pommades peuvent avoir non seulement un effet anti-inflammatoire, mais également un effet chauffant.

Dans le cas où une personne présente une polyarthrite infectieuse, il est très important d'utiliser des médicaments antibactériens dans le processus de traitement thérapeutique. Sans suppression de la microflore pathogène dans tout le corps, il ne sera pas possible de soulager le patient de problèmes articulaires. Lorsque la polyarthrite goutteuse (d'échange) est également nécessaire en premier lieu d'utiliser des médicaments destinés au traitement de la maladie sous-jacente. Dans ce cas, le médicament est utilisé "Allopurinol". Naturellement, parallèlement à ces médicaments, on utilise au moins un peu pour atténuer les principaux symptômes de la polyarthrite.

Méthodes physiothérapeutiques

Ils sont largement utilisés. Parmi les principales méthodes doivent être distingués thérapie magnétique, électrophorèse avec des médicaments analgésiques, ainsi que UHF. Cette thérapie est indiquée pour presque tous les patients présentant des problèmes articulaires. À ce jour, il n'est pas utilisé pour traiter uniquement les personnes atteintes de polyarthrite présentant un processus tumoral ou déjà observés auparavant. Le fait est que presque toutes les techniques de physiothérapie peuvent conduire à une évolution plus active de cette pathologie.

Soins chirurgicaux

S'il est impossible d'aider le patient par le biais de médicaments ou de techniques de physiothérapie, il est nécessaire de procéder à une opération pour vaincre la polyarthrite, dont nous décrivons les symptômes et le traitement. Le premier doit être opéré sur l'articulation qui a subi les changements les plus pathologiques. Dans certains cas, pour que le patient cesse de ressentir de fortes douleurs articulaires, il est nécessaire de procéder à des opérations chirurgicales assez graves. Parfois, la seule issue est l'immobilisation de l'articulation.

Traitement Spa

Actuellement, il est assez répandu. Avec le profil musculo-squelettique cardiovasculaire des sanatoriums, il est le plus populaire parmi les patients. Il est à noter qu'ils sont admis dans de telles institutions lorsqu'une personne est en rémission de la maladie. Autrement dit, vous ne devriez pas aller dans un sanatorium, lorsque les douleurs articulaires sont très prononcées. Vous devez d'abord contacter votre médecin et suivre un traitement rationnel. Sinon, pratiquement aucune procédure physiothérapeutique, au nom de laquelle les patients se rendent au sanatorium, n’aidera pas.

Médecine traditionnelle dans la lutte contre la maladie

De nombreux patients, s'ils développent une polyarthrite des bras et des jambes, préfèrent utiliser principalement les méthodes de traitement traditionnelles. Dans le même temps, la liste de ces recettes peut même être en avance sur les noms proposés par la médecine traditionnelle. Tout d’abord, nous parlons de toutes sortes d’herbes et de décoctions. Les remèdes populaires de polyarthrite de ce type ont commencé à être guéris depuis des temps immémoriaux par essais et erreurs. En conséquence, nous avons aujourd'hui un grand nombre de recettes différentes, que ceux qui n'aiment pas prendre de pilules sont heureux d'utiliser et qui, en général, font appel à des médecins.

L'une des collections les plus populaires est composée de fleurs noires et de sureau noir mélangées à des feuilles de bouleau verruqueuses et à de l'ortie dioïque. Le rapport de tous les ingrédients doit être égal. À l'avenir, vous devrez prendre 1 cuillère à soupe de la collection résultante et verser 250 ml d'eau. Après cela, le mélange doit être bouilli pendant environ 10 minutes. La décoction obtenue doit être filtrée sur une étamine. À l'avenir, il devrait être consommé à jeun pendant plusieurs verres par jour.

Un autre bouillon est préparé en mélangeant des quantités égales d'herbe de prêle et de gryzhnik, de persil et de genièvre, ainsi que de l'écorce d'argousier. Le mélange obtenu (1 cuillère à soupe) doit être versé avec un verre d'eau et cuire à feu doux pendant 15 minutes, filtrer à travers de la gaze, puis boire une demi-tasse 2 fois par jour.

Non seulement le bouillon est riche en médecine traditionnelle. Parmi ses recettes figurent de nombreux produits d'actualité. Par exemple, il est recommandé de faire une pommade à partir des composants suivants: 1 jaune d'oeuf, 1 cuillère à soupe de vinaigre et 1 cuillère à café de térébenthine. À l'avenir, cette pommade est nécessaire pour frotter la peau sur l'articulation touchée.

Actuellement, il est assez courant d'utiliser comme agent externe non pas des pommades, mais des lotions. Une des recettes folkloriques les plus populaires recommande d'utiliser du miel, de la vodka, du sel et du jus de radis pour les préparer. En même temps, pour 2 tasses de jus de radis, vous devez prendre 100 ml de vodka, un demi-verre de miel et 1 cuillère à soupe de sel de table. Beaucoup disent que si la polyarthrite des mains s'est développée, un traitement avec de telles lotions aide souvent, ainsi que des onguents anti-inflammatoires exclusifs.

Régime alimentaire

Pour toutes les variétés de polyarthrite, il est recommandé de limiter l'utilisation de certains plats. Cela est particulièrement vrai chez les patients atteints de goutte et dans le contexte de troubles métaboliques qui ont développé un processus inflammatoire chronique dans les articulations. Dans le cas de polyarthrite, éviter les plats frits, fumés et trop assaisonnés. Il est très important de réduire dans votre alimentation la proportion de ces produits alimentaires, dont l'utilisation peut entraîner une augmentation de l'acidité. En outre, avec la polyarthrite, il est recommandé de prendre des produits d'origine animale plus petits. Parmi eux devrait être préféré poitrine de poulet bouilli. Le régime alimentaire doit être à base de légumes frais ainsi que de légumes bouillis ou cuits à la vapeur. Il n'est également pas interdit de manger des fruits frais. Il est préférable de privilégier ceux qui poussent sur le territoire de résidence du patient et qui ne contiennent pas trop d’acide.

Quand ai-je besoin de voir un spécialiste?

Il est préférable de consulter un médecin si des douleurs aux articulations ont déjà été observées pendant plusieurs jours. Malheureusement, la plupart des patients ne consultent leur médecin que quelques mois après les premiers symptômes de polyarthrite. Cette approche est fausse. Le fait est que, par exemple, dans la polyarthrite rhumatoïde, des modifications morphologiques irréversibles peuvent déjà se produire plusieurs mois après l'apparition des premiers symptômes. Si nous prenons des mesures un peu plus tôt, le patient est souvent capable de se débarrasser des manifestations cliniques de la maladie pendant une très longue période.

Les douleurs articulaires qui surviennent non pas après une charge de travail sérieuse le soir, mais le matin, doivent être particulièrement suspectes.

A propos de l'excès de poids

Dans le cas où une personne est obèse, il lui sera très difficile de se débarrasser de la polyarthrite, même s'il utilise les médicaments et la physiothérapie les plus modernes. Le fait est que l'augmentation du stress sur les articulations entraînera toujours des changements pathologiques. C’est pour cette raison que chaque médecin impliqué dans le traitement de la polyarthrite prévient sans faute le patient que, sans normalisation du poids, l’effet positif des effets thérapeutiques sera extrêmement difficile à obtenir. Souvent, la seule perte de poids réduit déjà considérablement la gravité des sensations douloureuses dans les articulations, en particulier lors des mouvements. Naturellement, il s’agit principalement des articulations des membres inférieurs. Sur la polyarthrite du coude ou de l'épaule, la réduction de poids n'aura presque aucun effet.

Polyarthrite rhumatoïde: signes et diagnostic

Les articulations deviennent enflammées en raison de l'épuisement du tissu conjonctif cartilagineux et du frottement des os

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique grave caractérisée par des lésions érosives et destructives progressives et une inflammation de plusieurs articulations du corps humain à la fois. Aujourd'hui, cette maladie est incurable: la médecine moderne ne peut que réduire ses manifestations et ralentir son développement. Pour cette raison, son diagnostic opportun joue un rôle énorme dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Cela vous permet de commencer la lutte contre la maladie au tout début, lorsque les articulations ne sont pas trop touchées. Afin de ne pas rater le début du développement de la maladie et de commencer son traitement à temps, il est nécessaire de connaître les principaux symptômes de la polyarthrite rhumatoïde.

Signes et danger de maladie

Le diagnostic est considérablement entravé par le fait que chez la plupart des patients, la maladie se manifeste progressivement, les symptômes sont légers. Au premier stade, le plus important de la polyarthrite rhumatoïde, le patient ne peut que ressentir une faiblesse grave, de la fatigue, un manque d’appétit et une perte de poids. En moyenne, il faut environ 9 mois entre le début de la maladie et le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde pour le patient. La raison principale d'un retard aussi important est précisément la non spécificité des premiers symptômes de la maladie.

En raison d'une maladie des articulations, les doigts se déforment.

Comme le montre la pratique, des signes évidents de polyarthrite rhumatoïde ne surviennent souvent que 1,5 à 2 ans après le début de la maladie. Il est possible d'identifier la maladie à un stade précoce par les symptômes généraux indiquant la présence d'un processus inflammatoire, ainsi que par une raideur désagréable des articulations le matin. Les autres signes importants de la polyarthrite rhumatoïde sont:

  • nodules rhumatoïdes;
  • anticorps anti-peptide citrulliné cyclique (en abrégé ASTsP) chez le patient;
  • la présence de facteur rhumatoïde dans le sérum;
  • taux élevés de neutrophiles et autres modifications du liquide synovial causées par une inflammation des articulations;
  • érosion osseuse et ostéoporose périarticulaire détectée par rayons X.

Méthodes pour le diagnostic de polyarthrite

    1. Prise de sang du patient. En cas de suspicion de polyarthrite rhumatoïde, une étude spéciale en laboratoire permet de déterminer toute une gamme d'indicateurs. Ceux-ci incluent la vitesse de sédimentation des érythrocytes, les anticorps antinucléaires, le facteur rhumatoïde, le taux de protéine C réactive et bien plus encore. La méthode la plus précise et moderne de détection de la polyarthrite rhumatoïde consiste à déterminer la présence dans le sang du patient d'anticorps dirigés contre la citrulline cyclique, qui contient un peptide. En déchiffrant les résultats de l'étude, cet indicateur peut être appelé anti-CCP, anti-CCP et ACCP. Cette méthode de diagnostic de la polyarthrite rhumatoïde présente une spécificité très élevée (99%) et une sensibilité élevée (76%).
  1. Radiographie de l'articulation touchée. Aux stades ultérieurs, la polyarthrite rhumatoïde présente des caractéristiques très caractéristiques, inhérentes à celle-ci, qui sont clairement visibles sur la radiographie. Cependant, aux premiers stades de la maladie, une radiographie ne permet de détecter qu'un léger gonflement des tissus mous autour de l'articulation et l'érosion des os. En outre, le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde comprend une échographie des articulations et une IRM.
  2. Il existe des critères spéciaux qui aident les médecins et les patients à diagnostiquer très tôt la polyarthrite rhumatoïde. La dernière édition de la liste de ces signes a été publiée en 2010 par des experts de l’Association américaine de rhumatologie. Ces critères nous permettent d'évaluer avec précision le degré de dommage aux articulations atteintes, la durée de la maladie et les paramètres sanguins nécessaires.

Critères de diagnostic de l'American Rheumatology Association

Le diagnostic de polyarthrite rhumatoïde ne peut être posé à un patient que si ses performances répondent à au moins quatre des sept critères énumérés ci-dessous. Il est important de rappeler que le fait d’avoir une autre maladie affectant les articulations n’exclut pas la possibilité de diagnostiquer une polyarthrite rhumatoïde chez elle.

L'apparition de nodules est un symptôme caractéristique de la maladie

  1. Raideur matinale sévère des articulations et des muscles. Il est difficile pour une personne de commencer à déplacer l'articulation touchée. Ces sensations sont stockées pendant au moins 1 heure après le réveil.
  2. Arthrite avec lésions d'au moins trois groupes d'articulations, ce qui se traduit par un œdème des tissus mous péri-articulaires et un épanchement dans la cavité. La polyarthrite rhumatoïde peut capturer les articulations du genou, du coude, de la cheville, du métatarso-phalangien, du métacarpophalangien, de l'interphalangien proximal et du radiocarpe.
  3. Arthrite qui provoque une inflammation des articulations interphalangiennes, métacarpophalangiennes ou radiocarpiennes proximales.
  4. Polyarthrite symétrique, lésion bilatérale de deux articulations (genou, coude ou radiocarpien).
  5. La présence de nodules rhumatoïdes - petites formations sous-cutanées près des articulations, sur les protubérances osseuses ou sur la surface extenseur des jambes et des bras.
  6. Le patient a un facteur rhumatoïde dans le sérum. Pour identifier ce facteur, on utilise des méthodes donnant des résultats dans plus de 95% des cas.
  7. Image radiographique appropriée: ostéopénie et érosion osseuse prononcée détectée par radiographie des articulations du poignet et de la main en projection directe.

Méthodes de traitement des maladies

Le traitement de la polyarthrite rhumatoïde est effectué par des médicaments hormonaux et des médicaments anti-inflammatoires systémiques non stéroïdiens. Aujourd'hui, ces médicaments peuvent ralentir considérablement le développement de la maladie et prévenir les dommages aux organes internes vitaux. Si le traitement est commencé à l'heure, la personne ne deviendra pas invalide.

Même avec une polyarthrite rhumatoïde grave, un traitement est possible, mais il ne sera pas possible de se débarrasser complètement de la maladie. L'utilisation devrait être les méthodes de thérapie les plus modernes. Aujourd'hui, le traitement de cette maladie comprend un certain nombre d'activités.

    1. Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde doivent maintenir un mode de vie exceptionnellement sain et suivre un régime. En outre, il sera utile de réaliser quotidiennement des exercices simples de gymnastique thérapeutique spécialement développée. De tels événements améliorent considérablement le pronostic des médecins.
    2. Il est nécessaire d'utiliser des anti-inflammatoires non stéroïdiens systémiques qui aident à réduire le gonflement des tissus et à soulager la douleur. Aujourd'hui, ces outils sont utilisés dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde en tant que traitement adjuvant.

Hydrocortisone, hormone glucocorticoïde

  1. Les hormones glucocorticoïdes, qui ont un effet anti-inflammatoire extrêmement puissant, constituent un outil très important dans la lutte contre la maladie. Mais il est nécessaire de souligner immédiatement que l'utilisation à long terme de médicaments hormonaux peut entraîner un certain nombre de conséquences graves. Par conséquent, les hormones doivent être prises en petites doses et uniquement en cas de complications graves de l’arthrite. Ces médicaments sont parfois prescrits à des patients pour soulager les symptômes de la maladie jusqu'à ce qu'ils commencent à prendre des médicaments de base.
  2. La médecine moderne propose aux patients d'utiliser les médicaments les plus récents qui modifient l'évolution de cette maladie grave. Ces médicaments ont la capacité de soulager de manière significative les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde, de réduire les dommages aux articulations, d’améliorer leurs capacités fonctionnelles et d’améliorer le pronostic de la maladie. Plus tôt un patient atteint de polyarthrite rhumatoïde commence à prendre des médicaments dans ce groupe, plus vite il pourra faire face à la maladie. Il est important de se rappeler que l'utilisation de tels médicaments ne doit être effectuée que sous la surveillance d'un médecin, évitant ainsi les éventuels effets secondaires.

La chirurgie est généralement appliquée uniquement dans les premiers stades de la polyarthrite rhumatoïde. Aux derniers stades de la maladie, il perd son sens.